Facebook n'est pas un site de dating, cr*ssez-nous patience - Narcity

Facebook n'est pas un site de dating, cr*ssez-nous patience

Merci.

Hier y'a neigé toute la journée, mais j'étais trop maganée pour voir la beauté de la chose. J'ai plutôt vu la beauté de mon bol. Il était propre, j'étais fière de l'entretien quotidien que je lui donne. En revenant péniblement dans le salon, je constate les dégâts de la veille. Mon tapis est plein de vitre, y'a un verre avec des taches de sang sur la table de salon, mon sang en l'occurrence que j'me dis en regardant mon index un peu décr*ssé, y'a une bouteille de Campari à terre, 3 cadavres au teint vert, pis une douce odeur de regret qui flotte dans l'air. 

Joyeux Noël mon cul. Ces temps-ci j'suis ambivalente dans mon mode de vie. Je m'assume, mais je commence à me questionner entre la corrélation de mon taux de toutcrochitude et mon célibat. D'abord parce que TOUTES mes dates virent en n'importe quoi. Du gars avec qui j'ai couché et que je m'en souvenais pas, de celui qui m'a fait du dirty talk cheapo de film d'amateur, de celui qui m'a punché l'utérus pour faire sortir l'air, à celui qui a laissé une capote souillée dans ma chambre quand j'ai déménagé parce qu'il détestait mon coloc à celui qui s'est mis les 5 orteils de mon pied droit dans la bouche, ça jamais été tranquille mon affaire. 

C'est sûr que je suis pas tranquille non plus. Pis on dirait que j'ai perdu mes repères de jeune célibataire. Premièrement parce que je suis moins jeune. Deuxièmement parce que rencontrer me fait suer. Tout cet investissement de temps, d'argent, d'effort, qui rapporte f*ck all au bout du compte. Ark ark ark. Et ces temps-ci, j'me rends compte que Facebook c'est LA plate-forme à portée de main pour lancer des appâts. 

Via Merlin Pinpin

J'comprends la patente. Tout le monde a Facebook. Pas besoin de downloader d'application, d'investir trop de temps ou même d'être vraiment smatte. Tu écris à 3-4 personnes que tu trouves cute pour leur manifester ton intérêt et tu attends. Le pire qui peut arriver c'est de se faire rejeter et dire non. On connaît pas l'autre, on l'a jamais vu, faque j'peux affirmer qu'on s'en fout un peu de se faire dire non.

Mais c'est rarement ça qui se passe. Je sais que les filles de mon entourage reçoivent beaucoup de ce genre d'invitations. De manière sporadique, une par mois, peut-être plus, peut-être moins. Mais ça arrive. À toutes. C'est rarement vulgaire ou grossier, c'est souvent un peu maladroit et gnochon sur les bords, mais pas méchant. Tout le contraire existe aussi, malheureusement, un individu qui t'aborde avec une phrase de marde du style t chaude comme la braise. Phrase qui me donne envie de me crever les yeux et qui me fait définitivement moins aimer les feux de foyer. 

Via Merlin PInpin

Moi, sûrement du au fait que j'écris des articles et que j'en ai écrit des crunchys pas piqués des vers, tu demanderas à ma mère, elle les a pas tous aimés j't'en passe un papier, je reçois quand même pas pire beaucoup de ce genre d'invitations. Ou pire. Un coucou. Les coucous, POURQUOI? Recevoir cette petite main suspecte me donne toujours l'impression que si je regarde derrière mon épaule il va y avoir un gars qui va détourner le regard rapidement en faisant semblant de vaquer à ses occupations. Le coucou est le genre de chose qui me donne envie de fermer mes rideaux, de mettre un collant sur ma caméra de laptop, qui me fait barrer ma porte le soir et qui me criss la chienne dans une ruelle. Un coucou, c'est non.  

Pis les invitations, c'est un peu non aussi. T'as vu mon profil. Sûrement à cause d'amis communs. On se connaît pas. Jamais rencontré en réalité. Tu m'as stalké. Vu mes photos de Cancun 2015. Vu mon shooting avec ma mère pis un beau boa de plume quétaine en 2010. Vu où j'étudiais et la date à laquelle j'étais si fière de publier un statut sur la fin de mon BAC. Où je travaillais. Su que j'ai déjà eu deux labradors. Que j'ai eu des broches durant l'adolescence. Que j'habite sur l'île de Montréal. Que ma vie sentimentale est un champ d'marde. 

Au fond, tu sais quoi de moi? Rien. Tu sais c'que j'te laisse voir. Tu sais ce que j'accepte qu'on sache de moi. J'ouvre la porte un peu sur ma vie, sans qu'on se connaisse réellement. T'as aucune idée de qui j'suis. De ma saveur de chips préférée, de la musique que j'me blast dans les tympans, du drink que j'bois quand j'ai une journée de marde, ou pire, mon nom. T'as aucune idée de mon fuck*ng nom.  T'as juste des bribes d'informations filtrées ici et là. Pis tu sais quoi? J'aime même pas ça les chats. Pis là toi, tu viens m'écrire pour me démontrer ton intérêt.

Jusque-là ça va. C'est humain et compréhensible que Facebook se transforme un peu en site de rencontres. Là où ça me dérange, c'est la réaction de l'autre. Premièrement, c'est pas un site de rencontre, faque je suis pas obligée d'embarquer dans la game du salut ça va ques tu fais de bon. Le small talk qui mène à rien pis qui me fait perdre des précieuses minutes de ma journée. Je suis pas obligée de te répondre, c'est plate, mais c'est la réalité. J'ai une vie. J'pas scotchée devant mon cell à attendre que les gens m'écrivent quotidiennement. 

Ensuite, j'ai le droit de ne pas montrer d'intérêt. Parce que tiens-toi le pour dit, je n'ai aucun intérêt à rencontrer des gens issus des réseaux sociaux. Je l'ai déjà fait dans le passé, ça été de la cal*ce de marde. Imagine-toi ta pire date, vraiment la pire, que tu t'es dit que tu préférais manger la litière de ton chat que de le revoir, pis amplifie la par 2, ça été ça le bilan de mes rencontres Facebook.

J'pas discriminatoire de Facebook, j'ai juste aucune envie de dater qui que ce soit. J'pas dans ce mood-là, pis on dirait que Facebook a pas encore la fonction cr*ssez-moi la paix, j'ai pas envie de vous répondre, j'ai pas envie de recevoir des invitations, j'ai pas envie de toute cette bullshit basée sur 2 photos de moi avec trop de makeup dans face. Parce que oui, sur Facebook mes photos sont super belles, mais j'les ai choisies tsé. C'est pas moi au quotidien, c'est moi qui paraît bien. Quand j'me lève le matin, que j'bois mon café, que j'vais au dep m'acheter des tampons en pyjama, j'ai pas l'air de ça. J'me trouve plus cute de même, mais ça c'est mon opinion. 

J'suis smatte parce que je réponds à tout le monde. Sauf aux coucous. Pis j'suis polie en disant que ça m'intéresse pas. Pis là PAKLOW. 

Via Merlin PInpin

Via Merlin Pinpin

Via Merlin PInpin

Y'a rien qui va bien ici. Le gars j'le connais pas et j'ai absolument rien contre lui. On s'est parlé par la suite et les choses se sont arrangées. Sa réaction par contre, est celle qu'on retrouve beaucoup trop souvent quand tu leur dis non. Un mélange d'agressivité, de profonde solitude et de va donc chier cr*ss de conne. 

On se connaît pas, on va vraiment commencer à se faire chier l'un l'autre? On dirait que j'suis en couple avec la planète cal*ce. Que j'ai des comptes à rendre malgré moi. C'est un peu le contraire de ma définition de célibataire. Ça crie pas liberté et crème fouettée sur les nénés, non, ça crie répond à tes messages si tu veux pas te faire envoyer chier. Tu sais jamais quand l'insulte peut arriver. Tu réponds pas ça peut arriver. Tu réponds que t'as pas le temps de jaser ça peut arriver. Tu réponds que t'es pas intéressée ça peut arriver. C'est quoi la solution à tout ça? 

Via glencarrie

Cr*ss on peut-tu juste se sacrer la paix pis être heureux chacun dans nos affaires? Vivre là, qu'on appelle dans le jargon. On peut-tu accepter le non-intérêt de quelqu'un à notre égard pis pas se sentir obligé de le blesser ou de le rabaisser? Réglez-les vos bobos pis faites-les pas subir aux autres. On est pas obligés d'se briser les uns les autres, on est assez brisés toute la gang de même. 

J'veux pas décevoir, être méchante ou déplacée. J'veux pas passer ma vie à me justifier. J'aimerais ça être l'amie de tout le monde, pis dire oui et aller prendre un latté, mais ça marche pas de même. J'me pense pas meilleure ou trop hot. J'suis pas une grosse merde. J'suis pas une agace. J'suis juste une fille qui a un profil Facebook. Une fille qui a rien demandé. 

Quand je dis non, y'a rien de personnel. C'est juste un refus. Comme tout le monde en subit régulièrement dans sa vie. Y'a rien à déchiffrer de plus. Un refus bien anodin qui mérite de passer à autre chose rapidement. Après l'histoire s'arrête-là. On se souhaite bonne journée pis on part chacun de notre bord. 

Pour lire toutes les chroniques Célib-à-terre de Merlin Pinpin, c'est ici. 

 

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de la collaboratrice et ne reflètent pas nécessairement la position de Narcity Media sur le sujet.

 

 

 

 

 

 

Partager sur Facebook