J'assume ma shape de p'tite molle pis je fais un gros f*ck you à la game - Narcity

J'assume ma shape de p'tite molle pis je fais un gros f*ck you à la game

En mangeant un pogo.

On se connait pas. Peut-être même que c'est la première fois que tu me lis. Alors voici un bref résumé. Merlin. Merlin de mon prénom. 30 ans. Bientôt 31. C'est un secret mon âge. J'ai très très très mal vécu mon début de trentaine, mais ça j'y reviendrais peut-être une autre fois. Célibataire. 3 1/2 dans Villeray. Pas d'animaux. Mais des fois le chat du voisin miaule dans ma fenêtre pis j'le fais entrer dans mon appart. C'est notre secret à moi pis lui. On s'aime sans trop s'embarquer dans les lourdes responsabilités. À l'image de ma vie. Pas d'enfant. 3 jobs. Beaucoup d'amis vraiment trop hot, des fois j'me demande comment j'ai fait pour tous les dénicher. Une famille à mon image, un peu f*ckée mais ô combien attachante. 

Cette semaine, dans la folie des partys de Nowel, je me joins à une gang que je connais quasi pas. Un verre à vin à la main, autour de l'îlot, classique party québécois, on fait connaissance en s'entassant dans la cuisine de notre hôtesse. Et là je rencontre un individu qui lit mes articles. Parle parle jase jase, nos âges, nos situations professionnelles, bla bla bla, le cliché du small talk des gens qui veulent entretenir une conversation sans vraiment s'intéresser à l'autre en sachant très bien qu'on se reverra probablement jamais. 

Le gars, parce que c'est un gars, sans vouloir être méchant ni sans se forcer pour être intelligent, me dit qu'il m'imaginait pas comme ça. Correct, j'ai pas beaucoup de photos de moi, j'étale pas vraiment mon quotidien en Instastory, son image de moi est basée pas mal sur son imagination. No stress. Quand j'me regarde, j'sais de quoi j'ai l'air pis ça me convient ben en masse. 

À lire aussi: Tous les princes que j'pogne sont pas si charmants

Via kchance8

Sauf que l'individu qui ne cherchait visiblement pas mon amitié, insiste en disant, je t'imaginais tsé un peu plus instababe, tsé la grosse shape pis l'entraînement non-stop, mais tu fais un beau 30 ans. Visiblement il me lit pas réellement mes articles, ou il me prend pour Heidi Klum vue que la ressemblance est à s'y méprendre. Si j'fais pas de déni, il ne lit juste pas mes articles. 

Aucune réponse de ma part, pas un seul mot. Un simple regard. Un sourcil relevé. Le sourcil de l'indignation. Le sourcil du jugement. Ce sourcil qui peut tellement prendre de signification, mais aucune positive. Mon sourcil relevé symbolise la surprise doublée d'une petite douleur l'équivalent d'un poke dans les côtes avec un couteau à steak.

Je me sentais insultée et dérangée. Insultée d'me faire dire de manière sous-entendue que je faisais dur pis que j'étais pas en forme, et dérangée qu'il se sente aussi à l'aise de me dire ça. 

30 ans mou. Dis-le. 30 ans pas d'entraînement. J'devrais peut-être porter un col roulé à l'année avec un pantalon qui me couvre de la cheville jusqu'à mi-tronc. Tu sais, pour être sûre de pas faire honte aux autres filles de 30 ans qui font attention à elles. 

La beauté de mes conversations réside dans la non-gêne. L'absence de filtre. La vérité toute crue. Parce que je suis vulgaire, crue et assez honnête, on se dit que je peux en prendre et on me shoot tout ce qui passe dans la caboche. Sauf que ça peut s'avérer blessant. J'suis faite forte. J'suis capable d'en prendre. J'ai pas terminé la conversation avec l'homme, je l'ai planté là pour aller flatter le chat. Plus tard il est venu me voir pour s'excuser, en mentionnant qu'il aurait peut-être pu garder cette info pour lui. 

En effet. Dans la rue je n’arrête pas les passants pour leur dire que je n’aime pas la couleur de leur manteau d'hiver. Au resto, je ne fais pas le tour des tables pour commenter les choix du monde, ah ouin risotto aux champignons, j'ne trouve pas ça appétissant. Au magasin, je cal*ce pas le linge à terre quand je trouve ça laid. J'le dis pas aux nouvelles mamans que leur bébé est peut-être pas à pleine capacité au niveau de la beauté quand elles me montrent des photos du p'tit, tout rabougri, fraîchement sorti.

J'garde mon opinion pour moi, parce que ça ne sert à rien de dire ces affaires-là. Ce n’est  pas constructif. Ce n’est pas de mes affaires. Je n’aiderais pas l'humanité en partageant mon avis. 

J'me suis comparée sur Instagram. J'me suis comparée sur Facebook. J'ai pas pogné de down. J'me suis juste demandé si j'avais le droit d'être comme j'étais. Beaucoup beaucoup de coach de vie m'ont écris. Pour m'aider à me prendre en main. Des entraîneurs aussi. Pour m'aider à arrêter d'me pogner le bourrelet en main. Ça m'a pas insulté. Peut-être que ça aurait dû? Ma question est plutôt, j'peux tu vivre ma vie sans être la fille la plus top shape de la planète? J'peux-tu être ben dans ma peau, même si ma peau y'en a un peu trop? Dans ma peau de fille de 30 ans. 

C'est sûr que j'pas le choix #1 pour représenter des produits de beauté. Ou des vêtements de sports. Des thés amincissants. Des produits amaigrissants. Des abonnements de gym. Des routines santé. Ou pour passer d'la poudre dans plusieurs pays du monde, j'fais pas d'assez belles photos Instagram pour ça.

J'suis une fille ordinaire. Avec une shape ordinaire. Pas ordinaire parce que j'me trouve ordinaire. Ordinaire dans le sens de régulier.  Quand j'me regarde dans un miroir, j'me trouve belle. Y'a rien qui me dérange. J'ai pas envie de changer, je m'aime comme je suis. 

L'genre de filles qui passe sous le radar. Les filles en shape ont la cote partout sur les réseaux sociaux. Tant mieux, c'est correct de faire du sport, d'être en santé, de faire attention à soi et d'être à l'aise dans son corps. J'ai-tu le droit de pas fitter dans ce moule-là qui me fait zéro sentir mal dans ma peau? Y'a-tu juste une bonne manière de vivre sa vie?

Pour 30 ans je suis ok, ça veut dire quoi ça? Que j'suis molle correcte vu mon âge? J'fais un beau 30 ans, mais un esti de 25 dégueulasse? Ça se peut-tu que tout ça je m'en contre-calice des standards?  S'entraîner. Bien manger. Bien vivre. Pas trop boire. Pas trop sortir. Pas trop être si. Pas trop être ça. J'ai la shape que j'ai. Je l'aime ma vie. Ma shape me stress pas. J'en ferais pas de crossfit pour avoir un beau ventre plat, j'viendrais te rejoindre après, on ira manger des bénés. 

Ma t'le dire moi. La vie. C'est pas ça. Moi quand je mets mon maillot, j'ai un p'tit muffin top qui a envie d'aventure et qui embarque sur le bas de mon maillot. Quand je bronze, y'a 3 spots gênés qui se cachent derrière mes bourrelets faque y bronzent jamais. J'ai le gras de bras plus enthousiaste avec les années, il fait une belle vague quand j'envoie la main aux gens. J'ai deux seins qui ont pas eu la même croissance, chacun à arrêté à un moment différent donc une grosseur différente. J'ai l'arrière des cuisses remplies de petites crevasses dues à la cellulite. Mes cuisses frottent quand y fait ben chaud pis que je dois marcher longtemps. J'ai des vergetures sur les hanches. Un bouton sur une fesse qui fait du camping là depuis 10 ans on and off. J'ai les pieds de Bilbon Sacquet. Ah pis mon menton, si quelqu'un le voit quelque part, dites-y que je le cherche depuis 30 ans.

J'pas photogénique pour deux cennes. Mais j'pas gênée de mon corps pour deux cennes non plus. Ça ballotte d'un peu partout pis ça m'a jamais empêchée de me promener nue devant qui que ce soit. J'suis à l'aise de sortir de la douche pis d'me promener à poil dans ma maison en croisant ma shape dans le miroir. Les filles. On a pas besoin du regard des autres pour être belles. Pour se trouver belle. Pour s'aimer. Pour s'accepter. J'ai pas besoin de plaire à tout le monde. J'ai pas besoin de fitter dans l'idée qu'on se fait de moi. 

Un jour j'vais trouver le gars qui va m'aimer comme j'suis. Le matin pas arrangée avec une haleine fétide. En soirée makeupée pour sortir avec mes chums de filles. Tout nue couchée sul plancher de la salle de bains parce que j'suis menstruée pis que j'ai mal au ventre. Habillée en suit de skidoo pour aller jouer dans neige. En maillot g-string à Tamarindo. En mou à l'épicerie avec une toque de cheveux gras sua tête. En train de faire du jogging avec ma brassière qui me fait pas de seins. Assise dans mon char avec un cornet qui me fond din mains. 

Via aronvisuals

Je changerais pour personne. Encore moins pour fitter dans un moule. Ou pour me conformer à des standards de beauté imposés par la société. Mon corps, c'ta moi. Je l'accepte comme il est. Pis y'est beau en crisse dans son imperfection. Avec ces p'tits bobos. Ces p'tites cicatrices. Ces plis pis ces bosses. Ces rides. J'vais pas les cacher. C'est mon p'tit temple. Appelez-moi Bouddha si vous voulez. Jamais je ne partagerais mes pogos. J'les aime trop. 

Pour lire toutes les chroniques Célib-à-terre de Merlin Pinpin, c'est ici. 

 

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de la collaboratrice et ne reflètent pas nécessairement la position de Narcity Media sur le sujet.

Partager sur Facebook