Tous les princes que j'pogne sont pas si charmants - Narcity

Tous les princes que j'pogne sont pas si charmants

La saison des fondues solo est lancée!

1 mois et 20 jours plus tard, mon statut de célibataire me fait moins chier. En fait, il me faisait pas réellement chier, il me rendait triste. C'était un p'tit fardeau. C'est pas le fait d'être solo qui me dérangeait. C'était la fin d'une autre histoire. Une autre fois que ça pas marché. Un autre gars avec qui j'aurais pas d'enfant, de chalet, d'histoire éternelle pis d'étincelles dans le ventre jusqu'à 90 ans.

Là, les seules étincelles que j'ai dans l'estomac, c'était quand je mange une soupe ramen trop épicée pis j'me fais croire que ça va être correct après. Déni, quand tu nous tiens. Après ce mois un peu raide où j'ai accumulé les mauvaises décisions, telles que de sortir beaucoup trop souvent, beaucoup trop tard, en ayant l'illusion que j'avais beaucoup trop d'argent, en buvant beaucoup trop. J'ai quasi pas travaillé. Pas particulièrement fais attention à moi non plus. 

Via bill_bokeh

J'me suis réveillée tellement maganée que j'ai même laissé mon auto du mauvais côté de la rue sachant très bien que j'allais pogner un ticket. J'men sacrais. J'me sentais pas en grosse peine d'amour intense où j'avais le goût de mourir pis d'me cacher chez nous. J'avais juste vraiment d'la peine que ça arrive encore. Parce que ÇA MARCHE JAMAIS!!! Bon voilà mon cri du coeur et la partie lourde, l'reste est doux, rosé et velouté j'tel dis. 

Bref, pas une cenne, beaucoup de cernes et des brûlures d'estomac plus tard, j'ai repris le contrôle de ma vie. J'suis capable d'être dans mon appartement toute seule. J'trouve pu que yé trop vide pis qui manque de vie. Ça me fait pas peur d'arriver le soir pis d'avoir personne à qui jaser. Le silence me fait du bien. J'texte pu tous mes contacts pour sortir de chez nous rapido pour pas m'retrouver avec moi-même. J'me surprends même à allumer des bougies parfumées pis à trouver ça l'fun pendant que j'lis dans mon bain. 

J'start ma saison de cocooning, grosse doudou, la mijoteuse dans panne à me faire un p'tit boeuf bourgui pendant que j'porte mon pull épais 2 sizes trop grandes, me voilà.

Via dylu

Un beau samedi ensoleillé,  l'envie m'pogne de manger d'la fondue. J'me dis fuck off, j'vais m'en faire à maison à soir, tu seule comme une grande en regardant ma série du moment. J'men va au Marché Jean-Talon, ben relax, je commence par aller prendre un p'tit café sur une terrasse avant d'aller tâter les potirons.

On dirait que y'a eu un babyboom, tout le monde semble être en couple, être enceinte, ou avoir déjà 2-3 poupons à son actif. Moi, j'avais un américano. Moins attachant, mais ça me comblait le coeur le temps d'un instant. 

La terrasse se load et un homme se cherche une place du regard. Je zieute rapido autour de moi et je vois ben que la seule place dispo, c'est la chaise à côté de la mienne. N'écoutant que mon envie de jaser à personne, je tente la technique de l'autruche en regardant ailleurs et en faisant comme si la réalité n'existait pas. Comme d'hab, c'est un truc qui marche moyennement. L'homme s'avance donc vers moi et me demande s'il peut prendre la chaise à côté de la mienne. 

Via elletakesphotos

La panique me pogne ben raide. J'ten mode apprivoiser mon moi-même, me sentir femme, retrouver ma féminité pis lui y'arrive avec sa maudite question piège. 

Faque j'ai dit oui, être assis à la même table en buvant un café, ça engage à rien. Pis ça stop pas mon projet d'être bien avec moi-même. Il s'assoit. On boit silencieusement en regardant les passants, jusqu'à date tout va bien. Pis là BOOM, ma bouche s'ouvre pour lui parler du beau temps. C'est quoi mon ost* de problème?  Ma Merlin intérieure a roulé des yeux, a lâché 2-3 sacres et m'a jugé fort fort. 

Parle parle jase jase, c'était agréable, pas pesant et surtout sans aucune attente de ma part. J'me voyais avec mes 4 bâtonnets à fondue pour moi tu seule en buvant une bouteille de rouge, j'me voyais pas vraiment marcher jusqu'à l'autel faque j'me suis levé pour aller finir mes commissions pis me mettre chaude tu seule à maison. Avant de partir, il a voulu qu'on échange nos Facebook. Ma face a changé un brin. Dire que tu t'appelles Merlin Pinpin sur Fb, ça passe jamais bien. Pour me sortir de la douce impasse, j'ai proposé d'échanger les # de cell. 

J'fais mon épicerie avec un doute à l'esprit. J'sais pas si ça me tente de dater au fond, j'avais envie d'être seule pour un bout. Dater c'est du temps, du niaisage, j'ai pas envie d'être déçue. J'pas trop sure de ce que je veux, y'était ben sympa, mais..Mais quoi, j'voulais pas rencontrer pis là ça me tombe dessus. J'aurais du dire non maudite niaiseuse pis lancer la chaise au bout d'mes bras en criant JE SORS D'UNE RELATION VADE RETRO SATANA. 

Via kewal

Arrive à maison, me débouche un beau pinot. Let's go. Je savoure ma fondue comme si c'était mon dernier repas. J'tellement excitée j'ai quasi envie de boire avec la bouche pleine malgré que ce soit une habitude qui m'écoeure profondément chez les autres. Puis je reçois un texto. Voilà. Les questions de base Tinder y passent, les classiques,  les réponses rassurantes pour montrer qu'on est fiables à temps partiel et wild une fin de semaine sur deux. Le genre de texto ben l'fun, mais qui gruge ben du temps pis qui finalement, veut rien dire parce que quand tu rencontres l'autre tu vois ben que les textos c'est pas si représentatif. 

Ça dure 4 jours de gros textos intensifs. Y'a d'la rigolade et quelques confidences, ce qui est weird, en texto on dit des choses qu'on dirait jamais en face à des gens qu'on connaît aussi peu. Pourquoi alors en sms on est volubile et lousse? Sûrement pour la même raison qu'il y a des trolls sur le net, y'a comme une barrière entre nous et l'autre, comme si on envoyait notre message dans l'espace intersidéral. Qu'on réalise pas tout le temps que ça va être lu. 

Faire ça short and sweet c'est l'best. Après ces 4 jours, je lui propose d'aller prendre un verre le soir. Il peut pas. Je propose le lendemain. Peut pas non plus. Ok ben tu me feras signe quand t'auras du temps au lieu d'me faire perdre le mien. Finalement le lendemain il me texte, il est dispo. Il me choke 1h avant alors que je sens bon et que j'ai passé ma soie dentaire jusqu'en arrière de mes molaires. 

Je débande complètement et perds toute envie de le voir. Exactement c'que je craignais. Il me donne un autre rendez-vous, j'refuse. Me tente pas d'me faire niaiser, j'y dis de m'appeler s'il veut en jaser, mais les textos pis les chokages, ça suffit. Une semaine passe, deux, sans nouvelle. J'y pense pu vraiment jusqu'au soir où je suis dans un bbq chez une amie et mon téléphone sonne. Je réponds. C'est monsieur Café. 

Via kchance8

Je n’entends rien quand il parle, je me bouche une oreille, je n’entends rien, je vais m'isoler aux toilettes, je ne l’entends pas plus. Je réalise que ce n’est pas le bruit ambiant le problème, c'est parce qu'il murmure! Il me dit « je t'appelle pour te dire que je ne pourrais pas te rappeler pis qu'on ne pourra pas se voir ». J'trouve qu'il mettait beaucoup d'effort et que c'était un peu ironique qu'il m'appelle pour me dire qu'il ne pouvait pas m'appeler. 

J'dis coudonc t'es tu caché en arrière de ta laveuse pour me téléphoner, on dirait que tu m'appelles en cachette de ta mère comme si t'étais rentré passé ton couvre-feu pis que t'avais caché une grenouille en d'sous de son oreiller. Il rit pas. Mais pas pantoute. Il me répond ouin, c't'un peu ça quand même, en reprenant un volume de voix acceptable. Après silence radio. 

J'sais où ce dialogue s'en va, j'y sauve du temps : C'est écrit dans le ciel que t'as une blonde, et là il me coupe la parole et me dit oui et elle est enceinte. Ouan. Ça va pas ben mon chum. Ordinaire. Très très très ordinaire. J'dis tsé, après le café ça aurait pu s'arrêter là, on continue notre vie comme deux inconnus qui avaient jasé un peu, ça n’avait pas besoin d'aller plus loin. Criss j'allais acheter des poivrons pis du brocoli, j'cherchais pas à l'amour ni à rendre une fille cocue. Pas besoin de me faire perdre mon temps, pas besoin de mentir à ta blonde. Côté poivron, j'ai pogné un ost* de piment, ça, c'est clair. Il me répond offusqué ben raide HEY! J'fais rien de mal, j'la trompe pas ma blonde, on a pas fourré ensemble criss. 

J'ai raccroché. Si tu parles au téléphone caché dans ta valise de char, oui y'a quelque chose qui cloche même si y'a pas eu pénétration. Pis si j'ai besoin de te l'expliquer, on est face à un double problème.

La saison du cocooning est officiellement lancée, je sors pu de la maison! 

Pour lire toutes les chroniques Célib-à-terre de Merlin Pinpin, c'est ici. 

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de la collaboratrice et ne reflètent pas nécessairement la position de Narcity Media sur le sujet.

Partager sur Facebook