Je dois avouer que j'ai déjà été la fille qui avait pas assez de soirées pour toutes ses dates. Pis pas assez de lendemains pour me remettre de mes hangover post-rv galants. Je voguais d'un rendez-vous galant à l'autre, le coeur léger, la moustache épilée, pis une haleine de Pabst parce que j'me faisais toujours un prédrink en m'aplatissant les cheveux avant de partir.

Dans ma tête, c'était SIMPLE! J'avais clairement pas encore embarqué dans la game. Chaque superlike me comblait de bonheur, même si chaque date se soldait pas par un succès, j'étais pas amère ou déçue. J'le vivais très bien pis j'me disais que j'allais finir par tomber sur ZE ONE.

3 ans plus tard, c'est autre chose. C'est rendu ben trop compliqué. Y'a RIEN de simple comme avant. Ça me donne vraiment envie de me ligaturer les trompes dans une opération maison. Pourquoi? Parce que le monde se pose ben trop de questions. On est pu relax pantoute dans le dating, c'est rendu pire qu'une entrevue de groupe à l'Aubainerie.

M'semble, on est bien ensemble, on peut-tu juste se voir sans se demander où on va faire baptiser nos futurs enfants? On verra ben où ça nous mène tabarfuck! La vie est assez compliquée de même avec nos horaires loadés comme un gun, pas besoin de prendre rv avec l'amour.

Là, faudrait contrôler la fréquence à laquelle on a envie de passer du temps avec l'autre. On peut-tu se voir deux jours de suite? Non, il va penser que j'veux pas lui donner le temps de voir d'autres filles. J'peux-tu l'inviter dans un party où il va rencontrer nos amis? Non, il va penser que j'veux officialiser ça. J'peux-tu dire que le condom a pété? Non, il va penser que j'ai fait exprès pis que j'veux tomber en balloune.

@gavin.crewsembedded via  

Texter le gars que tu vois est rendu un projet de longue haleine, j'fais quasiment un brainstorm avec ma psy avant de peser sur send. Je pèse tous mes mots. Je texte pu jamais bon matin sans regarder l'heure avant. 7h45, trop tôt, il va penser que c'est la première chose que j'ai faite en me levant. 10h45, parfait, j'ai pas l'air de trop vouloir qu'on se marie avant Pâques.

J'ai jamais voulu devenir la fille qui réfléchissait trop, j'ai jamais voulu me prendre la tête avec des niaiseries. Mais là, on dirait que j'ai pas le choix, on m'impose de me faire chier avec des réflexions qui me ressemblent aucunement. Le « feel the flow» a fait place a « tention à c'que tu fais tu vas passer pour une criss de folle».  J'analyse tous mes gestes, pis j'me mets à place du gars pour voir comment il peut interpréter ça.

C'est crissement triste, mais être honnête c'est pas payant, on dirait faut tu gardes tout en d'dans en attendant d'être certaine que ça soit pas perçu comme trop intense. Tu te fais un échéancier mental sur les comportements que tu peux permettre: le 28 décembre j'aurai le droit de lui donner un bisou, sans langue, au resto, le 2 mai je pourrais lui faire ma recette de pâtes arrabiatta, TOUT est pensé, réfléchi, préparé à l'avance.

Est où la spontanéité? Y'est où le fun? C'est supposé être cool dater, t'es supposé être excitée, fébrile à l'idée de rencontrer quelqu'un de génial. Là, j'traîne mon carnet de santé dans ma sacoche pour montrer que oui, j'ai bien été vacciné contre la rubéole en 94'. Fuck you le dating moderne. T'as pété la magie qui me faisait croire que l'amour c'était beau et surtout facile.

Sauf que, j'veux pas arrêter d'y croire pis j'veux redevenir celle que j'étais. J'débarque du jeu de la séduction. J'vais juste être moi. Sans me faire chier avec des réflexions qui me pourrissent la vie. Si ça plaît pas à l'autre, ben get the fuck out, va le faire ton calendrier mental avec une autre, pis sinon ben arrête de penser, french-moé on verra ben où ça nous mène.

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications