J'pense qu'après tous les articles trashy/sexu, des tranches de vie plus ou moins glorieuses, j'ai pu vraiment grand chose à cacher. Je raconte souvent des histoires où les garçons ont le mauvais rôle. Mes anecdotes les mettent rarement en valeur.

J'ai pas toujours été super cool de mon côté non plus! Pas cool, c'est léger comme terme en fait. J'ai été vraiment pas de classe deg' dans bien des situations pis j'ai détruit une couple d'érections/relations de même.

Mais j'vous jure, j'ai jamais fait exprès. 

1. La bonne ménagère

M'excuse Adam. La première fois - et seule fois - qu'il m'a invitée chez lui, j'ai constaté un bordel pas possible. De la vaisselle qui devait traîner depuis le lancement du fucking dernier cd de Eminem, du linge sale en motton partout, tu voyais à peine le plancher. Ça m'a tellement dégoûtée que j'ai commencé à lui faire la leçon sur ses habitudes de vie et j'ai starté un clean up de son appart. Déjà qu'il était pas content que je le juge, ça aurait été moins pire si j'avais pas utilisé du dissolvant pis scraper sa table de cuisine.


2. La vedette qui digère mal

M'excuse Mikael. Lors d'une soirée cutie, on s'en allait à l'auto après le resto quand j'ai pogné une solide envie de caca. J'voulais pas vraiment soulever ce point-là, faque j'ai fait semblant que tout allait bien, mais je cherchais activement une toilette à proximité. On marche paisiblement, j'commence à avoir des sueurs froides quand une vieille dame vient me voir pour me demander un autographe.

La situation pouvait pas être pire. Elle pensait que j'étais Rihanna (tu m'as peut-être jamais vue, mais on a pas vraiment de traits communs moi et elle). Ma date trouvait ça très drôle, mais moi je riais pu pantoute. Work work work devenait tragiquement shit shit shit. J'ai jamais fini la conversation. J'ai abandonné tout ce beau monde en courant vers la station- service la plus proche. Sorry Riri.


3. L'esthéticienne et son exfoliant maison

Sorry Mario. En revenant d'une première date bien trop arrosée avec ledit garçon, j'me suis rendue compte que je trouvais pu mes clés. Sur mon perron, entre deux baragouinages incompréhensibles, pis avec Mario qui me fixait, j'ai enfoncé les 2 mains profondément dans mes poches pis j'ai perdu l'équilibre. J'ai été délicatement me râper le visage sur le mur de brique de mon appart. J'ai commencé à saigner. À pleurer. Le mix larmes/sang est rarement un turn on. Mine de rien, on s'est revus.


4. Miss karaoké

Sorry Charles. Ses amis lui avaient organisé une soirée karaoké pour sa fête. Ils étaient TOUS présents au Zoé Bar. J'étais jeune à l'époque (pour ma défense) pis je savais pas vraiment boire. Comme j'étais la seule fille, j'ai essayé de suivre les garçons dans leur beuverie. Ça allait ben jusqu'à temps qu'on me nomme pour que j'aille chanter ma toune.

Je marmonne/postillonne « J'irai où tu iras de Céline» beaucoup trop près du micro. Un moment donné ça s'est transformé en gros silence. Suivi de sanglots. Suivi de moi qui appelle son père - toujours sur la scène - pour lui dire qu'elle l'aime. Tout ça sans prendre la peine de lâcher le micro. Bonne fête Charles.


5. La grande dictatrice

Sorry Pascal. Je le trouvais super mignon, mais il était très timide. Trop. Une fois tout nu, j'arrêtais pas de le bosser, c'était plus fort que moi en tant que bonne Gère-Mène. Une fois, j'étais en train de lui prodiguer une délicieuse collation quand son cell a vibré sur la table de chevet. J'ai vu qu'un de ses amis lui envoyait une photo d'une fille qu'il avait une tinderdate le soir. La fille c'était moi. Ma face a changé, Pascal a regardé son cell, a ramollit du pénis illico et m'a gentiment crissé dehors. Pas besoin de dire que j'ai pas daté son ami.


Je m'excuse tellement. 

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications