On se remettait ensemble comme on répare un vieux meuble qui a eu une longue vie déjà. Sans trop y croire. Sans trop d'attentes. Sans trop y tenir. Tu colles les morceaux sans trop d'effort, machinalement. Tu fais juste répéter les mêmes moves, par habitude. Notre meuble, on l'a réparé pendant 4 ans. On va s'le dire, ça tenait faiblement pis pas pour les bonnes raisons.

T'étais pas mon chum, t'étais pas ma fréquentation, t'étais mon habitude. On se quittait au gré des saisons, mais j'savais que le vent allait tourner pis que j'allais retrouver la chaleur de ton corps pour une nuit, une journée, le temps que tu m'offriras. On finissait toujours par revenir. À chaque fois. À travers nos vies qu'on avait bâti l'un sans l'autre, on s'est jamais fermé la porte de nos coeurs. Là, on avait un espace privilégié. Mais on s'est jamais fait de place dans nos vies. Pas la place qu'on aurait méritée en tout cas.

Pis, y'a quelque chose qui s'est immiscé tout doucement. Sournoisement, peu à peu, ça fait son p'tit bout de chemin dans ma tête. Le doute est apparu. Pis y partait pu. Si c'était pas ça l'amour? Si c'était pas normal d'aimer autant pour en retirer si peu? Si je mettais de l'énergie dans une relation qui me faisait pas autant de bien qu'elle me faisait de mal?

via @jaquory_lunsford

C'était à peine perceptible au début. Juste une pensée qui flottait au fond de ma tête à laquelle j'accordais aucune importance. Sauf qu'elle a réussi à faire son nid dans ma caboche. Mes pensées étaient loadés d'incertitudes. Des incertitudes qui m'avaient jamais appartenu jusque-là. Des incertitudes que j'avais toujours préféré laisser aux autres.

Y'avait une tempête dans ma tête. Comme un bon gros crisse de 30 cm qui tombe sur Montréal, bourrasques de neige pis toute, j'avais la visibilité des idées réduite. Mon quotidien était devenu lourd, j'sentais que y'avait kek'chose de brisé en d'dans. Ça a été la passe poche où j'ai du admettre que j'ai pilé sur c'que je voulais comme relation pour pas te perdre. J'me suis oubliée pour faire de toi ma priorité.

J'ai jamais exigé trop. J'ai attendu que ça vienne de toi. J'ai espéré longtemps qu'on allait se setter pour la longue run quand t'allais être prêt. Pis c'est jamais arrivé. Pis ça me tente pu d'attendre. J'me suis fait du mal en repoussant mes rêves d'un beau grand amour qui te donne la chair de poule pas mal souvent tout le temps tellement ça va bien pis que c'est l'fun. Un amour qui fait chier les autres parce que j'arrêterais pas de sourire de toutes mes dents pas blanchies, mais qu'on s'en fout parce que j'serais heureuse.

Là, les années ont passées pis notre non-relation stagnante me ronge. J'ai constamment besoin d'être rassurée, j'te bombarde de questions qui méritent pas de réponses. J'les connais les réponses. J'le sais qu'on aura jamais une relation saine et normale.

J'le sais que c't'un échec. C't'une relation qui me fait pu de bien, qui me convient pu. J'veux pu être ses wiper dans ma tête tout le temps, j'veux me débarrasser de toute la marde qui m'empêche d'être heureuse. J'me suis choisie. J'ai envie d'être bien, pis toi aussi tu mérites de l'être. Pis j'pas la fille avec qui tu vas l'être, c'est devenu évident avec le temps.

J'disais tout le temps que j't'aimais gros comme l'univers, ben justement, j'pense que y'est temps d'arrêter de vivre sur une autre planète.

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications