«Ouais mais je ne te devais rien; on n'était pas un couple.»  

Cette phrase qui devrait tout excuser. Cette phrase qui te tourne au ridicule et ne t'autorise pas à avoir du mal, ou à lui en vouloir de t'avoir brisé le coeur.


À lire aussi:


Vous vous êtes fréquentés pendant un moment. C'était plus qu'un ami, c'était les bras dans lesquels tu trouvais réconfort, c'était celui à qui tu pensais le matin et qui te consolait quand ça allait mal. Lui avec qui tu partageais tes bonnes nouvelles et tes fous rires comme tes plus grandes angoisses. Avec du recul, tu réalises que tu n'étais qu'un épisode dans sa vie. Mais pour toi, il représentait la saison complète.

T'as le droit de lui en vouloir. Lui en vouloir de ne pas t'avoir aimé comme tu l'aimes. De ne jamais avoir compris que toi, tu voulais plus que ça, finalement. De t'avoir serré juste assez fort pour te rendre accro. T'avoir juste assez embrassé pour ne jamais oublier ses lèvres et développer une dépendance à ces petits papillons qui traversaient ton estomac. 

T'as le droit de le trouver totalement idiot de faire comme si rien était, de faire comme si c'était toi qui dramatisais, alors qu'il t'a donné 1001 raisons de penser qu'il était attaché, en commençant par chaque « bon matin » qu'il t'envoyait dès le réveil.

T'as le droit d'avoir de la peine quand tu le vois faire rire une autre fille comme tu as ri, ou quand tu le vois la regarder avec le regard que toi tu lui lances. De te sentir déracinée et perdue sans lui. 

T'as le droit de te sentir ridicule. D'avoir un peu honte d'être aussi brisée par une personne qui ne t'a jamais appartenu. D'avoir pu penser que chaque fois qu'il te tenait la main ou te disais qu'il pensait à toi avait de l'importance, au point de croire que vous deviendrez éventuellement un couple.

T'as le droit d'avoir des regrets. De ne pas lui avoir dit comment tu te sentais. De ne pas lui avoir fait comprendre que ce n'était pas juste une fréquentation à tes yeux. Que ce n'était pas un simple passage dans ta vie. 

T'as le droit de tourner le coin quand tu le vois, d'ignorer ses messages textes et ses Snapchats, ou même de couper les ponts pour ne plus avoir à tolérer sa présence. Pour ne pas avoir à te demander ce qui est arrivé pour que ça cesse, pour que ton compte de fée devienne un cauchemar.

Il n'y a pas de loi qui réglemente ça, les peines d'amour.

Il y a seulement une chose qui est certaine: t'as le droit d'avoir de la peine, parce qu'il n'y a pas d'erreur, que des apprentissages, et sont ces émotions-là qui te gardent en vie, qui te permettent de guérir et faire ton deuil et passer à autre chose.


Autres articles qui vont t'intéresser:

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications