Le cheerleading compétitif est un sport qui évolue à une vitesse incroyable. Alors qu’au Québec on peut se vanter de commencer à avoir un niveau similaire à celui des américains grâce à Flyers et Pirates qui ont marqué l’histoire au championnat du monde 2017, on peut aussi se rappeler qu’il y a certaines années, ces associations n’existaient même pas. L’époque où tous les fondateurs d’associations faisaient du cheerleading niveau 6 dans la même équipe n’est pas si loin, et c’est là qu’on remonte : le début des années 2000.


À lire aussi :


Il y a plusieurs choses que les cheerleaders d’aujourd’hui ne comprendront jamais, en voici 26 :

1. La différence entre un full deux jambes et un cupie.

Je pense que les fulls 2 jambes écartées sont morts autour de 2008. 


2. La couche de colle qu’on se mettait sur les yeux (ou même les cheveux) pour y appliquer des paillettes.

Sans parler des collants d’étoile dans le visage. Et on peut-tu parler du temps que ça prenait à démaquiller?


3. Dormir avec des rouleaux pour avoir des couettes super bouclées.

Ou même se faire la tête entière en tresses à part la couette.


4. Savoir ce qu’est un herkie. 

Et faire un tour de 360 degrés entre les sauts pour le style.


5. Avoir un cartable avec une liste de positions/motions à pratiquer à la maison.

Chaque athlète amène son cartable à chaque pratique! C’est important!


6. Faire des 2 et demi à 13 ans dans le gazon. 

Et pour une drôle de raison, les 2 et demi tenaient, mais les fulls à positions tombaient tous.


7. Animer des parties de football.

Et ne rien comprendre.


8. S’entraîner l’été et compétitionner aux provinciaux de la CPC en octobre.

Et avoir des médailles en forme de ballon de football.


9. Arrêter la routine au milieu pour faire un cheer, et recommencer comme si rien n’était par la suite.

... Juste avoir l’énergie pour se mettre à crier au milieu d’une run. 


10. Être la gymnaste de l’équipe parce que tu fais un flic.

Ou être en avant complètement dans le spacing parce que tu as la plus belle roue.


11. Les danses devant les pyramides.

Une pyramide en arrière, et genre 6 filles qui dansent devant. Pourquoi pas?


12. Porter des jupes à plis avec une culotte intégrée.

Et elles étaient loin d’être aussi jolies que celles de Bring It On.


13. Les feuilles de juge sur des pointages tellement hauts que tu pouvais battre une équipe par 50 points.

En ayant 3 chutes.


14. Donner des coups de tête quand tu fais de l’attitude.

Et sortir la langue.


15. Avoir un petit ruban mince de couleur comme « boucle de cheer ».


16. Les routines de 5 minutes...

Avec beaucoup trop de temps morts.


17. La technique de twist douteuse qu’on pourrait aussi appeler la prise du coude.

Passer de high V à broken T, un bras devant la tête et un bras derrière la tête.


18... Savoir ce qu’est un broken T.


19. Trouver que les cheerleaders de Bring It On sont vraiment bonnes avec leurs inversions.


20. Acheter les VHS de tes compés.

Et avoir déjà pris une photo officielle avec un ballon de football dans les mains. 


21. Compétitionner dans une division d’âge très stricte.

Pas de cross-overs. La game est pas mal différente quand tu as 16 ans et que tu lèves juste des filles de 15 à 17 ans.


22. Compétitionner pour la première fois sur un mat rebondissant.

C’était un mat Gymnova blanc, pas de slices, et surtout que le jour de la compé était le seul moment auquel tu montais dessus.


23. Compétitionner au Centre Bell.

Rien de trop beau.


24. Rentrer sur le mat en cheerant la foule.


25. Regarder tous les règlements et se rappeler de l'époque où c'était pas mal moins stricte. 


26. Mourir un peu de l’intérieur en voyant ce qu’est devenue le cheer aujourd’hui et en sachant que ton corps ne te permet plus de le faire.


Autres articles qui vont t’intéresser :

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications