Cet article est publié en rappel.


Des journées pluvieuses et venteuses comme aujourd'hui, ça nous donne juste le goût de lever les voiles et partir en voyage. Tout lâcher et ne plus avoir autant de responsabilités pour partir vagabonder à travers le monde.

C'est en fait la réalité de Stephanie et Gabriel qui n'ont pas payé de loyer depuis 3 ans parce qu'ils vivent maintenant la « van life » et voyagent d'un océan à l'autre sur le continent. (En compagnie de Jack, leur chien trop cute.)

@1.5billion_inches_to_exploreembedded via  

Ils se promènent sur la route et documentent leurs aventures sur les réseaux sociaux. Leurs photos sur Instagram montrent des paysages à couper le souffle et ils nous partagent toutes les facettes de leur mode de vie autosuffisant qui fascine et inspire à vivre plus simplement. D'ailleurs, Stéphanie avoue avoir une relation amour/haine avec les réseaux sociaux, car elle et son copain croyaient inspirer un plus grand éventail de gens avec leur mode de vie parce qu'ils ne correspondent pas toujours au standard de perfection que projette Instagram.  

@1.5billion_inches_to_exploreembedded via  

@1.5billion_inches_to_exploreembedded via  

Deux passionnés de voyage, ils ont découvert le monde en solo avant de se rencontrer en 2014, à Baie-Comeau. Stéphanie était revenue dans sa ville natale pour quelques mois et travaillait dans une microbrasserie tandis que Gabriel avait un emploi à la Société de protections des forêts contre les insectes et maladies. Dès leur rencontre, les voyages étaient leur plus grand point commun. 

« Quand notre relation est devenue plus sérieuse, Gab m'a bien fait comprendre que peu importe où ça nous menait, lui il avait besoin de partir en voyage. C'est honnêtement les paroles les plus rassurantes que j'ai entendues venant d'un gars qui avait envie de s'investir avec moi, parce que, un jour ou l'autre, mes voyages ont toujours fini par venir compliquer mes anciennes relations. » 

@1.5billion_inches_to_exploreembedded via  

Depuis ce temps, le couple a vécu dans trois vans différentes qu'ils ont nommées Grace, Hope et maintenant Oscar.  La première était un Dodge Caravan qu'ils ont transformé pour 100$ en y installant un lit qui servait aussi de table. Avec Grace, ils ont parcouru plus de 12 000 km et traversé le Canada et la côte Ouest canadienne et américaine. 

Via 1.5billion_inches_to_explore

Via 1.5billion_inches_to_explore

Par la suite, les voyageurs se sont envolés vers Hawaï et la Nouvelle-Zélande où ils ont fait l'achat de leur deuxième véhicule/maison qui était déjà converti. Ils se sont promenés sur la terre des kiwis pendant 8 mois avant de revenir au Québec. 

@1.5billion_inches_to_exploreembedded via  

@1.5billion_inches_to_exploreembedded via  

« On est revenu au Québec parce qu'on avait trop envie de construire notre propre van pour y vivre de façon permanente. Alors on a acheté notre van actuelle, Oscar qu'on a converti lentement mais sûrement durant l'hiver 2016-2017 en travaillant tous les deux à temps plein pour pouvoir payer tout comptant et pas s'endetter pour notre rêve. »

C'est ainsi qu'ils se sont lancés dans la transformation de leur van, sans avoir d'expérience en rénovations. À travers les fous rires, les moments de frustrations et les nombreux sacres vis-à-vis les casse-têtes qui se présentaient à eux, le couple dit en être ressorti avec une immense satisfaction de l'avoir fait eux-même et à leur goût.  

@1.5billion_inches_to_exploreembedded via  

@1.5billion_inches_to_exploreembedded via  

@1.5billion_inches_to_exploreembedded via  

@1.5billion_inches_to_exploreembedded via  

« Un vrai lit était primordial, alors on a mis un matelas de lit Queen et on a construit le reste autour de ça. C'était aussi super important pour nous d'être autonome le plus possible niveau énergie et on a réussi avec notre installation de panneau solaire. Depuis qu'on habite le van, on a dû se brancher que 2 fois et c'était en novembre. On est assez fière de ça. »

Le mode de vie plus nomade n'est pas toujours de tout repos. Souvent, ils n'ont pas accès facilement à des toilettes ou des douches. Il fait soit très froid ou très chaud et oublie le micro-onde pour te réchauffer ton lunch vite fait. Tout prend plus de temps, mais pour eux, un mode de vie plus sédentaire leur demanderait beaucoup plus d'énergie que de vivre sur la route. 

« Juste faire mon café le matin sur le poêle au gaz c'est un p'tit plaisir. Même si tout est plus ''compliqué'' quand on vit dans une van, ça nous force à ralentir et prendre le temps de faire les choses. Dans une époque où tout va bien trop vite, ça fait du bien. Ça fait du bien d'avoir le luxe de prendre 3 heures avant de s'activer le matin parce qu'aujourd'hui on a choisi que c'était ainsi. Ou le contraire, de se lever ultra tôt pour aller profiter du lever de soleil dans un endroit fabuleux. » 

Une journée typique dans la « van life » n'est jamais la même selon l'endroit où ils sont et leur travail. Lorsqu'ils travaillent sur les fermes par exemple, ils se stationnent directement là. Sinon, lorsqu'ils sont en déplacement, ils se stationnent dans des endroits gratuits et bougent la van le plus souvent possible. Pour se laver, ils s'abonnent à un gym à proximité et ont ainsi l'accès aux douches. Et sinon, les lacs et les rivières sont aussi d'excellents endroits pour prendre un bain en plein air. (Avec des savons bio, bien sûr.)

@1.5billion_inches_to_exploreembedded via  

Dans les prochains mois, Stéphanie et Gabriel partent pour aller travailler à Whistler. Le plan serait d'amasser assez d'argent pour pouvoir partir vers le sud cet été et se rendre jusqu'au Mexique et faire leur cours de maître plongeur. 

Pour suivre leur périple, abonne-toi à leur page Instagram ici.

 

 

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications