Je pense que ça nous ait tous arrivé au moins une fois: on est à la job, tout d'un coup le temps devient long, on regarde par la fenêtre pis on se dit « j'ai vraiment le goût de toute cr*sser là pis de partir en voyage ». Ben je connais quelqu'un qui le fait actuellement et il a accepté de partager ses expériences et ses trucs pour voyager longtemps avec très peu d'argent. 

Ça fait depuis 4 ans qu'Alex est en voyage où il vit au jour le jour. Du jour au lendemain, Alex quitte toute pour vivre la vie qui l'attirait le plus. Entrevue avec cet homme qui a osé faire de son rêve une réalité. 

À lire aussi: 6 restos à Montréal qui vont te donner l'impression d'être en voyage

Ça fait environ 4 ans que tu vis en voyageant, raconte-nous en gros ce que tu as fait.

Je suis parti étudier quelques mois en France et j’ai décidé de voyager dans le sud de l’Europe pour finalement aboutir en Turquie. J’y suis resté trois mois, j’ai randonné en Géorgie et ensuite pris le train transsibérien de Moscou jusqu’au lac Baïkal pour descendre en Mongolie. C’est rendu en Chine que mes économies ont commencé à faire défaut alors j’y suis resté un an pour enseigner l’anglais à des enfants. Après avoir visité ce pays assez surprenant et fait une excursion en Corée du Nord, je me suis rendu au Népal pour y trekker durant trois mois, puis j’ai visité l’Asie du Sud-Est en passant plus ou moins 2 mois pars pays.

@poetesansfrontieresembedded via  

J’ai ensuite obtenu une certification en massage Thai traditionnel en Thaïlande, j’ai appris à faire du surf aux Philippines, j’ai traversé l’ile de Bornéo en autostop (1350km en 5 jours) et me suis acheté un vélo à Bali pour faire le tour de l’ile (vélo que j’ai revendu après, bien entendu).

Un an après avoir quitté Pékin je me suis rendu en Australie pour travailler, en tant qu’ouvrier de construction et de paysagement cette fois. J’en ai profité pour jouer dans un tournoi d’ultimate frisbee à Hawaï, randonner en Tasmanie et rejoindre mes parents en Jordanie pour le Jour de l’An.

@poetesansfrontieresembedded via  

Moins d’un an plus tard, je repartais, avec ma nouvelle copine cette fois-ci. Je suis retourné vers mes coups de coeur: la Turquie et la Géorgie. Nous avons donc randonné en Turquie avant de traverser la Géorgie à pied, du nord au sud, de la Russie à l’Arménie. Nous avons visité l’Arménie sur le pouce et comme il nous était impossible de traverser en Iran, nous sommes allés vers l’Inde, le Sri Lanka et le Myanmar.

Lorsque la durée de mon visa le permettait je me tournais vers l’autostop pour rencontrer des gens, et j’ai accepté bon nombre d’invitations à souper et même dormir chez les locaux.

La clé (selon moi): être ouvert, faire confiance aux gens et suivre son instinct.

Qu’est-ce qui t’a donné envie de partir pour si longtemps?

Quand je suis parti, je n'avais aucune idée que ça allait durer aussi longtemps. J'ai dit à mes parents que je pensais voyager de trois à six mois, surtout parce que je ne savais pas si j'allais aimer voyager seul et parce que je n'avais aucune idée de combien voyager me coûterait! 

Tu es parti avec quel budget ?

Je suis d'abord parti pour faire mon dernier semestre d'études en France, et ensuite j'ai simplement jeté mon billet de retour et pris la route vers le sud de l'Europe. À ce moment, je devais avoir environ 6 000$ en économies. Ça m'a suffi pour environ 8 mois, avant que je décide de travailler en Chine.

Lorsqu'on parle de budget pour un voyage, je considère que je dépense en moyenne 1 000$ par mois en solo, et 800$ en couple.  Avec ce montant, je ne me prive de presque rien.

Je voyage donc avec plus ou moins 12 000$ par an, toutes dépenses incluses. Cela comprend par exemple les billets d’avion, les visas et même un permis de montagne et un guide d'alpinisme au Népal qui m'ont coûté 1 000$ à eux seuls, pour 24 heures! 

Alex, donne-nous le secret pour payer vraiment vraiment pas cher en voyage.

Il y a plusieurs façons de voyager pour peu. Quand on regarde les dépenses les plus importantes en voyage, on remarque l'hébergement et le transport tout en haut de la liste, avec ensuite la nourriture et les différentes activités qu'on veut faire. Économiser passe donc par la volonté de s'attaquer aux premières.

@poetesansfrontieresembedded via  

Ce qui fonctionne bien pour moi, c'est le voyage lent et la recherche de l'expérience locale. En français, cela veut dire que je me tiens loin des avions et des taxis autant que possible. Je prends les bus locaux, les trains lents et je fais souvent de l'autostop, même si un trajet de quelques centaines de kilomètres doit me prendre 3 journées entières! 

J'utilise le couchsurfing (site web pour dormir chez des locaux gratuitement pour quelques nuits) et je planifie rarement où je vais dormir: s'informer sur place donne souvent lieu à des invitations ou à des petits établissements locaux introuvables sur internet et bien moins chers. Même principe pour la nourriture : s'éloigner des grandes rues et des restaurants touristiques permet de dénicher des spécialités locales.

Je voyage aussi toujours avec ma tente, un tapis de sol et mon sac de couchage, et les ai utilisés même en pleine ville! Une fois, en me rendant de la Toscane jusqu’à Rome en autostop, j’ai dû m’arrêter à la tombée de la nuit. J’ai simplement installé ma tente sur le grand terre-plein entre les deux autoroutes, à l’abri de quelques grands arbres, pour reprendre le lendemain là où j’avais laissé!

@poetesansfrontieresembedded via  

La simplicité et l’apparence inoffensive du camping permettent aux locaux soucieux d’être charitables et accueillants et de venir vers le campeur pour offrir leur aide. Je ne compte plus les fois où on m’a approché alors que je campais, pour me tendre une assiette bien garnie (littéralement! Une assiette!) ou me proposer de dormir chez les gens. Je n’ai jamais eu de mauvaise expérience. Il y a certainement une part de prudence et de conscience de mon environnement, mais l’attitude envers l’autre est tout aussi essentielle.

Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui voudrait se lancer là-dedans?

Pour entreprendre un grand voyage, peu importe ce que cela veut dire, je crois qu’il faut être prêt à faire confiance aux gens. Je pense aussi que de se donner la peine de prendre le temps est un cadeau inestimable qui provoque des rencontres inimaginables et des expériences inestimables. C’est en allant vers les autres qu’on donne la chance à des histoires abracadabrantes de se former.

@poetesansfrontieresembedded via  

L’autostop, ou le transport local (train de 3e classe, minibus, etc.), est une parfaite image de tout ça. Bien que ce soit lent, je me souviens de chaque conducteur qui m’a embarqué, chaque femme qui avait mon bien-être à coeur comme si j’étais son enfant, chaque homme qui m’invitait à manger ou boire un verre par simple générosité, chaque famille qui m’offrait un toit, fière d’avoir un invité exotique.

Le voyage lent et l’ouverture à l’imprévu conjuguent petit budget, expériences authentiques et moments inoubliables. Quoi demander de plus!

Alex est toujours en voyage et ne compte pas s'arrêter pour le moment. Si tu as le goût de le suivre et de trouver encore plus de trucs pour voyager avec peu de moyen, tu peux regarder son blogue.

 

 

 

 

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications