C'est hier que plus de 250 touristes québécois, coincés à Cuba depuis vendredi dernier ont finalement pu revenir au pays. C'est l'écrasement d'un avion de Cubana de Aviación, causant 111 morts, qui a forcé les touristes à retourner à l'hôtel alors que les avions restaient cloués au sol.

Après 5 jours d'attente à Cuba, ils sont enfin de retour, et TVA Nouvelles était là pour les accueillir. De manière générale, les clients ne se plaignent pas du confort de leurs hôtels, mais plutôt du manque de soutien et d'informations reçues alors que l'incertitude a plané jusqu'à la dernière minute.  

Une entrevue a toutefois capté l'attention des Québécois, alors qu'une femme compare les 5 jours d'attente, dans un tout-inclus, à Guantanamo:

« On s’est senti comme un peu abandonné à nous-mêmes. On s’est senti comme prisonnier. Guantanamo. Exactement, c’est Guantanamo qu’on a vécu. »


Évidemment, ça ne passe pas: bien qu'on soit habitués, au Québec, d'exagérer un peu avec nos expressions, cette dame compare moins d'une semaine sur un tout-inclus à un site d’emprisonnement où des détenus ont vécu la torture. Par-dessus tout, on se rappelle que la cause de cet « emprisonnement digne de Guantanamo » est un écrasement et 111 morts. Se plaindre de passer 5 jours de plus à Cuba sans informations alors que des centaines de familles sont dans le deuil, ça a fait grincer des dents.

Mais bon, vaut mieux en rire, et c'est exactement ce qu'a fait le Québec alors qu'un hashtag vient d'exploser sur Twitter: #CestGuantanamoQueJaiVécu.

Pour dédramatiser un peu, les Québécois s'amusent à nommer des situations où ils vécu un « Guantanamo » digne de la femme interviewée par TVA.


Et le classique: 



Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter