Élodie d'Occupation Double dans une téléréalité en France: elle nous raconte tout - Narcity

Élodie d'Occupation Double dans une téléréalité en France: elle nous raconte tout

Élodie, candidate à la téléréalité «Les princes et les princesses de l'amour ».

Les candidats d'OD Bali, premiers candidats après le retour officiel d'Occupation Double ont beaucoup marqué le Québec. La grosse différence avec les autres éditions, c'est que c'était la toute première cohorte « 2.0 » d'Occupation Double. Pour la toute première fois, les candidats avaient des comptes Instagram et il était maintenant facile de stalker leurs vies, et surtout les suivre après l'aventure. 

À lire aussi: Victoire assurée pour Catherine et Andrew d'Occupation Double ?

Une des candidates qui a beaucoup fait jaser, l'année dernière, c'est Élodie Routhier. Bon, ce n’est pas Jessica Alba, mais c'est quand même une très jolie fille qui s'est fait apprécier parce qu'elle a détruit plusieurs stéréotypes: tu peux être une jolie blonde et être une femme drôle qui se respecte avec une tête sur les épaules. 

Alors qu'une grosse partie des candidats d'OD sont restés, à leur manière, dans l'univers de la télé, Élodie a pris la décision de prendre part à une téléréalité en France: Les princes et les princesses de l'amour. 

L'émission débutait officiellement hier soir, et Élodie a accepté de se confier sur son expérience de télé européenne.

D'abord, il faut comprendre le concept: Les princes et les princesses de l'amour, c'est une émission où il y a 3 princes et 3 princesses, tous assez connus dans leur pays. Puis, leurs conseillers leur trouvent des « prétendants sur mesure » et essayent de trouver la bonne personne pour leurs princes et leurs princesses. Élodie, elle, a été choisie pour être la prétendante d'un prince. 

Voici les princes et les princesses de cette saison, ceux qui sont venus rencontrer leurs prétendants à la recherche de l'amour: 

Via Les princes de l'amour W9

Elle a donc été choisie pour séduire le beau Anthony. 

Élodie, explique-moi ton rôle dans l'émission, pour les Québécois qui ne connaissent pas le show français: 

« Dans le fond, la production choisit des princes et des princesses, et c'est comme un peu un casting d'amour. Ils aident les princes et les princesses à trouver des gens qui leur correspondent selon leur personnalité et leurs critères de beauté. Donc nous, les prétendants, on est un peu le casting recherché des princes et des princesses. Donc nous on vient pour des gens vers qui la production a trouvé qu'on pourrait faire un bon match. »

Et, peut-être que c'est seulement ma perception, mais ne trouves-tu pas que ça fait un peu dévalorisant comme concept: « tu fits dans mes critères, viens me séduire »? 

« On ne choisit pas les règles et au final on est libre de ne pas participer. C’est certain que parfois on trouve son rôle un peu ingrat. Le jeu est ainsi fait il faut passer par le statut de prétendante pour devenir princesse c’est un passage obligé une hiérarchie inscrite dans l’ADN de l’émission. » 

En comparaison avec Occupation Double, il n'y a pas beaucoup d'échange dans le jeu de séduction, c'est un peu unidirectionnel, les efforts de séduction? 

« C'est ça, les princes, ou les princesses, sont un peu en position de pouvoir. Nous, on doit prouver qu'on mérite notre place et qu'on mérite notre prince ou notre princesse.  »

Et comment t'es-tu ramassée dans une téléréalité en France?

«  C'est vraiment drôle, je me suis fait approcher sur Instagram. Au début je pensais que c'était une fraude. Mais finalement j'ai eu tous les détails, et c'était vrai. Je travaille actuellement sur un livre sur les téléréalités alors je me suis dit « pourquoi pas ? ». Certains pensent que j'y suis allée seulement pour la visibilité, mais je trouvais ça vraiment intéressant de voir comment se passent les téléréalités dans les autres pays alors que je veux écrire un livre vraiment fidèle à ce qu'on ne voit pas nécessairement quand on est devant l'écran. Finalement, ça a été très constructif parce que c'est extrêmement différent d'Occupation Double. »

Combien de temps es-tu resté là-bas?

« Quelques semaines. Le show complet dure 5 semaines, ce n’est pas 3 mois comme Occupation Double. C'est très condensé, ça passe tous les jours à la télé et c'est des longs épisodes chaque jour, il n'y a pas de quotidienne courte comme OD en semaine.  »

Via Les Princes et les Princesses de l'amour - Capture d'écran

Et as-tu trouvé l'amour?

« Je ne peux pas dévoiler de punch! Mais disons que j’ai rencontré des personnes formidables et que certains ont fait battre mon coeur. Pour le reste je fais confiance à l’avenir.» 

Est-ce que les différences culturelles ont été très difficiles? 

« Je me suis fait plein d'amis, mais la mentalité des gens est vraiment différente. J'ai trouvé ça très dur. Je me sentais dans un autre monde complètement. Je me sentais très loin de chez moi. Ça a l'air niaiseux, mais la barrière de langage était beaucoup plus grande qu'on pourrait penser. Une fois, j'ai dit « je me sens comme un oiseau dans une cage » et personne ne comprenait. Me semble que c'est une figure de style assez clair. Il fallait donc souvent que je reformule pour qu'on me comprenne, ça pouvait être difficile à la longue. »

Justement, à Occupation Double, Michaël semble avoir eu le même genre de problème alors qu'il a utilisé des mots qui n'ont pas plu aux Québécoises. Était-ce la même chose pour toi ? 

« L'humour des gens est très différent, en fait. Les gens s'expriment vraiment différemment. Déjà qu'au Québec, j'ai un accent du Saguenay, souvent c'était difficile de m'exprimer clairement. Mais je comprends le sens de ce que Michaël a vécu. Il y a des expressions que nous on trouve offensantes qui sont très banales pour les Français, et vice versa. Parfois, mon prince me disait des choses que je trouvais bien banales, et les autres filles étaient surprises que je ne réagisse pas, et vice versa.  »

Et ça marche comment les villas là-bas?

« On vit tous dans la villa. Les princes sont sur un étage, et les prétendants sur un autre. À part le fait qu'on est tous dans la même villa, ça ressemble beaucoup à OD: je n'ai eu qu'une activité, le reste du temps j'étais enfermée là-bas. »

Pouvez-vous dormir ensemble entre princes/princesses et prétendants?

« Ce qui se passe en Espagne reste en espagne...» 

Est-ce que l'ambiance est pas mal comme à OD?

« S'il y a quelque chose qui ma surpris c'est à quel point les gens fument beaucoup là-bas, c'est incroyable. »

Sens-tu qu'être Québécoise était un avantage, ou un inconvénient?

« Ça aurait pu être négatif, mais comme je suis vraiment drôle ça a aidé. Les gens m'ont apprécié pour le fait que je sois Québécoise. Ils ont compris que je n'avais pas la même mentalité et , au final, ça m'a aidé à me faire valoir comme je suis.

Par exemple, mon prince m'a dit : « Je n'aime pas tes ongles, je vais te donner de l'argent pour que tu ailles faire tes ongles. » . J'ai répondu: « Scuse mon homme, je vais ne rien faire pour toi. Tu vas m'apprécier comme je suis, pour qui je suis. » La mentalité est vraiment différente, c'est beaucoup plus macho en France. Quand je sacrais, ils trouvaient ça cute alors, le matin, quand je me levais, ils me cherchaient ils disaient « Est où tabarn*** ?», ou quand je revenais d'activité ils disaient: « Tabarn*** tu nous as manqué! ». » 

Si on compare OD au show des Princes et princesses, lequel est le plus favorable pour trouver l'amour?

« C'est dur, parce qu'OD cette année plus j'en vois moins j'y crois. Mais je dirais quand même OD parce qu'il y a moins de gens, et il y a plus d'activités que dans Les princes et les princesses de l'amour. »

Et maintenant, quels sont tes projets? 

« Je me suis rapproché de mes racines. Je pose des rallonges et je fais encore des soins de cheveux à Québec et au Saguenay. Ma priorité, c'est aussi de trouver un bon éditeur pour mon livre qui sera bientôt terminé. » 

 Voici un extrait de son entrée dans l'aventure: 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager sur Facebook