Fugueuse: le documentaire à écouter si t'as adoré la série - Narcity

Fugueuse: le documentaire à écouter si t'as adoré la série

« Je fais des voyages à Toronto, il m'amène partout, je l'aime tellement mon chum! »

La série Fugueuse vient tout juste de se terminer, et c'est tout ce qu'on a sur les lèvres. On parle de la finale tragique, de la réalité de la chose, et on commence déjà à attendre la prochaine série avec impatience.

À lire également: Le livre que tu dois lire si t'es totalement accro à la nouvelle série Fugueuse

@fugueuse_fanembedded via

Évidemment, ce ne sera pas de sitôt. Michelle Allen compte prendre son temps pour assurer une bonne suite à Fugueuse. Elle ne veut pas reproduire la première saison et revenir avec une histoire similaire.

Voici pourquoi je te propose une autre alternative aussi bonne, en attendant: le documentaire québécois Ma fille n'est pas à vendre. Celui-ci est inspiré, tout comme l'émission Fugueuse, de la série de fugues de 2016 qui a mis la lumière sur l'enfer de l'exploitation sexuelle d'adolescentes sous l'emprise de gangs de rue.

« Je fais des voyages à Toronto, il m'amène partout, je l'aime tellement mon chum! »

@fugueuse.laserieembedded via

Le documentaire raconte la descente aux enfers de quatre mères dont les adolescentes, des fugueuses, ont vécu des histoires similaires à Fanny. Sarah, jeune « Fanny », raconte son histoire à visage découvert.

La jeune femme raconte comment les fugues ont commencées: « Il m'écrivait sur Snapchat, les conversations se suppriment tu peux pas avoir de traces...Il me demande montre-moi tes courbes, ton visage...Si tu veux je peux venir te chercher ce soir, il me donne rendez-vous à 1h ou 2h du matin. Je prends mes bagages, je sors par la fenêtre pis bye. »

« Dans mon unité, on était 12 filles. Environ 9 sur 12 faisaient de la prostitution. »

Tout comme Fanny, elle raconte la phase de lune de miel: « Tout est beau, on était bien. » ...Avant que ça bascule, et qu'elle se ramasse en Centre Jeunesse:  « Dans mon unité, on était 12 filles. Environ 9 sur 12 faisaient de la prostitution. »

À travers Sarah et d'autres Québécoises, on découvre l'univers de l'exploitation sexuelle juvénile, un phénomène qui n'est pas nouveau, mais dont on ne connaissait pas l'ampleur au Québec il y a seulement quelques années, ou même quelques mois. Surtout, on découvre la réalité 2.0: ces pimps qui pénètrent maintenant dans les maisons via Internet.

Tu peux écouter le documentaire gratuitement ici.

Si tu aimes mieux la lecture, voici le livre que tu dois lire si t'es totalement accro à la nouvelle série Fugueuse

Partager sur Facebook

Poursuis ta lecture

Recommended for you

Izabelle Bee Carbure à la caféine et a toujours un agenda plus chargé que le nombre d'heures dans une journée. @iza.bee sur Insta