Cette semaine, Marie-Lyne Joncas fait beaucoup jaser à cause d'une de ses publications sur son compte Instagram qui a fait l'effet d'une bombe sur le réseau social. Accompagné d'une photo d'elle, un texte où elle partage de manière assez franche son opinion sur les photos « quasi nues » de femmes (et jeunes femmes de 15-16 ans) sur le réseau social.

À lire aussi: Marie-Lyne Joncas fait réagir les Québécois et influenceurs en « bashant » les photos de fesses sur Instagram

@marielynejoncasembedded via  

Le voici, pour ceux qui ne l'auraient pas vu passer:

« Ga moé, belle comme le jour. 
Pis j’ai pas le cul à l’air. C’est fou pareil de se dire qu’en 2018, c’est normal, de se mettre quasi nue sur Instagram. (Même pour les petites pouliches de 15-16 ans) 
Bon vous me direz que j’en ai pas de cul... le mien est plate plate plate, mais je garde quand même mes crêpes pour moi. 
Bravo pour vos photos de fesses les filles...mais là je vais vous le dire, c’est rendu comme le piercing de nombril en 2004... c’est la personne qui en a pas qui est rendue cool. 
Un mot: DOSAGE 
P.S. La vraie beauté est à l’intérieur, pas dans ton maillot J-String Ok BYE. »

Évidemment, le texte a suscité beaucoup de réactions, assez partagées. D'une part, un grand nombre de personnes qui se rangent de son bord. D'une autre, beaucoup de femmes qui s'indignent devant le fait qu'on dise (encore) aux femmes quoi faire avec leur corps. Qu'on trouve les photos dénudées sur les réseaux déplacées, ou qu'on juge que les femmes peuvent bien publier ce qu'elles veulent, comme c'est leur corps et simplement de la peau qu'on doit arrêter d'érotiser, tous s'entendent au moins sur une chose: en 2018, la femme a le plein pouvoir de son corps.

Joanie Perron, que tu as sans doute vue à Occupation Double Bali, est connue depuis l'émission pour être une féministe et une femme qui assume son corps. Comme des centaines de Québécoises hier, elle a répondu à Marie-Lyne Joncas alors qu'elle croit qu'on doit arrêter d'associer la peau à la sexualité. D'ailleurs, elle explique aussi qu'elle est toujours aussi belle à l'intérieur, malgré ses photos. Elle a donc fièrement accompagné de tout d'une photo de ses fesses. 

À lire aussi: Joanie Perron d'OD nous présente son nouveau chum

Je vous partage la publication qui a eu près de 9 000 likes et 500 commentaires en 12h : 

« rainbowsexonfire📸 @patforest 
Allo, c’est moi dans mon maillot « g-string » et j’ai toujours autant de beauté intérieure. L’hypersexualisation n’est pas et n’a jamais été dans les vêtements ou dans le style, mais, plutôt, dans comment on perçoit le corps de la femme. On associe, à tort, la peau féminine à la sexualité. On dit d’une femme qui montre sa peau au travers de son habillement qu’elle se vêtit de manière « sexy », mais pourquoi toujours faire cette association?..J’aimerais un jour qu’on arrête de, bien plus souvent qu’autrement, sexualiser; d’érotiser la chair des femmes. J’aimerais qu’on soit capable de se soutenir entre femmes. Au lieu d’avoir honte du corps dans lequel on est incarné. Le problème que je soulève ici c’est « l’hyperérotisation » de la femme...cette dite femme dont on réduit la chair à un objet de désir, qu’on cache et veut posséder. 💧» 

@rainbowsexonfireembedded via  

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications