La dernière publication de Marie-Lyne Joncas sur son compte Instagram a fait l'effet d'une bombe alors qu'elle partage de manière assez directe son opinion sur les photos « quasi nues » de femmes (et jeunes femmes de 15-16 ans) sur le réseau social.

À lire: Joanie Perron répond à la controverse de Marie-Lyne Joncas avec une photo de ses fesses et un message percutant

Accompagné d'une photo d'elle « belle comme le jour » les bras croisés, ce message: 

« Ga moé, belle comme le jour. 
Pis j’ai pas le cul à l’air. C’est fou pareil de se dire qu’en 2018, c’est normal, de se mettre quasi nue sur Instagram. (Même pour les petites pouliches de 15-16 ans) 
Bon vous me direz que j’en ai pas de cul... le mien est plate plate plate, mais je garde quand même mes crêpes pour moi. 
Bravo pour vos photos de fesses les filles...mais là je vais vous le dire, c’est rendu comme le piercing de nombril en 2004... c’est la personne qui en a pas qui est rendue cool. 
Un mot: DOSAGE 
P.S. La vraie beauté est à l’intérieur, pas dans ton maillot J-String Ok BYE. »

@marielynejoncasembedded via  

Alors que les premiers commentaires acclamaient l'humoriste, la publication a circulé à une vitesse monstre ( 6 900 mentions « j'aime » et 936 commentaires en 14 heures) et ça a rapidement tourné en vrai débat alors que la plupart des commentaires reprochent à Marie-Lyne de faire du « slut-shaming »:

« Si j’ai l’goût d’montrer mes tites fesses j’vais l’faire. J’dis pas qu’on doit l’faire, j’dis juste qu’on devrait avoir le droit en 2018 TSER de faire kessé qu’on veut bin avec notre corps sans s’faire juger. Tu y avais peut-être pas pensé à ça, mais bon. Girls support girls sauf quand ça nous arrange pus hein? »

« Unfollow. Le slutshaming c’est non. Girls supporting girls, arrive en 2018. »

« Lourd as f*ck comme texte. LET GIRLS AND WOMEN DO WHAT THEY WANT WITH THEIR BODY. 👏» 

« Sérieux une fille a le droit de montrer son corps autant qu'elle veut si elle se sent bien et est fière d'elle même...? wtf le slutshaming en 2018 » 

« Slut-shaming 🤢🤮»

« C’est extrêmement triste de voir un « personnage » public qui ne sait toujours pas laisser vivre les gens comme ils veulent. Si tu ne veux pas montrer ton corps peu importe la raison, bien à toi... mais si d’autres souhaitent le faire ils ont autant le droit sans être jugés. » 

« Très malaisant...pis cest la première à dire qu’elle voulait voir Sansdrick en chest, etc. Hypocrite much?.. » 

« Te mettre au-dessus des autres parce que toi tu te mets pas en maillot sur insta? Ça fait dur. T’es t’il déjà arrivé de penser que tu n’as pas la vérité absolue? » 

De manière générale, on s'entend sur une chose: en 2018, on devrait arrêter de dire aux femmes quoi faire avec leur propre corps, les encourager de s'aimer comme elles sont et d'être fières de leur corps. Surtout, on devrait arrêter de se juger et de se dénigrer entre femmes. 

Marie-Lyne Joncas a pris la peine de répondre à quelques commentaires, en renforcissant ses propos, au grand malheur de plusieurs fans: 

« Tu fais ce que tu veux, moi je dis que je trouve ça trop de voir un compte Instagram où c’est juste des photos de culs. À quel point on peut être plus pertinents en tant qu’être humain, montrer de belles choses, DIVERSIFIER, au lieu de se monter un following basé sur du superficiel. La société s’en va pas à la bonne place... c’est dommage. 
Que tu mettes une photo de toi en maillot j’en ai rien à foutre, mais que tu sois à moitié nue sur toutes tes photos je trouve ça déplorable... après... fais en ce que tu en veux... c’est ta vie, mais je ne t’encourage pas dans ton nudité partielle en public et ce, à outre mesure. 
PS. je n’ai traité personne de pute ma chérie. » 

Elle ajoute: 

« On s’en reparlera dans 5 ans quand les filles vont baiser sur instagram et dire: c’est beau faire l’amour.... vivre et laisser vivre. 

On s’en va à la mauvaise place quand je lis des choses comme ça... OH qu’on s’en va à la mauvaise place. Qui sont celles que tu suis sur instagram? T’es modèles là... probablement qu’elles font ça.... PARCE QU'ON EST RENDU LÀ. 🙋🏼» 

Moins d'une journée après la publication, l'animatrice et auteure Léa Clermont-Dion, coinitiatrice de la Charte québécoise pour une image corporelle saine et diversifiée a déjà fait connaître son mécontentement, alors que des micro-influenceuses comme Camille-Ly Drainville et Jessica Prudencio ont également exprimé leur opinion sur Instagram: 

Via leaclermontdion

Via camillelydrainville

Via jessicaprdnc

 

 

 
 
Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications