En début d'année, une nouvelle série coup de poing arrivait après plusieurs mois d'attente et on n'a pas été déçus. Le Monstre, inspiré du livre autobiographique d'Ingrid Falaise, était une nouvelle série qui racontait son histoire d'amour qui a viré au cauchemar. Du haut de ses 18 jeunes années, Ingrid (Sophie dans la série) fréquentait « M » un homme au charme indéniable qui cachait un côté manipulateur et lui a fait vivre le calvaire d'une relation violente. C'est Rose-Marie Perreault qui a eu l'honneur d'interpréter le personnage principal, tandis que Mehdi Meskar s'est mis dans la peau de « M ». 

Depuis Fugueuse, on a bien compris qu'au Québec, on aime les séries réalistes, même si c'est aussi déchirant que bouleversant par moment. Suite à Fugueuse, Ludivine s'était confié sur tout son processus mental, son évolution psychologique et surtout les centaines de témoignages qu'elle avait reçu. Oui, ce type de série, ça laisse des séquelles même si c'est un personnage, parce que ça force les acteurs à se plonger dans une réalité tellement difficile.

À lire aussi: Voici la nouvelle série Netflix que tu vas adorer si tu as tripé sur Fugueuse

Même son de cloche du côté du Monstre, alors que Rose-Marie Perreault s'est confiée sur la difficulté de tourner des scènes aussi horribles. C'est en entrevue à Sans Filtre Podcast, une série de podcasts animée par PH Cantin d'OD Bali et le musicien Dominique Plante, que Rose-Marie Perreault a parlé de tout ce qu'elle a vécu. 

L'actrice explique à quel point ces scènes sont bouleversantes, même si elles sont planifiées au quart de tour: 

« Je ne pensais pas être aussi affectée. Tu sais, quand on tournait - il y a une scène en particulier - M sort de la douche et rentre Sophie dans le mur pis là c'est comme si il veut l'étrangler et finalement il la fout dehors de l'appartement, tsé, elle est collée sur la porte. Bref, on pratique cette séquence-là à demi intensité, juste pour coordonner tous les mouvements. Ces scènes-là sont très coordonnées on sait tout le temps notre main va aller où pendant à peu près combien de temps. On n’a pas peur de faire ces scènes-là. » 

Même si elles sont planifiées, Rose-Marie a expliqué qu'elle avait souvent besoin de s'isoler après avoir tourné ces scènes violentes: « Moi c'est arrivé que je shake après une prise et j'ai besoin d'une bulle « safe ».» Malgré elle, elle voulait parfois s'éloigner physiquement de Mehdi, même si sa tête savait bien que c'était de l'acting. C'était plus fort qu'elle de s'éloigner et de se mettre dans une zone de confort pour « convaincre » son corps qu'elle n'avait pas vraiment vécu cela.

« Finalement, en les faisant, c'est là qu'on y va avec full intensité mais t'sais, Mehdi ne me rentre pas dans le mur non plus à 100%, mais faut que ça ait l'air vrai, et après je me souviens il y a eu quelques scènes où les deux on était comme plus affectés qu'on l'ait cru. Autant moi de m'être fait brasser que lui d'avoir brassé une fille. Ce n’est pas le fun du bord de la victime mais pas non plus de celle du bourreau. On a comme réalisé l'ampleur (...) imaginons les gens qui le vivent pour vrai. »

Le Monstre choque, mais ça passe un message qui vaut la peine d'être écouté. Les épisodes sont présentés sur ICI Tou.tvCette série comporte seulement 6 épisodes en tout, et l'Extra propose un mois d'essai gratuit: c'est le moment de le prendre! 

Pour voir l'extrait de l'entrevue sur les scènes de violence, c'est ici: 

 

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications