François Lambert, qui vient tout juste de lancer le livre Qu'est-ce que j'en pense? Mon opinion non censurée sur 30 enjeux québécois actuels, était de passage à Tout le monde en parle hier soir.

L'homme d'affaires qui n'a pas la langue dans sa poche s'est mouillé en répondant à plusieurs questions croustillantes de Guy A. Lepage. Voici ses citations les plus percutantes. 

@frank_sbrembedded via  

En parlant de la controverse de l'épicerie à 75$:

Je fais l’épicerie comme un pauvre et je mange comme un riche parce que je sais cuisiner. 

François Lambert mange très peu de viande et très peu de sucre. Il dit réussir à faire l'épicerie à très bas prix en élevant ses propres poulets, en n'achetant pas de produits emballés et en connaissant les prix. 

Selon plusieurs, la campagne de Philippe Couillard a dérapé lorsqu’il a dit qu’il était d’accord avec François Lambert. Ce dernier avance qu'il se donne une petite tape dans le dos si ça a pu aider, et que Couillard aurait dû admettre qu'il n'avait pas cuisiné depuis 15 ans. 

En parlant du travail au noir: 

Je donne mon argent à quelqu'un qui n'a pas payé d'impôts, pour moi c'est un non-sens.

Comme client, il faut refuser de contribuer au travail au noir et toujours demander une facture. François croit que ce n’est pas juste de ne pas payer d’impôts et que la grosse maison et le bateau des gens qui travaillent au noir sont payés par les contribuables. 

En parlant des assistés sociaux:

Ces gens-là profitent du système et on ne veut pas de ces gens-là dans notre société. Selon lui, on doit les renvoyer à l'école ou au travail. 

En parlant des syndicats:

Les syndicats travaillent pour eux-mêmes et non pas pour les employés. Comme agriculteur, il considère que son syndicat l’UPA est une grosse mafia qui ne l’aide pas du tout.

En parlant de la parité:

En voulant imposer la parité au sein du gouvernement, on n'intervient pas au bon endroit. Lorsqu’on se lance en politique, il faut avoir un bon seuil de tolérance à la critique, ce qui peut être plus difficile à vivre pour une femme.

M. Lambert croit que les hommes et les femmes ont des traits généraux. Les femmes sont plus emphatiques et les hommes vont vers les emplois plus techniques. Dans son entreprise, il embauche les plus compétents sans rechercher la parité.

En parlant des modes de transport: 

C’est ben beau l’auto électrique, mais on est arrêtés à tous les 400 km. C’est une belle étape mais c’est pas là qu’on s’en va.

Il affirme que nous sommes des hypocrites, et qu'à la minute qu'on ne veut plus de pétrole, on en a pour 50 ans puisqu'il y en a partout au Canada. 

Le 20 milliards qu’on envoie à l’Arabie Saoudite, on va couper ça tout de suite. Ça c’est du gaz à effet de serre (parlant des bateaux qui amènent le pétrole ici). Pendant ce temps-là, eux prennent cet argent-là et s’en vont décapiter le Yemen. Utilisons le pétrole qu’on a ici pour tuer le pétrole.

Finalement, François Lambert est revenu sur sa mauvaise performance à Un souper presque parfait en 2011. Celui qui faisait sa première apparition télévisuelle avait massacré le nom d'un vin très dispendieux (Pétru au lieu de Pétrus). 

J’ai eu l’air d’un cave et je l’accepte.

Pour voir toute l'entrevue, c'est ici! 

 

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter