Au cours des derniers mois, les implants mammaires ont beaucoup fait jaser au Québec alors que les rumeurs de « Breast Implant Illness » ont commencé à circuler, notamment à cause de la fitness babe Cath Bastien

L'influenceuse santé et fitness aux 208 000 abonnés avait fait une vidéo assez émouvante où elle parlait de ses regrets par rapport à ses implants mammaires. La jeune femme voulait sensibiliser les autres femmes alors que c'est une décision qui a gâché sa vie. Selon elle, c'était « vraiment insoutenable au point où elle aimerait retourner à comment elle était avant ». Elle a donc décidé de les retirer, en mentionnant la « Breast Implant Illness ». Plusieurs youtubeurs se sont ensuite prononcés sur le sujet, comme Cam Grande Brune

La « Breast Implant Illness » n'a jamais été officialisée, mais elle a été nommée à cause de centaines de femmes qui ont noté une foule de symptômes indésirables directement reliés à leurs implants. On parle de troubles de concentration, des brain fogs, de pertes de mémoire, de fatigue, de ganglions enflés, de bourdonnements dans l'oreille, d'engourdissement du bras et de la jambe, du vertigo, de troubles d'estomacs, de maux de tête, d'anxiété, et finalement de troubles de vision. 

Alors que la jeune femme a été la cible de commentaires méchants suite à sa vidéo de sensibilisation, on apprend aujourd'hui qu'une maladie liée à des implants mammaires prend de l'ampleur au pays. Sans lier Catherine à celle-ci, on s'intéresse  au phénomène puisque c'est des milliers de femmes qui seront contactées en lien avec leurs implants mammaires texturés qui présentent un risque potentiel de cancer.

Le ministère de la Santé du Québec a rejoint tous les établissements de santé puisque les milliers de femmes ayant reçu des implants mammaires texturés depuis 1995 doivent être avisées des risques. Selon Marie-Claude Lacasse, porte-parole du ministère de la Santé du Québec sondée par La Presse, « Le risque de développer ce cancer serait faible, soit d'une femme sur 30 000.  ».

La situation est signalée alors que Santé Canada avait été informé de 22 cas confirmés et de 22 cas soupçonnés du lymphome anaplasique à grandes cellules associé aux implants mammaires texturés (LAGC-AIM) chez les Canadiennes en date du 1er janvier 2019. Pour faire simple, c'est un type rare de lymphome non hodgkinien: une forme de cancer qui vient attaquer le système immunitaire.

Évidemment, Santé Canada encourage les femmes qui ont des implants à consulter leur médecin si elles constatent toute forme de changement inquiétant à leurs seins: des douleurs ou masse palpable, gonflements anormaux, ou autres. On leur recommande également de se renseigner sur les symptômes à surveiller.

Selon Radio-Canada, il n'y a pour l'instant qu'un seul cas de LAGC-AIM qui a été diagnostiqué et traité - avec succès - au Québec. Il ne faut donc pas s'alarmer si on n'a pas de symptômes, mais tout simplement bien s'informer. 

Au Québec, un recours collectif contre des fabricants de ces implants mammaires texturés pourrait avoir lieu. Celui-ci, déposé à la Cour, n'a pas encore reçu l'autorisation d'un juge. 

 

 

 

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter