District 31: Les organismes de lutte contre le VIH/Sida reprochent à la série de diffuser de fausses informations - Narcity

District 31: Les organismes de lutte contre le VIH/Sida reprochent à la série de diffuser de fausses informations

District 31: Une autre controverse.

La série District 31 est certainement l'une des émissions les plus populaires au Canada. C'est plus de 1 million de téléspectateurs qui regardent cette série policière chaque soir. District 31 c'est un peu comme le Virginie de notre temps. Les Québécois se sont rapidement attachés aux personnages (on pleure encore la mort de Nadine) et les fans sont sur le bout de leur siège en suivant l'intrigue.

La saison 3 qui a commencé en septembre dernier est captivante. On veut tous savoir c'est quoi l'histoire avec Charlène Baribeau qui est prisonnière dans le sous-sol de l'enquêteur Yanick Dubeau. Cependant, c'est aussi la saison avec le plus de controverses. 

À lire aussi: Cet épisode troublant de « District 31 » sème la controverse au Québec

Après la polémique entourant l'épisode avec un crime d'honneur, la série se fait maintenant reprocher d'avoir mal traité le sujet du VIH/Sida et d'avoir diffusé de fausses informations sur le virus et les personnes atteintes. 

Via @District31

Alors que les derniers épisodes de District 31 étaient centrées autour d'une enquête sur une femme atteinte du VIH qui n'aurait pas averti ses partenaires sexuels de la situation, la Coalition des organismes communautaires québécois de lutte contre le VIH/sida (COCQ-SIDA) a partagé une publication sur leur Facebook afin de dénoncer ces épisodes et la série qui aurait ainsi «propagé de l’information préjudiciable et erronée sur le #VIH»

On peut y lire aussi : « Par ailleurs, dans l’épisode de lundi, on a comparé une personne vivant avec le VIH à un tueur en série (!). Pourquoi ainsi entretenir les mythes entourant la transmission du VIH, alors qu’on sait qu’une personne séropositive qui est traitée et suivie par un médecin aura probablement une charge virale de VIH très basse, empêchant ainsi la transmission du virus?»

La publication a déjà eu plus de 110 partages en 8 heures. L'auteur de la série Luc Dionne n'a pas encore émis de commentaire à ce propos, mais le directeur des communications de Radio-Canada, Marc Pichette, a déclaré au Journal de Montréal: « On ne peut exiger d’une émission dramatique, et encore moins de personnages de fiction, d’aborder de tels sujets en explorant toutes leurs nuances.»

 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook