Il y a environ 1 mois de ça, Gilbert Rozon avait pour la première fois commenté les accusations auxquelles il fait présentement face lors de sa brève parution au Palais de justice de Montréal.

Selon lui, il a été victime d'une certaine « hystérie médiatique » et il souhaitait dans un premier temps faire retirer le terme de « prédateur sexuel » de l'action collective contre lui.

@bernardbujoldembedded via

Le magistrat a considéré aujourd'hui cette requête comme « illogique » puisque Gilbert n'a jamais demandé de faire retirer le terme « agression sexuelle » de l'action collective.

Le fondateur de Juste pour Rire a donc connu sa première défaite aujourd'hui devant le tribunal, puisque sa démarche a été désapprouvée de A à Z par le juge Donald Bisson.

Source

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter