Grève générale illimitée à la TÉLUQ: 20 000 étudiants au Québec ne peuvent pas continuer leur session - Narcity

Grève générale illimitée à la TÉLUQ: 20 000 étudiants au Québec ne peuvent pas continuer leur session

Les enseignant(e)s de la TÉLUQ en grève générale illimitée.

Mardi matin, les étudiants inscrits à l'Université TÉLUQ, université d'enseignement à distance, ont eu congé de cours. Non ce n'est pas en raison de la tempête de neige, mais bien parce que les enseignants de la TÉLUQ ont déclenché une grève générale illimitée hier soir

À lire aussi: Vincent Pontbriand de Fitmenu revient publiquement sur son arrestation pour la première fois

Après 17 mois de négociations de leur convention collective, la situation n'est pas près de se régler et le conflit s'est intensifié. Selon un communiqué de presse de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN), l'université TÉLUQ aurait retiré des propositions déjà annoncées et laisserait toujours planer le doute sur la mise à pied des enseignants. La FNEEQ n'a pas vu d'autre solution que la grève générale illimitée pour répondre à cela. 

« Nos membres sont déterminés à aller jusqu'au bout pour obtenir l'estime qu'ils méritent et préserver leur emploi, et aussi pour défendre le modèle d'encadrement de qualité que la direction semble s'acharner à vouloir détruire par tous les moyens possibles », a soutenu Nancy Turgeon présidente du Syndicat des tuteurs et tutrices de la Télé-université.

Cette grève entraîne ainsi 20 000 étudiants inscrits à la TÉLUQ. Ceux-ci n'auront pas accès à leurs enseignants pendant un temps indéterminé et pourraient donc être incapables de terminer leur session d'hiver à temps. 

@stephlem90embedded via  

Selon Yves Fortin, vice-président du Conseil Central Québec-Chaudière-Appalaches (CCQCA), malgré que les étudiants soient les premiers à vivre les conséquences, la grève était inévitable si la direction maintenait sa position:

 « La nouvelle direction n'a manifestement pas encore tiré de leçon de ces tentatives insensées de remplacer les tutrices et les tuteurs. Ce projet se poursuit par des embauches de nouvelles personnes qui doivent faire le même travail, mais en consacrant trois fois moins de temps d'encadrement par étudiant. Ceux qui en font les frais restent les mêmes : les étudiantes et les étudiants.» 

Pour l'instant, les services de la TÉLUQ sont offerts comme à l'habitude. 

Pour plus de renseignements, consultez le site internet de la TÉLUQ.

 

 

 

 

 

 

Partager sur Facebook