On le sait tous, les technologies ont vraiment changé le monde dans lequel on vit. De nos relations amoureuses à notre manière de faire l'épicerie, pratiquement chaque aspect de notre quotidien a été affecté.

C'est pourquoi le gouvernement avait examiné en 2008 la pertinence de conserver un service postal "traditionnel" (ton facteur qui vient directement à ta porte), puisque les messages électroniques prenaient de plus en plus de places au quotidien.

Bien que la population était TOTALEMENT en désaccord5 ans plus tard le gouvernement et Postes Canada mettent sur pied un texte expliquant les raisons pour lesquelles ils iront de l'avant avec leur idée.

Ils expliquent entre autres que cela permettra une économie à Postes Canada de 400 à 500 millions, et ce, seulement avec la livraison porte-à-porte. Sans compter que le volume de courrier distribué au Canada diminue année après année.

Ils abolissent donc plusieurs postes de postiers, commis et autres facteurs en plus de fermer plusieurs succursales. Il installent ensuite des boites postales communautaires pour 5 millions de ménages.

via @tobrook

Suite à ces décisions, un mémoire appelé "Livraison à domicile : un service essentiel de Postes Canada" voit le jour. On peut lire différentes statistiques, entre autres sur la population ayant une incapacité ou un handicap.

Parce qu'en fait, une personne à mobilité réduite ou avec une santé moyenne n'était pas considérée dans l'équation. Ils envisageaient cependant de peut-être leur permettre de fournir un billet du médecin pour autoriser la livraison à domicile du courrier.

via @marieinwinterland

En gros, le public était bien frustré et il allait pas se laisser faire de même. Ça sûrement dû aider le premier ministre Trudeau à gagner des votes puisqu'il promettait en 2015 le retour du service de livraison à domicile.

Pourtant, 2 ans plus tard, toujours rien. Le verdict qui devait initialement tomber au printemps dernier a été encore reporté.

Selon les libéraux, ils auraient besoin de plus de temps pour examiner les rapports provenant d'un groupe de travail, et l'autre, du Comité permanent des opérations gouvernementales de la Chambre des communes (reçus en 2016).

À suivre... Encore!

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter