Le témoignage de la victime de Luck Mervil vient de sortir et c'est absolument horrible

Elle a dit non au moins 60 fois.

Hier en début de journée, le procès de Luck Mervil concernant les accusations d'exploitation sexuelle à l'égard d'une mineure a finalement débuté au Palais de justice de Montréal. 

D'emblée, la juge Mélanie Hébert lui a demandé s'il reconnaissait les faits, ce a quoi il à répondu : « Oui, absolument, libre et volontaire ». Aucun détail n'avait encore été révélé jusqu'à aujourd'hui. Tout ce que l'on savait, c'est que la victime était âgée de 17 ans au moment des faits et que les événements remontaient à 1996, un peu avant la collaboration de Luck avec Mixmania. 

À lire également : Luck Mervil plaide coupable aux accusations d'exploitation sexuelle sur mineur 

Ce matin, le témoignage de la victime de l'ex-animateur de la série jeunesse vient tout juste de faire surface, et c'est troublant. Celle-ci a rencontré Luck à l'âge de 10 ans et a gardé ses enfants pendant plusieurs années, jusqu'à ses 17 ans. Elle l'admire énormément au moment des faits et souhaite un jour pouvoir amorcer une carrière en théâtre. 

Un beau jour, Luck lui suggère d'improviser devant lui, afin qu'il puisse « évaluer son talent » et possiblement la mettre en contact avec des gens du milieu. Il met donc en scène un scénario où elle et lui forment un couple et il se met à lui poser beaucoup de questions sur sa première relation sexuelle. Celle-ci joue le jeu, jusqu'à ce qu'il l'agrippe par les épaules et l'embrasse de « façon inappropriée ». Elle recule alors et il lui dit : 

« Ben là, on joue la comédie. Tu veux me montrer que tu es une bonne comédienne ou pas ? Dans les films, il y a des scènes d'amour, comment tu vas gérer s'il y a une scène d'amour ? Des fois, tu dois être toute nue, comment tu vas faire si tu es trop pudique ? »

C'est alors qu'il la jette sur le sofa et se met à l'agresser violemment. La victime avoue s'être débattue et lui avoir demandé d'arrêter au moins une soixantaine de fois, mais ne pas avoir réussi à se défaire de son emprise : « Il a réussi à me violer ». 

La sentence de Luck Mervil devrait être déterminée vendredi. Celui-ci se dit « soulagé », sachant que ça fait « peut-être quatre ans que la famille attend et souffre de ça ». 

La récit complet se trouve ici

Source : La Presse 


Partager sur Facebook

Poursuis ta lecture

On te recommande

Louvia Lafrance