Les étudiants en sciences humaines de l'Université du Québec à Montréal pourraient très bientôt être en grève générale illimitéeSuite à une assemblée générale lundi soir, les étudiants de l'Association facultaire étudiante des sciences humaines (AFESH-UQAM) ont adopté un mandat de grève générale illimité dans le but de revendiquer des stages rémunérés obligatoires.

À lire aussi: Les étudiants québécois pourraient être en grève le mois prochain

Ce sont donc 5 000 étudiants qui pourraient se retrouver en grève générale illimitée dès le 18 mars prochain, si au total 20 000 étudiants de 3 régions administratives adoptent un mandat de grève d'au moins une semaine. Avant d'en arriver là, cinq journées de grève ponctuelles ont aussi été adoptées pour mettre de la pression sur le gouvernement, soit le 20 février, les 6 au 8 mars, le 15 mars et les 18 au 22 mars. 

L'AFESH a confirmé le vote de grève hier soir dans une publication sur Facebook élaborant sur toutes leurs revendiquations: 

Selon La Presse, Marie-Claire Lussier-Fournier, étudiante en psychologie et secrétaire à la mobilisation de l'AFESH-UQAM a souligné : « On compte mettre de la pression sur le gouvernement pour qu'il réponde rapidement à nos demandes : un salaire pour tous les stages et l'application des normes du travail pour les stagiaires.»

La proposition adoptée stipule aussi que « l’AFESH exige la rémunération de toutes les heures de stage complétées à la session hiver 2019 » et que l'Association « s'oppose à la reprise des heures de stage manquées à l'occasion de la grève.»

L'AFESH comprend des étudiants entre autres de psychologie, de sexologie et de travail social dont les programmes recquièrent de nombreuses heures de stages à temps plein qui sont souvent non rémunérés. 

Selon L'AFESH-UQAM, la grève générale illimitée a été adoptée en forte majorité par ses membres. 

 

 

 

 

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter