Après de longues négociations difficiles, l’entreprise de covoiturage Uber et le gouvernement du Québec en sont enfin venus à une entente : un projet pilote d’une durée d’un an.

Rappelons-nous que le gouvernement de Philippe Couillard et Uber avaient jusqu’à minuit hier soir, le 7 septembre, pour s’entendre sur un projet de loi sans quoi les services seraient suspendus. Les chauffeurs ont vécu leur lot d’émotions puisqu’à 11 h 59 ils ont reçu un courriel les informant que les services seraient bel et bien suspendus puisqu’il n’y avait pas eu entente. C’est seulement 15 minutes plus tard qu’on a rectifié le tir : à minuit quinze, on a confirmé être arrivés à une entente.

Pour le moment, il y a peu d’informations sur l’entente. Le ministre des Transports, Laurent Lessard, a toutefois affirmé que le projet pilote d'un an, qui respectera les principes et valeurs du gouvernement, sera surveillé avec une grande rigueur. Avant cette entente, Uber ne payait pas de TVQ et TPS.

Les répercussions sur les utilisateurs et les partenaires-chauffeurs seront évaluées au cours des prochains jours. On pourrait s'attendre à une légère hausse des frais d'utilisation.

Cette entente signifiera-t-elle la paix entre Taxi et Uber? On se remémore l'escouade «anti-Uber» qui a débuté en mars l'an dernier, alors que les chauffeurs de Taxi piégeaient et intimidaient les chauffeurs pour les dénoncer à la police. Avant l'entente, ces chauffeurs exigeaient que le gouvernement impose les mêmes règles de l’industrie du taxi aux chauffeurs d’Uber.

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter