Le temps des fêtes approche à grands pas. Les partys de bureau arrosés et les réunions de familles chez ta tante à St-Clinclin-des-Meumeux vont bientôt commencer et donc ça veut aussi dire que les policiers vont être plus présents sur les routes pour surveiller la conduite avec facultés affaiblies.

À lire aussi: Les nouvelles sanctions sur la conduite avec facultés affaiblies au Québec sont tellement strictes que certains immigrants risquent la déportation

On le sait, l'alcool au volant c'est extrêmement dangereux et maintenant, avec la légalisation du cannabis, les policiers devront porter une attention encore plus accrue aux conducteurs interceptés afin de détecter la drogue au volant, chose assez difficile.

Ce matin, Stéphane Lamarre, un spécialiste moniteur en sécurité routière à la Sureté du Québec était de passage à TVA Nouvelles afin de démontrer les différents tests effectués en bord de route pour récolter les motifs raisonnables d'amener le sujet au poste où d'autres tests seront faits aussi. 

Voici comment se déroulent les 3 tests des policiers pour la drogue au volant: 

Test du nystagmus

Via TVA- Capture d'écran

Le policier va d'abord commencer avec un test oculaire dit le test du nygstamus. Il demande à la personne arrêtée de suivre des yeux le crayon qu'il bouge à l'horizontale. S'il y a présence de certaines catégories de drogues, les yeux vont osciller et il va y avoir un sautillement de l'oeil. Cependant, le cannabis ne crée pas de nygstamus du regard.

Test marcher-retourner

Via TVA- Capture d'écran

Ensuite vient le temps du fameux test qui requiert de marcher en ligne droite. Le suspect devra faire 9 pas en marchant un pied devant l'autre, le talon touchant les orteils de l'autre pied. Avec ce test, le policier peut faire plusieurs observations notamment si le sujet utilise ses bras pour garder son équilibre ou s'il est en mesure d'effectuer le demi-tour correctement pour revenir. 

Test d'équilibre

Via TVA- Capture d'écran

Finalement, le conducteur intercepté devra se tenir sur un seul pied pendant 30 secondes pour le test d'équilibre. 

Si avec ces trois tests le policier a les motifs raisonnables de croire qu'il y a présence de drogue ou alcool au volant, il peut amener le sujet au poste où d'autres tests seront faits, comme le test de Romberg: 

Via TVA- Capture d'écran

La tête penchée vers l'arrière et les yeux fermés, le conducteur arrêté doit estimer un passage de 30 secondes afin de vérifier l'horloge interne. Plusieurs drogues ont comme effet de ralentir ou d'accélérer l'horloge interne. 

« Au niveau de la drogue, c'est vraiment de l'étape 1 jusqu'à l'étape 12 qui va se conclure par un échantillon d'urine qui va être ordonné de fournir par le sujet. »  a expliqué Stéphane Lamarre.  

Aucune étape n'est donc laissée de côté pour dépister la présence de cannabis dans le système, en plus du  Drager DrugTest 5000, un appareil qui permet de détecter le THC dans la salive. Toutefois, c'est pas mal plus complexe que de souffler dans une balloune! 

 

 

 

 

 

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter