Comment j'ai perdu 20 livres en arrêtant de manger de la viande

Fini les régimes.

Ceci n'est pas une histoire de perte de poids, mais bien une histoire de confiance en soi. 

J'avais 19 ans quand j'ai commencé à « binge eater » pour remplir le vide à l'intérieur de moi, créé par l'anxiété et des problèmes personnels. Après avoir passé une adolescence dans la restriction alimentaire et avoir enchaîné beaucoup trop de régimes (genre manger des pamplemousses pendant une semaine), j'ai juste sauté sur toutes les patates frites/wraps St-Hubert en commençant à travailler en restauration. 

Six ans plus tard, 20 livres supplémentaires étaient bien présentes partout sur mon corps et le vide intérieur toujours aussi creux. 

J'ai commencé à m'intéresser au végétarisme après le visionnement de documentaires sur Netflix (Forks over Knives et Food Inc) et j'ai décidé de me lancer un défi d'un mois. 

Après ces 4 semaines, j'ai recommencé à manger de la viande seulement entre amis, car je me sentais mal d'imposer mes choix alimentaires. J'avais également encore un faible pour le bacon et les viandes froides. 

Plus le temps a avancé, plus le dégoût s'est installé. Je regardais les nerfs et le sang dans mon steak ou mon poulet et je pensais à mon propre corps. Puis, j'ai complètement coupé le bacon et la charcuterie après avoir réalisé à quel point c'est terrible pour la santé.

Ça a pris au total un an avant que je puisse affirmer être pesco-végétarienne (je mange du poisson). Je crois sincèrement que ça a été la clé de ma réussite, car les changements qui durent à long terme sont souvent ceux qui sont progressifs. 

À ce moment-là, j'avais déjà perdu quelques livres, puisque je me tournais davantage vers des plats santés et moins lourds. Fini les soupers de steak, sauce, pain, beurre & patates qui me faisaient sortir de table avec des horribles douleurs digestives et un ventre très enflé

C'est à ce moment que j'ai commencé à m'intéresser davantage à l'aspect santé de l'alimentation. J'ai commencé à m'entraîner, à m'informer sur les macro/micronutriments et peu à peu, j'ai commencé à voir mon assiette comme source de vie, et non comme un combat quotidien/façon de gérer mes émotions. 

J'ai lu une multitude de livres de croissance personnelle (mes suggestions sont ici!) sur le minimalisme, le mode d'alimentation des Françaises et des Japonaises, la confiance en soi et la gestion/peur du changement. Puis j'ai commencé à me lancer des défis alimentaires (comme celui-ci) pour voir si mon niveau d'énergie allait augmenter et si ma digestion allait s'améliorer.

via @tessbegg

Dernièrement, j'ai augmenté ma consommation de bons gras et de protéines et réduit les carbs, qui me donnent des chaleurs nocturnes intenses. Pour la première fois de ma vie, j'ai choisi de couper certains aliments non pas pour un régime ou pour manger moins, simplement pour manger mieux. 

Peu à peu, le chiffre s'est mis à descendre sur la balance. Au total, j'ai perdu environ 20 livres en deux ans. Oui, mais deux ans, c'est long pour juste perdre 20 livres! Je trouve au contraire que deux ans, c'est très court pour trouver une façon de me nourrir qui a amélioré mon sommeil, mon niveau d'énergie tout au long de la journée, ma peau, qui m'a débarrassée d'un surplus de poids que je traînais depuis des années, et qui m'a finalement aidée à comber mon vide intérieur. 

J'ai l'impression de manger beaucoup plus qu'avant et mon corps me respecte parce que je le respecte. Et quand je veux voir des animaux, je vais au Biodôme plutôt qu'à l'épicerie. 

Je ne juge personne qui adore la viande et qui a l'intention d'en manger régulièrement. Je ne me dis même pas végétarienne quand quelqu'un me pose des questions sur mon alimentation. Je recommande simplement à tout ceux et celles qui se sentent comme de la m*rde à se renseigner sur les meilleures façons de vivre et vieillir en santé.  

Tu vas aussi aimer: 

Poursuis ta lecture

Partager sur Facebook

On te recommande

Laurie Bergeron Fan de télé québécoise & obsédée par YouTube, c'est sûr que je clique si Justin Bieber est dans le titre.