Que tu sois plus accro à Tinder qu'au chocolat ou que tu sois plus du genre traditionnel, t'as probablement eu ton lot de dates et, si t'es pas chanceux, t'as aussi probablement eu ton lot de dates ratées. Même si, sur le coup, t'as pas tant tripé que ça et que t'avais pas mal plus envie d'en pleurer de découragement que d'en rire, ça fait aujourd'hui des histoires plus qu'amusantes à raconter autour d'un bon verre avec ta gang de chums dans un bar sur le Plateau...

Après avoir parlé avec pas mal de monde des pires premières dates qu'ils ont eues, j'me suis rendue compte à quel point certains avaient été gâtés (de la mauvaise manière).

T'es curieux et ça te tente de lire ce que 10 personnes ont vécu? Voici donc une compilation de la pire première date que 10 personnes ont eue... Pour préserver la confidentialité des personnes qui se sont confessées, nous avons décidé de retirer les noms pour garder ces témoignages anonymes. Enjoy!

1. L'écume au bord de la bouche au jardin botanique

« J'avais une date au jardin botanique avec un gars. Lorsque je l'ai vu, il était quand même beau mais plus il s'approchait, plus je remarquais la petite crème blanche autour de ses lèvres. eh bien, de l'écume, comme c'est appétissant. Pendant tout le long de la date, j'espérais vivement qu'il n'essaierait pas de m'embrasser parce que j'allais clairement éviter ses lèvres-pleines-d'écume à tout prix parce que tsais, c'est juste beaucoup trop wack.

Vers la fin, il a fini par me rembourser le billet d'entrée. Honnêtement, j'pense que ça se sentait que je tripais pas gros et, même si c'est un peu poche, j'y pouvais juste rien, c'était plus fort que moi...»


2. La fille dans la lit-ière de chat

« Sur le lit de la fille, il y avait une couverte des Canadiens couverte de pisse de chat. J'avais un peu l'impression qu'elle dormait dans une gigantesque litière de chats. J'en fais encore des cauchemars. »


3. La Bonnie sans Clyde

« Ça allait bien, en tout cas, j'étais pas sur le point de m'ouvrir les veines tsé, bref, c'était décent... Jusqu'à ce qu'elle parte de chez moi après avoir dormi avec un 200$ pris dans mon portefeuille. Même si je pense pas que ce soit nécessaire de le préciser, elle m'a ghosted, j'ai jamais entendu parler d'elle après ça! »


4. Il était une fois un "steak" et un chien...

« On est allé manger au resto et, ensuite, on a "tchillé" un peu trop collés sur un bout de gazon sur le Plateau où il y avait plein d'autres personnes autour. J'me sentais bien... jusqu'à ce qu'il commence à me morde. Le cou et les lèvres. C'était bizarre et, quand je suis retournée chez moi, j'avais l'impression que mes lèvres étaient enflées! »


5. Le BBQ de famille et d'animaux

« J'avais rencontré ce gars-là sur Internet. Il avait l'air pas mal décent : il avait une bonne job, sa propre maison et tout. Il m'a invitée à un BBQ chez son frère, mais quand je suis arrivée, je me suis rendue compte qu'il y avait son frère et la blonde de son frère et leur fille et leurs parents, qui vivaient tous dans le même 4 et 1/2. Avec leurs trois chats, quatre chiens, trois lapins et ramassis de poissons.

Pendant que j'essayais de me trouver une excuse pour sacrer mon camp de cet endroit de fous, la blonde de son frère m'a prise à part pour me dire qu'elle a dû fuir pendant quelques temps parce que toute sa famille avait été arrêtée par la police... Au milieu de cette histoire très charmante, le souper a commencé et la mère a commencé à servir la salade de patates AVEC SES MAINS. C'était juste trop, je me suis retournée et je suis partie sans dire un seul mot. »


6. Le trop-plein d'émotions

« J'allais rencontré cet homme pour la première fois de ma vie, après avoir fait connaissance avec lui dans les Internets. On allait se faire à souper chez lui (déjà là, -1 pour la sélection d'endroit sur une première date).

C'tait un soir de semaine, donc je suis partie de l'école pour me diriger vers chez lui et il me texte en route : « Ça te dérange tu si deux de mes amis sont là? ». Moi, ben fine, j'ai pas le goût d'avoir l'air plate, fa' que je réponds « Beeeeen non! Pas de trouble! Plus on est de fous, plus on rit! ». La rencontre avec eux et le souper se passent bien, les discussions sont bonnes, jusqu'à temps qu'on aborde le sujet de « Oussé qu'on va après ». Suivant l'unanimité, la sélection de la place où le gros fun noir allait se poursuivre s'est arrêtée sur le célèbre Dooly's à Longueuil (on a de la classe ou on n'en a pas!). Petit bémol, la p'tite est pognée pour faire le lift! Une maudite chance que j'avais pas consommé autant d'alcool que mes deux nouveaux amis primates pis mon futur ex. Petit chemin se faisant, ils changent mes postes de radio, je sacre dans ma tête, pis finalement on arrive.

Pour ceux qui le savent pas, au Dooly's, on joue au pool. Étant pas pire, je me console un brin et je m'amuse à avoir des conversations avec la seule fille qui nous accompagne. La caricature d'une commotion cérébrale me servant de date commençant à être TRÈS saoul (pis mine de rien, y s'en venait tard (ou tôt le lendemain)), je propose de quitter les lieux de l'endroit nous procurant Ô combien de plaisir!

Après être allée déposer son couple d'amis, on retourne chez lui où je planifie dormir (ouin, la notion de principes est venue vraiment plus tard dans ma vie). Pis à quelque part, si je peux ressortir de là avec un semblant d'expérience sexuelle, ça va toujours être ben ça de gagner!

N'étant donc pas faits en bois, on entame la procédure. Procédure qui ne dura pas longtemps, étant donné son envie irrépressible de vomir ses entrailles... Son corps d'homme saoul (ou du moins, ce qu'y reste d'un homme!) quitte mon corps et je l'entends se diriger vers la toilette pour aller y piquer un brin de jasette! Y'avait ben des affaires à se dire, parce que ça m'a laissé le temps de me rhabiller et de crisser mon camp.

Morale de cette histoire : être moins fine, criss. »


7. La polygame qui s'assumait à 100%

« Elle avait deux chums (oui, oui, t'as bien lu, elle avait deux CHUMS), mais elle voulait quand même qu'on "code" ensemble. On s'entend qu'elle voulait clairement pas coder, if you know what I mean... J'vais être ben honnête avec vous autres et j'vais vous dire que c'est pas allé ben ben plus loin parce que j'étais pas très chaud à l'idée d'être son troisième chum. »


8. L'accro aux chars

« Je l'avais rencontré sur Tinder et, honnêtement, j'hésitais ben gros à aller le voir. Finalement, j'ai annulé, mais il m'a rappelée en insistant (beaucoup trop)... J'ai fini par céder et la date était un giga gros malaise. J'avais rien à lui dire, faque il a parlé de chars pendant que je disais pas grand chose. Je hais les chars, by the way... On s'est parlé pendant un p'tit bout de temps après, mais j'ai fini par couper les ponts parce qu'il était juste pas le bon pour moi! »


9. Le vieux très (trop) pressé

« Honnêtement, je sais même pas ce qui m'a prise d'accepter l'invitation de cet homme qui avait legit 10 ans de plus que moi... Anyways, les deux premières minutes se sont bien passées mais, quand il s'est mis à me dire à quel point il avait envie d'avoir un enfant dans l'année qui suivait et qu'il pensait que j'allais faire une mère pas pire pentoute, j'ai eu une soudaine envie très forte de pisser et j'ai demandé à ma meilleure amie de m'appeler pour me faire l'excuse parfaite pour partir (oui, je sais c'est mal). »


10. Le rat de bibliothèque plaignard et silencieux

« Je suis allé à une date Tinder un peu random il y a un an. On s'est rencontrés au Waverly (une bâtisse près de mon ancien appart pour avoir la possibilité de l'ramener chez mois si ça se passait bien, tsais) et, quand je l'ai vu, j'ai honnêtement été surpris... Y'avait RIEN à voir au gars sur ses photos : il avait l'air très jeune et il était pas mal maigre.

Vu que j'étais là, j'me suis dit que j'allais lui donner une chance. À chaque première date, j'ai ma règle de "Trois turn-off = t'es out". Après le troisième turn-off, je perds tout espoir et j'élabore une stratégie pour sacrer mon camp au plus vite!

Le premier turn-off a été sa réponse à la simple question "À quels endroits est-ce que tu sors?" Il m'a répondu qu'il sortait surtout dans des cafés et dans des bibliothèques... C'était pas la meilleure réponse ever, mais c'était pas siii pire. Le deuxième turn-off a été qu'il n'arrêtait pas de se plaindre de son coloc. Et quand je dis qu'il arrêtait pas, I mean it! C'est un peu à ce moment-là que j'ai réalisé qu'il me demandait pas grand chose, il avait un peu l'air de se crisser de ma personne et c'était un peu poche...

Finalement, le troisième turn-off a été le fait qu'il n'aimait pas aller voir des concerts. Pourquoi? Parce que les chansons enregistrées sonnaient meilleures que celles jouées en live. Mettons que j'étais pas tant d'accord... Après quelques minutes à l'obstiner, il m'a finalement dit qu'il n'aimait pas le bruit. J'ai eu un moment un peu "WTF, t'as 85?! Ah non, t'es juste f*cking poche."

Dans le but de sacrer mon camp, je suis allé aux toilettes et je suis revenu à la table pour lui dire que je voulais rentrer chez moi parce que je travaillais tôt le matin, faque on pourrait pas aller cuisiner quelque chose (ben oui, je suis cute de même). On est sortis du bar, je lui ai dit que ça avait été le fun (#Not) et, pour éviter qu'il me donne un câlin ou un bec, j'ai pris son épaule en le gardant à une distance de bras pour ne pas qu'il franchisse mon espace personnel et je lui ai dit aurevoir.

On ne s'est jamais revus et j'ai eu mon happy ending à moi. »

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications