Seuls les Montréalais comprennent la vraie définition du mot galère. Nous le savons tous, l’hiver dans notre ville est violent, et il s’agit d’une bataille constante pour garder le sourire dès qu’on met les pieds dehors. Malgré nos efforts, une accumulation de petits problèmes nous force à changer notre sourire pour une expression de découragement total. Tu croises souvent des gens aux allures bêtes et frustrées? Il y a de grandes chances que cette personne attende le printemps avec impatience, comme la majorité des montréalais après deux mois de froid.

Cela dit, on adore quand même notre ville, mais voici la triste réalité de la vie montréalaise pendant l’hiver.

Cliquez ici pour 10 problèmes que seuls les Montréalais vivent l'hiver >

Passer la saison entière à avoir des faux espoirs sur la fin de l’hiver.

On se fait avoir quelques fois chaque année: Mère nature aime jouer des tours à notre ville. Un exemple? Le 25 décembre 2014: doux, agréable et sans neige, comme au printemps.

Se faire ignorer par des bus qui ne s’arrêtent pas à votre arrêt

Ça t’es sûrement déjà arrivé, ou tu en as déjà été témoin. Les bus de Montréal se font bizarrement plus rares l’hiver. Les retards deviennent de plus en plus fréquents, et dans certains cas les bus ne passent jamais. Résultat? Tu es pris à passer de longues minutes dans le froid, pour qu’au final le prochain bus soit trop plein pour s’arrêter.

Se faire juger pour son style catastrophique

Certains finissent par comprendre que Montréal l’hiver ne rime pas avec mode : notre ville est un vrai champ de bataille pendant plusieurs mois. Ceux qui sont prêts à abandonner leur look sont ceux qui passent à travers la saison plus facilement. Laisse tomber tes Uggs, et va t’acheter des bottes à crampons.

Devenir un ninja en évitant les flaques d’eau sur chaque coin de rue

Problème typique de Montréal pour les piétons l’hiver, cet amas d’eau qui se retrouve au pire endroit possible: le coin d’une rue. Ça arrive chaque année, et on se retrouve face à deux options: activer notre mode ninja et faire un détour, ou perdre du temps. Le choix est simple.

Crédit photo - Kenneth

Se réveiller le matin en pensant à l’état de ta voiture prise sous 2 mètres de neige

Si vous n’avez pas de garage, vous n’avez sûrement pas une bonne relation avec la saison hivernale. La routine quotidienne? Se lever découragé, passer 30 minutes à ramener votre voiture à la vie, et un autre 15 minutes à sortir de votre place de stationnement.

Être étudiant d’une école qui ne ferme jamais, peu importe les conditions dehors

Tu as passé ton enfance à avoir des espoirs lors d’un matin de tempête, puis à détester la vie après avoir appris que ton école était ouverte malgré l’apocalypse dehors.

Marcher comme un pingouin pour avoir un minimum d’équilibre

Il s’agit souvent de la seule option pour ne pas faire l’étoile sur le trottoir. Définitivement une méthode qui permet d’avancer lentement, mais sûrement!

Être aveuglé par la neige

Problème qui touche surtout ceux aux yeux clairs. Tu as sûrement déjà plus regretté d’avoir oublié tes lunettes l’hiver que l’été.

Être obligé de marcher en plein milieu de la rue

Les trottoirs de Montréal disparaissent quelques fois pendant la saison. Le seul endroit qui reste plus ou moins accessible: la route.

Crédit photo - Marcio Leibovitch

Devoir se préparer mentalement avant de regarder la météo

La raison de notre hiver brutal? Le vent. On a tendance à l’oublier, mais c’est celui qui nous fait le plus souffrir. On ressent toujours une petite vague de stress avant de regarder la section "température ressentie".

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications