Je vous en ai déjà dit pas mal sur moi, au cours des derniers mois, mais une choses que je ne vous ai jamais dit est que j'ai été en sport-étude mes deux dernières années de primaires et mes cinq années du secondaire. Comme je vous l'ai dit (juste ici), j'ai fais du ballet durant des années!

Ce qui était bien avec le sport-étude, c'est qu'on pouvait faire deux fois plus d'activité physique/ce que l'on aimait le plus à chaque semaine. Ça nous simplifiait vraiment le vie et ça en motivait même une couple à aller à l'école! Par contre, on n'a clairement pas eu que des avantages.

Si vous aussi vous êtes allez en sport-étude, je ne sais pas si c'était exactement comme à mon école. Mais pour ma part, toutes les personnes que j'ai connu, on a vécu ce genre de situations/problèmes de nombreuses fois! Anyways, si c'est pas le cas vous pouvez me dire les différences en commentaire pis sinon, ben vous serez au moins un peu nostalgique en lisant ça (ou pas)!

1. On passait toujours pour les snobs

Ça, je l'ai su quelques années plus tard, mais y parait que puisqu'on se tenait juste "entre nous" et qu'on ne se mélangeait pas vraiment aux autres des programmes réguliers ou internationaux (ou whatever), eh bien on passait pour des snobs.


2. On passait toujours pour les bollés de l'école

Les enseignants en demandaient clairement plus de nous, vu qu'on était supposé être plus performants que les autres. Oui, au départ c'était supposé prendre de bonnes notes pour rentrer dans le programme, mais déjà qu'on avait moins de temps pour apprendre la même matière qu'au régulier, au moins ne nous demandez pas d'avoir des 100% partout!

Pis les élèves qui n'étaient pas en sport-étude nous jugeaient clairement aussi. Sans le moindre doute.


3. Tout le monde se connaissait dans les classes

Même si y'avait pas juste une classe par niveau, on était quand même un groupe assez restreint de personnes dans une seule même école qui avaient le même horaire. Pis puisqu'une bonne partie d'entre nous restaient les cinq ans du secondaire dans le programme, ça a souvent fait en sorte qu'on était dans les mêmes classes. Pour le meilleur et pour le pire, t'sais.

À chaque rentrée scolaire, tu te demandais toujours qui allait être dans ta classe, pis t'espérais qu'il n'y aille pas X personnes comme l'an dernier.


4. Chaque sport/discipline se tenait ensemble.

Les gars de hockey, les filles en danse, le monde en basket, les gens en natation pis les gars en snowboard. Oui, on se mixait dans les classes et tout le monde (environ) se parlait, mais des gangs se formaient clairement naturellement selon le sport qu'on faisait l'après-midi. C'était un fait, personne ne peut argumenter.


5. À chaque année, les nouvelles personnes se faisaient clairement remarquer.

T'arrivais en secondaire 4 pour la première fois en sport-étude? Je sais pas pour votre école, mais la nôtre, on spottait clairement les nouveaux à chaque fois dans les premiers jours. Pour nous, par niveau on n'était pas plus qu'une centaine. Pis puisqu'on formait plein de gangs, selon les disciplines, les nouveaux se faisaient facilement spotter.


6. On devait toujours se lever plus tôt que les autres.

C'était ben nice finir l'école vers midi, pour avoir l'après-midi complètement "libre" à faire le sport/l'art qu'on avait choisi, mais commencer une heure plus tôt que la normale, c'était un des bouts moins nice, disons. Y'a certainement des matins qu'on enviaient ceux qui pouvait arriver une heure plus tard que nous à l'école.

Commencer à 8h < Commencer à 9h.


7. On jugeait les élèves selon leur sport/discipline.

C'est typique du secondaire, que de coller une étiquette à chaque personne, et les élèves en sport-études n'y manquaient certainement pas. Les filles en danse qui sont bitch, les gars de snow qui sont stoned, les joueurs de hockey qui sont en sport-étude grâce juste parce qu'ils sont bons en sport. Name it, que ce soit vrai ou non, y'avait un tas de stéréotype.


8. On avait clairement plus de devoirs le soir.

Parce que fallait ben reprendre le temps qu'on avait en moins à quelque part, on dirait. Ça veut pas nécessairement dire qu'on les faisait toujours plus, mais tu prenais clairement du retard si t'en faisais pas assez. Et si t'avais des amis qui n'étaient pas en sport-étude, ils trouvaient clairement que tu exagérais avec tes devoirs.


9. Les joueurs de hockey passaient toujours miraculeusement.

C'est peut-être un jugement, comme j'ai dis en point 7, mais y'en avait toujours une couple par année qu'on ne comprenait pas vraiment comment ils faisaient pour rester d'une année à l'autre... J'ai une couple de noms qui me viennent en tête, juste à y penser!


10. Si t'étais grand(e), on jugeait toujours que tu jouais au basket.

Y'en avait, des personnes grandes en danse, en snow, en art ou whatever... Mais on assumait clairement en premier qu'elle aurait dû être en basketball. Et les profs aussi.

Le nombre de fois qu'on a dû leur dire pendant tout le temps qu'ils/elles étaient en sport-étude...


11. Tu ne pouvais jamais diner en même temps que tes amis au programme régulier.

Un des gros struggles. Tu ne pouvais pas voir tes amis (mis à part durant la grande pause de 15 minutes qu'on avait en commun) et tu ne pouvais pas (tant) avoir un oeil sur une personne à l'en-dehors du sport-étude non plus. Trop compliqué. Fallait rester ensemble, que ça nous plaise ou non! (Ok, c'était pas si pire, vu que les best étaient en sport-étude, t'sais).


Bonus:  Rendus aux dernières années, y'avait les pires discipline.

Est-ce que je suis la seule qui n'a jamais compris le sport-étude bowling?

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications