Dans la vie, y'a toutes sortes de personnes, faque y'a aussi toutes sortes de personnes à Noël. Même si tu les aimes gros comme la Lune (pis je sais pas exactement c'est quoi la superficie ou le volume de la Lune, mais j'dois t'avouer que j'suis pas mal certaine que c'est pô mal immense comme patente), ça change pas le fait que, des fois, les personnes avec lesquelles tu fêtes te tapent pas mal sur les nerfs...

Pour te préparer à ce qui s'en vient (genre demain ou après-demain), voici les 11 types de personnes que tu risques fort probablement de voir à ton party de Noël!

1. L'oncle qui te demande comment se passe tes études

«  Pis, la p'tite, comment ça va à l'école? T'as des bonnes notes? »

«  L'important, c'est qu'on soit tous en santé là. »


2. Ta tante qui te harcèle pour savoir si tu as un p'tit chum

Ben oué, ça aurait l'air que je suis pas si fine et belle et intelligente et drôle que ça parce que je suis célibataire. Non, j'essaie pas de te mentir, tsé, crois-moi, j'aurais cédé à ton interrogatoire y'a un bon bout de temps parce que j'trouve ça ben plate de devoir m'obstiner avec toi jusqu'à ce que mort s'en suive pour te faire comprendre que je suis aussi seule qu'une chaussette perdue dans la machine de lavage...

Pis si tu me demandes une autre fois pourquoi je suis célibataire, ben t'auras pas de dessert!


3. Le plus jeune de la famille qui te court après pour avoir une gorgée de vin

J'vais te répondre que je veux pas que tes parents m'étranglent ou que la police m'arrête parce que j'ai donné de la boisson à un mineur mais, honnêtement, c'est surtout parce que chaque gorgée de vin est cruciale à ma survie ce soir. Je l'savais, que tu comprendrais.


4. La cousine bien établie qui te demande quand tu vas (enfin) voler de tes propres ailes

T'as un char, une job et une blonde. Je me déplace en bus, je suis aux études et encore très célibataire. On l'sait ben que c'est toi qui a une longueur d'avance sur moi, mais ce serait ben fin de ta part si t'arrêtais de m'en parler à chaque deux secondes, K?


5. Celui qui est toujours parti en voyage et qui vient de revenir

Il revient d'un refuge pour animaux sauvages au Pérou, il repart en mars prochain pour un pèlerinage à quelque part de tellement original en Europe que t'en as oublié le nom et il te dit qu'il planifie partir en Australie pour flatter un kangourou.

Pis toé, t'as à peine les moyens de t'acheter un tout-inclus pour Cuba en basse saison, faque tu te sens un peu pas mal beaucoup poche... Aweille, prend un autre verre, ça va te consoler un 'tit peu!


6. La matante/le mononcle qui abuse un petit peu de la boisson

L'année passée, le vin lui était tellement monté à la tête qu'elle t'avait fait un câlin par derrière en te serrant comme si t'étais une bouée dans la mer alors qu'elle savait pas nager (j'sais pas trop d’où cette comparaison très étrange sort, mais bon, on va faire avec)... Ça a beau te mettre mal à l'aise, t'aimes ça avoir la preuve que t'es pas la seule à aimer bouère comme si c'était la fin du monde la journée du 25.


7. Le workaholic qui te parle juste de son travail

Y'a un mot dans la bouche : sa job. C'est l'fun, qu'il te parle de son travail à l'hôpital qu'il aime à la folie, mais trop de conversation sur le travail, c'est comme pas assez de vin dans ton verre (pis honnêtement, je sais pas laquelle des deux situations est la plus catastrophique)!


8. L'intellectuel qui a des sujets de conversation plates profonds

«  Raconte-moi donc ce que t'as vu dans ton cours de philo, pendant qu'on y est! »

« Premièrement, on y était pas faque je sais pas trop pourquoi tu dis ça. Deuxièmement, ce qui se passe en philo reste en philo. »


9. La tante/l'oncle divorcé qui b*tch son ex

Si j'étais plus saoule et méchante, j'te dirais ben que je préférais mon oncle à toi, mais c'est pas grave, j'vais essayer de faire avec toi pareil...


10. Les moins de 5 ans qui t'enlèvent le goût d'avoir des enfants

Ils geignent comme des attardés, ils courent partout comme des poules pas de tête, ils poussent des bruits aigus qui font saigner tes oreilles, ils chialent pour rien, ils restent scotchés au cellulaire d'un de leurs parents, pis toi, t'as juste envie de trouver un coin sombre dans un garde-robe en te berçant parce que t'es juste pu capable.


11. Celui avec qui tu survis à tout ça

Ça se peut que c'est ta soeur, ton frère, ta mère ou même ton père, mais tu sais que, sans elle ou sans lui, tu serais pas capable de survivre au 25 décembre, et ce, peu importe le nombre de verres de vin que tu bois...

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter