Avec plus de 6 500 restaurant dans la ville de Montréal, nous sommes beaucoup à avoir, ou à avoir déjà eu, un emploi en restauration. Pour être un serveur, tu as réussi à grimper la hiérarchie sociale de la restauration. Tu as sûrement commencé comme busboy ou hôtesse et, maintenant, tu fais les gros tipsYou go glen coco!

Mais... Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités. Les gens qui n'ont malheureusement jamais eu la possibilité de travailler en restauration, sous-estiment ce que tu peux apprendre et ce que tu dois endurer de ce dur labeur.

Ceux qui le savent vont comprendre les points suivants!


1. Tes fin de semaines... ne sont pas des fin de semaines

Vendredi, Samedi et les jours fériés? Tu peux oublier ça. Ce sont les jours que tout le monde à Montréal sort manger et s'amuser. Sauf toi qui finis de travailler soit vers minuit ou 3AM.

Si, par miracle, il te reste assez de temps pour rejoindre tes amis pour un verre, tu n'as pas eu le temps de te changer. Tu portes encore ton uniforme et tu ne sens pas très bon.

2. Le serveur en toi reste avec toi... même en dehors de tes shifts 

Tu es trop habitué de débarrasser des tables en empilant 20 assiettes à la fois pour ne pas revenir et tu le fais même à des souper chez tes amis ou chez toi. Un peu trop gentil disons! Tu as même un bras plus musclé que l'autre maintenant.

Quand tu sors au restaurant, tu es picky avec ton service et tu tip comme un boss en laissant au moins 20%. T'encourage tes frères de restauration tsé.

3. Tes stylos et ton ouvre-bouteille adorent te niaiser

Tu as acheté plein de stylo pour ton shift pour ne pas être mal pris. Arrive le rush, tu dois prendre une commande vite-vite ou faire signer la copie Visa d'un client - ils ont tous disparus et aucun ne fonctionne. Ton ouvre bouteille, lui, adore jouer à cache-cache aux meilleurs moments.

En dehors du travail, ils réapparaissent tous dans ta sacoche, dans tes poches, ton auto, ton tablier...pourquoi?!

4. Tu ne sais pas si tu veux que ce soit mort ou occupé

Être, ou ne pas être, telle est la question. Quand c'est mort, tu peux être coupé et avoir une vie sociale! Mais, quand c'est occupé, tu sors de là ballin'.

Souvent, ce moment de réflexion est bref. En quelques minutes, tu es bombardé de tables et il est déjà minuit.

5. Tu dois endurer les pires des clients...avec un sourire 

dasdajlsfhdksfhdkjhf!!! On pourrait faire un article complet sur les types de clients que les serveurs détestent servir. Une chose est sure, c'est que tu apprends de la patience. Ces gens là ne sortent pas beaucoup ou n'ont juste pas de savoir vivre.

Les clients qui se lèvent et te tape sur l'épaule pendant que tu es avec une autre table, ceux avec la blagues que tu entends à tous les shifts, ceux qui prennent une vie pour commander et ils tiennent à se que tu restes écouter leur dilemme, les chialeux, les allergiques à tout, etc.

6. Tu as des tables « chouchou »

Les clients fatiguant qui commandent des pichets d'eau V.S. les clients qui commandent des bouteilles de vins! Écoute, ça sonne matérialiste, mais c'est la vie.

Ceux qui calent leur verre d'eau 1 seconde au plus vite après que tu l'aie versé pour que tu le remplisses encore.

7. Les walk-ins qui entrent après ta dernière table

Tout le staff les regardent et se regardent. Oui, c'est vrai que c'est écrit sur le site que l'on ferme à 11PM. Ça veut pas dire que c'est correct d'arriver à 10:58PM.

Même chose pour vous les clients qui font du camping au restaurant. Arrêtez de commander des réchauds de café, c'est assez. Sortez d'ici maintenant.

8. Tu es rendu alcoolique 

Une chose est sûre, tu ne buvais pas autant avant d'être serveur. Après un long shift, ça fait partie de la routine de boire avec tes collègues de travail.

Tu peux bien détester le restaurant où tu travailles, mais le staff est devenu une deuxième famille (merci alcool). Vous avez traversé les hauts et les bas ensemble et vous vous êtes fait des amis pour la vie!

9. Une pénurie de TOUT pendant le rush! 

Tu cours partout comme une poule pas de tête. Il n'y a plus de verre, plus d'ustensiles et plus de rien rien rien dans la vie. Ça te retarde dans tout.

EST OÙ LA MACHINE GUYS?!

10. Dans quel univers est parti mon gérant??

Pendant tout le long de ton shift, il ou elle est là à observer chaque mouvement que tu fais comme un faucon. Tu ne peux pas l'éviter.

MAIS, au moment où tu as quelque chose à faire annuler et que les clients doivent partir vite, des clients veulent chialer au gérant ou il y a un plat à retourner en cuisine... TON GÉRANT N'EST PAS TROUVABLE.

11. Les complications de factures...

Ta table de 35 personnes qui viennent de te dire qu'ils vont payer séparément finalement. FML. Tu pensais que la vie était belle, tu avais juste besoin de puncher, pas besoin de faire un plan.

Les gens qui se fâchent parce que tu as laissé l'autre payer. HEY, je m'en fous ok?!

12. Tu es un ATM vivant

À tous les jours, c'est la paye en restauration. Tu sors toujours de ton shift avec de l'argent cash.

Qui peut être une bonne ou une mauvaise chose puisque tu finis par dépenser tes billets beaucoup plus vite et tes amis savent toujours que tu as du cash sur toi... « Ils vont te le transférer après ».

13. Tu tiens à ton pourboire 

À Montréal, c'est 15% minimum. C'est une loi? C'est obligatoire? Non, mais presque. C'est juste coutume. Si tu le fais pas, attends-toi à être jugé.

Ce n'est pas la faute du serveur s'il y a eu des problèmes avec ta nourriture. À moins que...

14. Quand tu réalises que tu as fait un erreur ou un oubli...

C'est littéralement la fin du monde. Tu as soit oublié de lancer ta commande à la cuisine ou  juste oublié de la puncher tout court. C'est normal, tu es humain, mais « quessé je dis au client là?! »

...La cuisine n'a pas reçue le coupon! On vous offre le dessert!

15. Les maudits side jobs

Quand tu crois enfin que tu t'en sors, ben y'en a encore! Tu viens de traverser l'enfer pendant ta soirée, tu as eu les pires tables, des clients ont chialés, tu balances pas et tu dois encore astiquer les verres à vin, les fourchettes, les couteaux, etc.

BONUS:

Des souliers confortables + toi = BFF. Quand tu travail un shift de 9 heures, tu t'en fou de la mode. Tu dois survivre. Tu es rendu bien intime avec Dr Sholls ou Crocs et personne n'a besoin de savoir.

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications