Quand j'étais en 2e année du secondaire, j'ai vécu mon seul et unique déménagement (bah oué, j'habite encore chez mes parents malgré mes 18 ans. Même si ça a quand même assez perturbé mon quotidien parce que j'aimais bien ma chambre et la vue que j'avais (tsé, ma chambre donnait sur un champ (et une prison, mais ça, c't'un détail)), c'était pas un très gros changement parce que je suis "juste" passée de Rivière-des-Prairies à Pointe-aux-Trembles, qui sont deux quartiers collés l'un contre l'autre...

Tout ça pour dire que j'ai quand même plus vécu à RDP qu'à PAT et c'est dans ce quartier que j'ai grandi. Je l'aime bien, mais je l'aime pas d'amour et c'est certainement pas là que je vais vivre quand je vais être plus vieille.

Si tu vis (ou a vécu comme moi) à Rivière-des-Prairies, cet article est pour toi et mettons que tu risques de reconnaître ta vie dans ces 9 problèmes!

1. Tout le monde pense qu'il n'y a que des Italiens

Oui, y'a des Italiens à Rivière-des-Prairies. Mais est-ce que moi, avec mon nom de famille et mon teint plus blême qu'un fantôme qui s'est fait peur à lui-même, je suis aussi Italienne? Non. Pas pentoute. Même pas un dixième. Et c'était aussi le cas de 90% des élèves à mon école primaire faque arrête de penser qu'il n'y a pas de Québécois-Québécois à RDP.


2. Tu ne pouvais pas faire du vélo sur la piste cyclable sans risquer ta vie

Est-ce que quelqu'un pourrait trouver la personne qui a décidé de faire une piste cyclable sur le boulevard collé sur la rivière pour qu'on lui donne une médaille un coup de pelle dans la face. C'est pas que c'est vraiment pas large et une des routes les moins clean de l'île, mais ouais, c'est un peu ça...


3. Tu revolais de dix mètres dès que tu roulais sur le boulevard Gouin

En parlant du boulevard Gouin et du manque d'entretien, je me souviens des p'tits jeunes qui revolaient de quelques mètres (bon, j'exagère, mais c'pas plus grave que ça tsé) dans l'autobus scolaire quand on roulait là. Les bosses et les nids de poules d'autruche te donnaient vraiment envie de chanter le refrain de I Believe I Can Fly!


4. Ça te prenait des heures pour te rendre dans le centre-ville

C'était loin, très très très loin. Peut-être que tu t'en rendais pas tellement compte quand t'étais plus jeune parce que tes parents te donnaient des lifts un peu partout et parce que ton école était proche de ton chez toi, mais ça prend quand même une bonne heure pour te rendre au centre-ville et presque autant de temps pour te rendre à la plupart des cégeps. #TheStruggleIsReal

Et ça, c'est sans parler du fait que tu pouvais juste pas sortir de chez toi trop tard parce que les transports en commun ne se rendaient pas facilement jusqu'à chez toi quand le métro ne fonctionne plus passé une heure du matin...


5. Quand tu rencontrais des gens, tu devais toujours leur expliquer d’où tu venais

"Hein? Daf*ck, quossé ço, Rivière-des-Prairies?"

"Complètement à l'est de la ville et collé sur Pointe-aux-Trembles."

Cette conversation-là t'est probablement familière parce que tu as dû l'avoir avec tous les autres Montréalais avec lesquels t'as dû parler dans ta courte existence.


6. Tu ne t'es jamais risqué à sortir dans un des quelques bars miteux du coin

Oui, comme tous les jeunes avaient ben gros envie de sortir avant leurs 18 ans. Toi, malheureusement, c'était pas possible (dans ton quartier en tout cas) parce que c'était un espèce de ramassis de bars miteux...


7. Tu as souvent envié les Montréalais qui vivaient dans des endroits plus urbains

Faire ton épicerie et la ramener à pieds, c'est impossible à RDP. Rentrer du bar à 3h du matin sans chauffeur désigné ou une fortune dépensée dans un service de taxi, c'est impossible à RDP. Vivre sans auto, c'est (presque) impossible à RDP.

Depuis que t'es jeune, Montréal t'attire parce que tu rêves d'habiter à un endroit où tu peux faire la grosse majorité de tes courses à pieds sans devoir prendre le bus ou ton char que t'as pas encore parce que t'es trop pauvre.


8. Avoir ton permis de conduire n'a jamais été une option

Le dépanneur le plus proche étant à 30 minutes de marche et l'épicerie au double du temps, je pouvais jamais faire de commissions pour ma mère quand j'étais petite. Vivre à RDP quand t'as pas de permis de conduire, c'est possible, mais ça reste pas mal handicapant parce que le transport en commun n'est pas la chose qui est la plus développée au monde!


9.Tu as grandi "à Montréal"

C'est sur l'île, mais tu t'es jamais vraiment considéré à Montréal.

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications