Si t'es du genre à juger un livre par sa couverture ces temps-ci ben, j'étais comme toi. Cet article-là est beaucoup pour toi pis un peu pour la vieille moi, mettons. Pis le pire, c'est que tu m'aurais dit y'a quatre ans que j'allais pondre ça, je t'aurais probablement pas cru. Parce qu'il y a quatre ans, je sortais d'une relation drainante et je me faisais dire par un ami : « T'sais Vaness, tu peux pas espérer avoir le gars top notch, si toi t'es pas en mesure d'être top notch ». Je l'avais tellement mal pris. Parce que je suis orgueilleuse et que j'étais pas prête à me faire lancer cette vérité-là pleine de bon sens pas douce en pleine face. Y'a des fois où c'est juste trop tôt pour ta tête.

Entre temps, je suis passée par une gamme assez variée d'émotions. J'avais pas mal ma « tendance du jour », chaque jour. Le lundi je savais ce que je voulais, mais rendue au mercredi j'avais changé d'idées 40 fois et j'étais donc bien célibataire. Je voulais beaucoup me convaincre que j'étais prête à recevoir une autre personne, un autre cœur qui bat dans ma vie. Je croyais que toutes ces rencontres-là m'approchaient tranquillement de « mon homme idéal ». Que je savais mieux ce que je voulais en mettant le doigt sur ce que je voulais pas, après chaque déception.

Donc j'étais comme toi. Et c'est dur de pas l'être, surtout quand on fait appel à des sites de rencontres, à des applications, etc., parce qu'on a tendance à juger par ce qu'on voit au premier coup d’œil; y porte des souliers de course pour une date, y'a les dents croches, j'haïs son rire, y sacre à tour de bras, y me texte en faisant mille fautes...

Sauf que ça marche pas de même dans 'vie, fille.  

Crédit photo - Gulsum_Akkoyun 

À un certain point, j'ai pensé que j'étais rendue tellement difficile, que je trouverais jamais. J'allais devenir une vieille frustrée, toute seule avec mon thé (j'aime même pas le maudit thé (sauf un trop trop trop bon chez David's Tea dont je me rappelle pu le nom parce que j'ai une mémoire de bouette)).

Pis la phrase de mon ami a fait son chemin : Tu peux pas espérer avoir le gars top notch, si t'es pas en mesure d'être top notch.

C'était pas contre moi et c'est surtout pas contre toi. C'est juste que ton homme idéal existe pas et que toutes ces petites choses-là que tu repousses chez les autres, elles sont fort probablement en toi aussi. Quand tu regardes ça, j'étais pas un produit fini non plus en me présentant à eux, donc ça faisait aucun sens que j'attende ça d'eux autres. Tu peux pas demander ce que t'es incapable de fournir, mais logiquement en étant bien avec toi-même, tu risques d'être capable de le voir chez les autres.

Et le but c'est pas d'être top notch, juste d'être bien c'est le mandat de toute une vie. De simplement être toi et d'attendre rien de plus de l'autre qu'il soit lui-même. C'est juste ça.

On essaye de se définir après la première demie-heure du rendez-vous au lieu de simplement profiter d'une conversation qui a de l'allure pour le pur plaisir de parler à un autre humain. J'ai l'impression que les bonnes conversations se font rares et que les small talk se multiplient. Être à ta place, j'essayerais de savourer chaque syllabe.

J'étais comme toi, donc je veux simplement te dire...

Que le gars pour toi arrivera pas en cognant à la porte de ton nouvel appart ultra moderne le lendemain que tu te sois installée, justement quand tu viens de recevoir une promotion et que ta teinture est fraîchement faite. Ça va juste être celui qui va être game d'embarquer dans ton bateau même si y prend le vent une fois de temps en temps.

Pis ça ben, tu le sais pas seulement en regardant la couleur de ses souliers. 

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications