Jadis j'ai été en couple. Toutes mes amies vous diront que c'est une légende urbaine et que personne ne m'a jamais vu marcher main dans la main amoureusement avec quelqu'un, mais je vous jure que j'ai déjà eu un concubin.

C'est là que l'histoire commence, ou plutôt se finit. Il me flush par un superbe vendredi après midi du mois d'avril. Le 29 plus précisément. J'm'en souviens parce que moi je pensais qu'on allait déménager ensemble, faire des bébés photogéniques pis faire le tour du monde en voilier. Je l'ai pas vu venir mettons, j'avais déjà acheté ma ceinture de sauvetage t'sais.

Comme la vie ne peut pas qu'être une grosse salope, j'avais un souper de filles ce soir-là. J'arrive là déjà pompette, parce que oui, j'me suis faite flusher pendant qu'on prenait l'apéro. Alors mon réflexe a été de me réfugier dans mes derniers retranchements; soit boire la bouteille de rosé solo en braillant. Peu gracieux, mais tout à fait approprié vu les circonstances.

Les filles savent (la magie des textos) ben que j'pas à mon top. Comme dirait mon cher ami Mario, j'fais dur accoté dans' barrure. Je baragouine des niaiseries en reniflant avec les yeux bouffis et rouges. J'essaye d'avoir du fun, de me mêler aux conversations, mais je bois beaucoup trop vite en me concentrant sur mes glandes lacrymales qui sont sur le point de me lâcher. Pour vrai, je m'en sors pas si pire, je fuck à peine l'ambiance.

J't'assise sur mon cul depuis mon arrivée, mais le setup est miraculeusement prêt, on passe à table. Mes amies se régalent pis défont leurs pinces de crabes pis leurs carcasses de crevettes de Matane comme des championnes.  Y'a juste moi, la grosse bouette assise au bout de la table qui comprends pas le concept du repas.

C'est là que j'suis devenue pa-thé-ti-que. J'avais une pince de crabe dans yeule, j'alternais entre essayer de la péter avec mes dents ou la cogner sua' table. On m'a proposé d'utiliser les ciseaux pour la défaire, j'ai abandonné, senti qu'on me respectait pas pis j'ai remis sans aucun stress  la pince tout décalissée dans le plat à service.

Crédit photo - YouTube

J'ai fièrement pensé que c'était vraiment le crabe le problème et non ma dextérité défaillante. J'ai repris une autre pince que j'ai pétée avec mes mains après 3-4 essais. Je comprenais pas qu'il y ait si peu de chair pis que mon assiette soit vide. Je gesticulais tellement que j'ai juste varloper le contenu de la pince partout. No joke, mon assiette était propre, pis la personne en face de moi vivait un cauchemar insupportable.

J'me suis dit que les crevettes ça allait être ben moins de trouble. J'bouffe mes crustacés ben à l'aise, jusqu'à temps que mon amie me dise que j'étais en train de manger des têtes de crevettes. Ça aurait l'air que je pigeais dans le bol 'mettez ici votre scrap de crevettes indigestes' et non dans le plat avec de belles crevettes entières. J'ai répondu, ben sérieuse, à mon amie qu'elle était vraiment salope de me dire ça. J'me suis levée, en prenant soin de sacrer ma chaise à la renverse, et j'ai pointé mes amies avec mon p'tit index fourchu dans un geste de menace ultime. Le monologue qui suivi était pas trop glorieux, ça ressemblait un peu à "vous êtes mes amies, mais vous êtes salopes, j'ai été victime d'un vol  crapuleux d'assiette". Le pire, c'est qu'en finissant ma phrase j'me suis pogné une pelletée de degueulasserie de crevettes que j'ai engloutie one shot.

C'est là qu'on m'a enlevé mon verre de vin. Sage décision. On m'a fait boire beaucoup d'eau et on m'a flatté le dos quand j'ai commencé à dégriser pis à réaliser que j'avais de la peine, pis que j'avais faim en criss.

J'ai pas mangé de crabe/crevettes pendant 2 ans. J'pense ça a été le temps de faire mon deuil de ma relation pis de mes bébés photogéniques. J'ai revendu mon gilet de sauvetage. Pis quand je vais dans un souper de fruits de mer, j'donne des bavettes à tout le monde.

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter