Loin de moi le désir de vouloir nous comparer à une gang d'écureuils qui faisait des réserves pour l'hiver, mais c'était à peu près ça. Tels des ramasse-tout, on prenait et on gardait, au grand dam de notre mère qui finissait par les ramasser avec la balayeuse anyway.

Les caisses au Toys "R" Us, c'est le plus grand attrape-nigaud de toute l'histoire de l'humanité, pis nos parents tombaient dans le panneau à chaque fois. Ce qui fait qu'on se ramassait avec 18 cartes Pokémon identiques, un rouleau de Juicy Fruit rose dont la saveur toughait 3 nano secondes pis des collants de Rupert le petit ourson avant de payer pour les 1000 autres jouets (la vraie raison pour laquelle vous étiez allés au magasin au départ).

Toujours est-il que ça devait nous sécuriser quelque part, d'avoir autant de quantité de choses qui, on va se l'avouer, étaient surestimées dans leur importance.

Ça me tentait de te rappeler de bons souvenirs...

1. Les Pogs

Souvent inculqué par notre grand frère, longtemps dans l'incompréhension de savoir comment ça marche. Moi je voulais juste faire ma fraîche avec l'étui rose.


2. Les autocollants (avec leurs sympathiques albums)

Mes préférés, c'étaient clairement les scratch n' sniff et les collants gonflés. Demandez-moi pas pourquoi je suis un peu mongole aujourd'hui.


3. Les billes

La tension était prenante quand on jouait à ça, en plus de peser 132 lbs dans notre sympathique sac à dos Kickers qui nous a maintenant donné de sérieux problèmes de dos. TOUTE LA FAUTE AUX CR*** DE BILLES!


4. Les pierres précieuses

On peut aussi rentrer les roches là-dedans. Les lisses. On les trouvait belles.

Mon frère tripait là-dessus, mais veux-tu ben me dire sont rendues où ces pierres-là?! On est peut-être riche pis on le sait pas gang, ça mérite investigation!


5. Les barrettes semi-belles en papillon

Ça tenait trois cheveux et quart pis on se ramassait avec la mise-en-plis toute croche dès 15h30 à force de jouer hardcore au ballon-poire. Calme-toi fille, c'est juste un jeu.


Crédit photo – Internetinfo4u

6. Les cartes Pokémon et les cartes Magic

En incluant bien sûr les figurines Pokémon et tout ce qui vient avec. Quand on y pense, d'avoir tripé sur une grosse boule rose qui s'appelle Jigglypuff me rassure pas plus qu'il faut sur le sort de l'humanité.


7. Tous les billets de spectacles et d'événements importants

La fois où t'es allé voir La Belle et la Bête sur glace, que t'es allé à La Ronde, que t'es allé à Miami avec tes parents, etc. Bon, ça j'avoue que je trouve ça cute et que je les ai encore. Jugez-moi.


8. Les Polly Pockets

Je peux te dire tout de suite que si tu pensais tous les avoir, je te clenchais x1000, fille. J'étais la queen des Polly Pockets (en toute modestie). Je me déplaçais chez une p'tite amie? J'amenais le VILLAGE. Non, assis-toi s'te-plait.


9. Les aimants

L'éventail est large. Ça va des aimants sympathiques que tu confectionnais à la garderie qui avaient l'air d'un ramassis de rien pentoute, aux aimants que ta mère gardait du Publisac. Oui, l'aimant des vinaigrettes Renée's.


10. Les porte-clés

L'ironie du sort veut qu'on n’avait aucune maudite clé après laquelle mettre notre joyeux porte-clé inutile, étant visiblement trop jeunes pour assumer cette responsabilité-là.


Crédit photo - beingstars

11. Les cassettes et les CD

En incluant AUSSI les cassettes VHS. Avec l'étui gigantesque qui faisait un bruit atroce à chaque fois que tu daignais vouloir les ouvrir à 6h du matin parce que t'avais fini ton p'tit dodo. Fallait pas réveiller la maisonnée toujours.


12. Les p'tits mots échangés en classe

Pis moi j'tais celle qui signait chaque p'tit mot et qui se faisait pogner. Clap, clap, clap...


13. Des coquillages

En souvenir des bons moments passés à la plage. Combien de fois tu les remettais sur ton oreille pour vérifier si tu entendais toujours la mer? J'suis d'accord, faut tourner la page un moment donné.


14. Des effaces

À quoi ça servait d'avoir autant de gommes à effacer, pour vrai?! Qui n’effaçaient pas, on va se le dire.

Tk, ça sentait bon pis ça me faisait du bien.


15. Les baumes à lèvres Lipsmackers

Mon père avait l'habitude de m'en ramener un chaque fois qu'il allait à la pharmacie (bon, il y allait pas tout le temps quand même), mais j'aimais ça. C'tait his thing. Tout le temps une odeur différente. Sauf qu'un moment donné, tu fournis pu, t'utilises juste les mêmes, pis ça se perd.


16. Les pouliches

Et tu leur donnais les noms les plus uniques et originaux au monde : pouliche orange, pouliche rose, pouliche verte, pouliche bleue, and so on...


Crédit photo – cbgfrance

17. Les balles rebondissantes

C'étaient des missiles en pleine guerre.

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications