Je stresse par rapport au futur, on ne se le cachera pas. Le futur à court ou à long terme, c’est effrayant. On ne peut pas tout préparer, on ne peut pas tout prévoir. Pis même si, in the end, c’est une bonne chose, ça reste effrayant. Ça reste incontrôlable, pour le meilleur et pour le pire. Ça reste l’inconnu.

Je ne sais pas je vais être où dans dix ans. Je ne sais même pas je vais être où l’an prochain. Le fait qu’on nous dit de prévoir un plan B, de se mettre de l’argent de côté, de savoir nos options, c’est ça qui me stresse. Les responsabilités et la gestion de ma vie, c’est beaucoup, me semble.

La vie, c’est pas comme un meuble IKEA qu’on est capable de monter facilement grâce aux 22 étapes du manuel qui nous dit tout ce dont on a besoin de savoir pour le faire. La vie, c’est avoir toutes les pièces du meuble sans livret d’instructions, les yeux bandés pis parfois même les mains attachées. Pas évident.

Quand j’y pense, il y a dix ans, j’étais en secondaire deux, je commençais à me maquiller et je m’apprêtais à embrasser un gars pour la première fois. V’là dix ans, mes préoccupations étaient qu’on ne me voit jamais sans maquillage, que je ne porte jamais le même chandail pendant au moins 10 jours et que ma mère me permette de rentrer 15 minutes plus tard que mon couvre-feu les vendredis soirs.

La grosse vie.

Pis je trouvais quand même une manière de me plaindre. Pis en plus, même à l’époque, je stressais déjà pour mon futur...

C’est ça l’problème : on remarque toujours plus ce qui nous dérange que ce qui est positif. J’ai toujours plus remarqué les 8 personnes qui avaient de meilleures notes que moi au lieu de voir que je passais amplement et qu’une dizaine de personnes avaient de notes en dessous de moi. J’ai toujours envié ces filles plus belles et plus talentueuses que moi, au lieu d’apprécier mes forces et de me dire que des gens m’aimaient bien pour une couple de bonnes raisons.

J’ose croire qu’on apprend de notre passé pour améliorer notre futur. Fa'que si on se disait qu’au lieu de stresser sur le futur, on appréciait le présent? J’te dis pas ici de renier tes responsabilités. J’te dis de remarquer le positif dans ce que tu fais.

Parce qu’au fond, la pensée que t’as que tu vas te ramasser seul, les deux pieds dans marde à devoir te sortir de là, elle est totalement irrationnelle. Y aura toujours des gens qui seront là pour toi. On est jamais seul, dans notre vie. On croit trop souvent être les seuls à vivre une situation ou un sentiment et qu’on ne s’en sortira peut-être pas, mais c’est faux! Demander de l’aide, c’est toujours une bonne idée.

J’vous jure que ça rend heureux éventuellement, demander de l’aide. N’importe quand.

Je stresse, par rapport au futur, on ne se le cachera pas. Le futur à court ou à long terme, c’est effrayant. Mais j’y peux rien, j’ai pas de livret d’instructions. Tout ce que je peux faire, c’est y aller un jour à la fois. Une étape à la fois. Le résultat, on verra qu’est-ce que ça donne plus tard...

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications