La planification d'événements peut être un métier incroyablement stimulant. Pour avoir une formation dans le domaine, je sais. Mais chaque domaine comporte aussi ses désavantages. Je sais que beaucoup de monde idolâtre un peu le domaine et c'est pourquoi j'ai décidé de vous éclairer aujourd'hui en vous rapportant mon entretien avec Hugo Rozon, jeune entrepreneur de seulement 20 qui a fait le saut!

Fils de François Rozon (qui est Président de Encore Spectacle - Télévision), Hugo a baigné dans le domaine de l'événementiel une bonne partie de sa vie et a finalement décidé de faire le grand saut en devenant son propre patron. Il est parti dans l'Ouest pour organiser de nombreux événements et est revenu à Montréal pour travailler sur d'autres projets.

Voici ce qu'il avait à vous dire...

1. Qu'est-ce qui te motivait à faire ce changement?

« Je voulais me convaincre que j'étais capable de réussir n'importe où dans le monde par moi-même et non grâce à mon nom de famille ou mes contacts. Je voulais apprendre, vivre de nouvelles expériences. Je pense aussi qu'il est important de tout changer quand notre vision est moins claire. C'est important de savoir où on se dirige, la vision de mes buts avant de partir était très claire. Je suis assez fier de ce que j'ai accomplis dans l'Ouest. »


2. As-tu trouvé difficile la transition dans l'Ouest? Quelles étaient tes inquiétudes et que trouves-tu de plus difficile?

« C'est sûr que le fait de partir à l'étranger et de ne pas connaître la clientèle ni le marché de l'événementiel peut être inquiétant. De mon côté, j'aime beaucoup les défis et l'inconnu, c'est ce qui me motivait et me permettait d'avancer. J'y ai donc plutôt pris un plaisir et j'ai essayé de toujours rester positif et continuer d'avancer même dans les moments difficiles. Il faut noter que j'étais avec mon bon ami et associé Raphael Belle-Isles avec qui j'ai une très bonne relation. Nous avons vécu des moments complètements fous et inoubliables. »


3. En ce moment, quels sont tes majeurs projets?

« En ce moment, après avoir passé plus de six mois à Vancouver, j'ai décidé de revenir à Montréal. L'expérience acquise dans les six derniers mois est essentielle pour mes futurs projets. Je vais me concentrer sur le Melting Pot, un festival sur la place des arts qui a lieu au mois de juillet qui a accueillit Pomo, Sharam, Wyclef Jean, Dave Chappel et plusieurs autres artistes l'an passé.

Je travaille au Melting Pot avec Jaques Kartier, un promoteur montréalais avec lequel je m'entends très bien. Je travaille aussi très fort avec d'autres partenaires sur un festival de musique électronique - indie - populaire qui aura lieu près de Montréal en 2017.

J'aimerais aussi beaucoup avoir ma propre boîte de nuit à Montréal dans les prochaines années. »


4. Quel est ton parcours? Qu'as-tu fait pour en arriver là...?

« Depuis l'âge de 13 ans, je travaille dans le domaine. Je me rappelle à cet âge-là, j'étais agent d'accueil au festival Juste Pour Rire. J'apprenais comment fonctionne vraiment un festival. Je faisais des shifts de 15 heures par jour et des semaines de 60 heures. J'étais déjà, à cet âge, fasciné par le monde de l'événementiel. Je travaillais de 9h00 à minuit et ensuite j'allais fêter jusqu'aux petites heures au club VIP de Juste Pour Rire où je rencontrais des humoristes, des acteurs et artistes du monde entier.

À l'âge de 17 ans, j'ai organisé mon premier événement. C'était une soirée d'humour dans un bar avec plusieurs humoristes de la relève dont Phil Roy, les Pics Bois et Renaud Lefort. Je n'avais même pas encore l'âge légal pour être dans un bar; j'avais dû mentir au proprio, prétendant avoir 18 ans. Je me rappelle avoir fait du porte-à-porte pendant des jours pour vendre les billets du show et trouver des commanditaires. J'ai littéralement fait le tour de la ville: commerces, écoles, résidences étudiantes, hôtels, etc. Le show était finalement sold out et c'était mon premier événement.

C'est là que j'ai eu la piqûre et depuis ce temps, c'est de loin ma plus grande passion. Après avoir fait la promotion de plusieurs soirées d'humour, je me suis rendu compte que je préférais beaucoup plus organiser des soirées festives, des partys avec des DJs et des artistes et que même si toute ma famille baignait dans le milieu de l'humour, ce n'était pas la direction que je voulais prendre.

En 2014, j'ai finalement décidé de partir ma propre entreprise (Dream On) et faire des événements qui me représentaient. J'ai fait plusieurs bookings de DJs/Rappers/Beatmakers comme Robert Robert, Ryan Playground, Heart Streets, No Kliche, Dead Horse Beats, Nekfeu (vendeur #1 en France), Wyclef Jean, Shaykadiss, DJ Shortcut, Pomo, Dizzy Wright et bien plus.

J'ai initié la soirée du mercredi au Buffalo Bills bar & Grill à Whistler. Pour rendre cette soirée occupée, je suis allée en personne dans tous les commerces du village (il y en a à peu près 200) chaque semaine pour inviter des genre, j'ai fait des guestlists de 2000 personnes, créé des groupes et des pages d'événement Facebook, réussit à amener des live bands, des DJs, un tournoi de pool, des compétitions de mangeurs d'ailes de poulet, bref... plusieurs idées différentes! Maintenant, le mercredi Buffalo Bills est une des plus grosses soirées de la semaine. Souvent même plus grosse que le vendredi et samedi. »


5. Que trouves-tu de plus gratifiant dans ton métier?

« J'adore le fait de pouvoir transformer des idées qui peuvent sembler folles et les rendre réelles. J'adore l'énergie que les DJs, les artistes et la foule dégagent. J'aime faire partie de ces moments magiques que je vivrai seulement une fois dans ma vie. J'aime le fait d'avoir le contrôle sur ça. Le plus gratifiant, c'est que je ne vois pas mon métier comme un métier, mais bien comme ma plus grande passion. Je suis constamment en train de penser à de nouvelles idées et à visualiser mes projets futurs. Ce qui me donne ma drive et mon énergie. Je dirais que presque toutes les décisions que je prends dans ma vie sont faite en fonction de mes rêves, que ce soit le lieu où je vis, la musique que j'écoute ou mon entourage. »


6. Ce que tu espères pour cette année professionnellement?

« Je veux consacrer beaucoup de temps à réaliser mes projets de festival et de boîte de nuit. Je veux amener quelque chose de nouveau et différent à l'événement Melting Pot de Juste Pour Rire (juillet 2016). Je souhaite également créer plusieurs moments mémorables, rencontrer des gens intéressants et continuer de travailler sur moi-même. »


7. Ton conseil pour tous ceux qui aimeraient se lancer dans le domaine?

« Il faut persister, ne jamais lâcher, c'est vraiment ça la clé. Ça implique d'être prêt à vivre plusieurs échecs, perdre de l'argent, recommencer à zéro plusieurs fois. C'est donc une nécessité d'être passionné, de connaître son domaine et de ne jamais cesser de se renouveler. Il ne faut pas avoir peur du jugement des autres et il faut se différencier. Très important. Il faut essayer d'être avant-gardiste, tenter de trouver ce qui va marcher à court comme à long terme et éviter de suivre les tendances du moment. »

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter