Si t'es un fan fini de The Walking Dead (un peu comme moi au fond), tu attends probablement le spin-off de la série avec impatience. Pour te faire patienter jusqu'au 23 août, tu as probablement regardé la bande-annonce une bonne vingtaine de fois, téléchargé la chanson thème pour pouvoir l'écouter littéralement partout, réécouter les reprises qu'AMC passe et lu quelques BD empruntées à la bibliothèque de ton quartier...

Moi aussi, j'ai vraiment du mal à attendre : tu n'es pas seul! C'est un peu comme attendre le matin du 25 décembre pour déballer tes cadeaux... l'attente est tout simplement insupportable.

Au tout début de la série, quand ils ont parlé de la situation des Français dans la première saison, ça m'a vraiment intriguée et, depuis ce temps-là, je me demande comment Montréal s'en sortirait dans une telle apocalypse.

Pour satisfaire ta curiosité, voici comment Montréal s'en sortirait dans The Walking Dead... Même si on préférerait tous un spin-off qui prendrait place dans notre belle métropole, je pense qu'on va devoir se contenter de notre imagination pour savoir comment les habitants d'ici s'en sortiraient!

Crédit photo - Graiae

Les armes pour se défendre

J'ignore si je t'apprends quelque chose, mais on n'est pas aux États-Unis... La probabilité que tu trouves un fusil dans une maison que les propriétaires utilisaient pour chasser ou encore pour leur propre protection (ou juste parce qu'ils craignaient une invasion de zombies) est pas mal faible! Contrairement à nos voisins du sud, les personnes qui possèdent une arme chez eux sont très peu nombreuses.

Et de toute façon, à quoi sert un fusil si tu ne sais même pas t'en servir? Même si tu as vu un nombre impressionnant de films de James Bond ou si tu t'es déjà entraîné dans un centre, ça m'étonne que tes skills de tireur soient assez développés pour atteindre un zombie qui a ben envie de goûter à ton mollet!

Concernant la base militaire de Longue-Pointe, on s'entend qu'il faudra quand même que tu arrives à t'y rendre sans te faire manger tout cru (littéralement) et qu'on te laisse entrer... Bonne chance.

Par contre, nos gros atouts sont nos machines pour déneiger. Si je vois bien comment elles seraient très efficaces pour écraser et ramasser des zombies littéralement à la pelle, ça prend du gaz, qu'on n'a malheureusement pas à profusion ici!


La température annuelle

Les zombies vont geler, donc on va pouvoir les achever quand ils ne pourront pas bouger dans la neige. C'est vrai... mais les chances que tu arrives à te réchauffer pour rester envie et les tuer pour de bon sont comme VRAIMENT maigres.

Pendant les mois de décembre, janvier, février et mars, la température ressentie peut atteindre relativement facilement les -20  °C. À un certain point, Hydro va probablement nous lâcher et, même si tu les détestes quand tu reçois ta facture bien grosse, tu ne t'en sortirais pas sans ton chauffage durant notre hiver tout simplement atroce...

Si les personnes qui ont un foyer au bois pourraient survivre dans certains quartiers, la quantité d'arbres dans les endroits moins verts de Montréal s'épuisera rapidement si on les coupe tous pour se réchauffer!


Les cachettes disponibles

J'ai déjà parlé de la base militaire, qui ferait une base plutôt excellente pour survivre. Par contre, à part cet endroit précis, les cachettes excellentes à Montréal sont loin d'être ce qui abondent...

Tout le centre de la ville est à éviter. Même si certaines maisons ont l'air ben solides et zombies-proof, c'est dans ces endroits-là qu'il y a le plus de personnes. Et plus de personnes, ça veut souvent dire plus de zombies potentiels et/ou de malades mentaux qui vont essayer de te voler tout ce que tu possèdes pour survivre! Si tu planifiais te réfugier sur le Mont-Royal grâce à la pente qui découragerait plus d'un zombie, j'aimerais bien savoir ce que tu as prévu pour survivre à l'hiver.

La seule exception qui confirme la règle serait, à mon avis, le souterrain de Montréal. Quand on y pense, ça peut être une cachette pas trop pire... Si tu amènes de la nourriture en conserve qui ne se périme pas pour durer longtemps et si vous êtes un groupe soudé et organisé, vous pourriez facilement boucher toutes les sorties et vous assurez qu'aucun zombie ne pénètre votre forteresse!

Peut-être que les deux extrémités de la ville peuvent paraître des options relativement bonnes, mais ça reste des quartiers normaux comme on en a vu aux États-Unis dans The Walking Dead... Si on oublie les deux quartiers qui ont réussi à s'isoler (et j'imagine qu'ils n'avaient pas une ville très peuplée collés contre eux), ils sont souvent infestés de zombies. ENCORE une mauvaise idée.

Par contre, les différentes prisons ou centres de détention pourraient être de bonnes idées... s'il n'y a pas déjà des criminels fous, on s'entend!


La localisation de notre ville

Étant donné que Montréal est sur une île, on peut facilement bloquer les ponts pour éviter que des zombies venant d'ailleurs viennent renforcer les rangs des morts-vivants. Trois points de plus pour la localisation, mais un point de moins à cause des embuscades possibles qui peuvent causer ta mort si tu cours vers le fleuve sans le savoir parce que tu n'as pas trop le choix... Oups!


Crédit photo - Appalachian Trials

Les sources possibles de nourriture

Je pense que je vous apprends rien, mais on n'est pas la ville avec le plus de champs au monde. À part l'été et dans ton jardin grand comme un appartement en Chine, j'imagine que tu ne pourras pas faire pousser assez de bouffe pour te sustenter pendant une année entière!

On pourrait survivre, un peu comme n'importe quel endroit du monde, avec la bouffe de nos épiceries, mais on s'entend qu'on viendrait un peu trop rapidement à bout de nos réserves de nourriture qui ne sont pas périssables... Si l'apocalypse n'est pas prise en charge très rapidement, ça ne suffira tout simplement pas.


Crédit photo - La Métropole

Le nombre de personnes

Si tu as regardé The Walking Dead (et sinon, je vais t'apprendre quelque chose d'essentiel à ta vie), tu sais probablement que les villes les plus peuplées sont les PIRES pour survivre à une apocalypse de zombies. Plus il y a de personnes dans un seul et même endroit, plus les chances que le virus se propage rapidement augmente! Avec notre population montréalaise qui se compte en millions, je pense pas que j'ai besoin de te faire un dessin pour te faire comprendre à quel point Montréal n'est pas l'endroit idéal!


Le caractère des Montréalais

Sans vouloir te gâcher la série si tu n'es pas à jour, le nombre de personnes qui ont viré complètement fous, méchants, vicieux et tout ce qui est mauvais chez l'homme est pas mal impressionnant. Même s'il y a des tonnes de personnages de l'émission qui ont un grand cœur, plusieurs sont devenus complètement débiles et font encore plus peur que les zombies...

Une qualité pour laquelle les Montréalais sont reconnus internationalement, c'est leur gentillesse. Peut-être que je suis naïve, mais j'ose croire qu'on se tendrait la main et qu'on se supporterait dans un temps aussi dur au lieu de céder à la folie, comme d'autres le feraient.

Pour conclure cet article, je pense que notre ville est parfaite au quotidien mais le serait beaucoup moins durant une apocalypse de zombies. Si jamais des morts-vivants envahissent un jour nos rues, COURS, ma fille, COURS!

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications