Créé depuis maintenant 11 ans, Facebook s'est lentement mais sûrement immiscé dans nos vies. On s'y est tous inscrits un à un, même ceux qui disaient préférer rester loin des réseaux sociaux, on a été intéressés par la nouveauté que ça représentait à nos yeux et c'est maintenant rendu un divertissement quotidien pour certains... Depuis longtemps, le journal en version papier a remplacé notre page d'accueil pour nous tenir informés des nouvelles internationales.

On n'a même plus à se lever de notre lit pour savoir ce qu'il s'est passé pendant qu'on dormait : on n'a qu'à ouvrir notre cellulaire qui attendait patiemment sur la table de chevet à côté de notre lit pour rattraper tout ce qu'on a manqué.

En pratique, Facebook est un outil bien utile au quotidien! Il nous garde en contact avec les gens qu'on aime, on peut garder un œil sur nos amis qu'on a perdus de vie depuis un gros bout de temps et on a accès beaucoup plus rapidement aux dernières nouvelles de l'heure...

Mais à mon avis, c'est comme toute bonne chose : trop c'est comme pas assez.

On a trop pris l'habitude de se réfugier derrière notre écran de téléphone ou d'ordinateur quand on parle aux autres. Maintenant beaucoup plus qu'avant, les ruptures se font par message électronique... Et le pire dans tout ça, c'est que c'est presque rendu normal et acceptable. Ça nous donne aussi le courage aux plus lâches d'insulter les autres et de nous moquer sans malice, ce qu'ils n'oseraient jamais faire face à la personne qu'ils insultent sans remords.

On préfère maintenant dire par message ce qu'on avait l'habitude de dire directement aux autres. Pourquoi? Parce que dire ce qu'on ressent ou ce qu'on pense réellement, ça demande beaucoup plus de gosses que de l'écrire en tapant sur les touches de notre mini-clavier pendant qu'on rentre en transport en commun après une journée au travail...

Grâce aux murs bien remplis de nos amis, on ne prend plus la peine de demander des nouvelles. Après tout, qu'est-ce qu'on pourrait bien leur demander? On sait déjà qu'ils ont changé de job il y a quelques mois, qu'ils ont l'air de s'y plaire vu qu'ils publient beaucoup de photos d'eux et qu'ils ont quitté leur amour de jeunesse parce que leur statut vient de passer de « en couple » à « célibataire ».

Étant donné que la plupart des conversations des jeunes se font à travers les réseaux sociaux, ils ont moins l'habitude de parler de vive voix et d'aller eux-mêmes vers les gens. Avant que je quitte mon école secondaire, le Ipad venait d'être intégré comme outil de travail pour les jeunes, mais ça les affectait jusqu'à l'extérieur des classes vu qu'ils passaient le plus clair de leur temps libre à l'école à clavarder avec leurs amis qui étaient littéralement à côté d'eux...

Maintenant, être à un endroit qui n'a pas de Wi-Fi est rendu quasiment un enfer pour certains! L'idée de lever les yeux pour parler à leurs amis quand ils vont manger un morceau au café du coin est rendu quasiment inconcevable pour trop de monde.

Avec Tinder, c'est plus facile pour les célibataires de swipe right quand quelqu'un les intéresse plutôt que d'aller voir un beau gars accoudé au bar avec sa gang d'amis.

Même si mon but ici n'est pas de démoniser les nombreux réseaux sociaux vu qu'ils ont leurs avantages, les problèmes qu'ils créent au quotidien chez les gens sont quand même grands et, à mon avis, penser qu'ils se régleront tous seuls est jouer à l'autruche...

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter