Jonathan répond enfin à toute la situation « d'intimidation » à Occupation Double - Narcity

Jonathan répond enfin à toute la situation « d'intimidation » à Occupation Double

Jonathan assez déçu de l'image que le Québec a eue de lui.

À la moitié de l'aventure Occupation Double, ça a définitivement commencé à brasser puisque les couples commençaient à être officiels, et les alliances commençaient à se créer. Si tous les candidats semblaient être « associés » à une personne de l'autre sexe, on ne pouvait ignorer le fait que Jonathan se ramassait - encore - mis à part.

À lire aussi: Occupation Double: l’élimination de Maude et Jo met le Québec en colère et une pétition circule pour les ramener

Bien que les dernières semaines de Jonathan ont semblé positives et amusantes, on ne peut ignorer les extraits qui nous ont été montrés: Jonathan semblait avoir beaucoup de misère à se faire écouter et comprendre dans la maison des gars. Alors que le grand candidat de St-Prime a expliqué à plusieurs reprises qu'on ne lui laissait pas sa chance de s'exprimer, les téléspectateurs ont carrément qualifié la situation d'intimidation.

À lire aussi: Il faut parler de la situation de Jonathan à Occupation Double

Même son de cloche du côté de certains exclus qui trouvaient aussi que Jonathan subissait une grosse pression des pairs.

Alors que Jonathan est, au grand regret de plusieurs, de retour au Québec, il s'est prononcé sur toute cette situation:

« C'est ce que je n’aime pas du show de voir ça, qu'on dirait que je suis intimidé. Je n'ai pas senti ça pantoute. J'ai senti un différend à propos des gars, et c'est sur que je ne me sentais pas super inclus dans le groupe, mais je n'ai pas senti d'intimidation. Personne ne m'a insulté ou ne m’a manqué de respect. C'est sur qu'on s'est chicané, mais personne ne m'a manqué de respect.   »

À ça, on lui a demandé s'il avait toutefois ressenti une pression des pairs:

« Je ne sens pas qu'on a influencé mes décisions. En fait, c'est surtout de la façon dont Michaël a essayé de prendre ma défense qui m'a beaucoup victimisé. Ça a rendu ça très intense pour ce que c'était. Dans le show, ça a passé comme si les gars étaient vraiment méchants avec moi mais ce n'était pas ça pantoute. Sont pas obligés de m'aimer, dans un sens. Normalement, au Québec, si j'avais été dans un groupe de même où je ne me sentais pas super à l'aise, je serais parti. Sauf que là on est pris ensemble et ils ne sont pas obligés de m'aimer. Mais, finalement, on a bien réglé ça. À la fin, quand il n'y avait plus de doute sur la game, tout a bien fini. »

Donc, à ses yeux, tout est bien qui finit bien. S'il y a une chose que Jonathan ne veut pas, c'est d'être pris en pitié alors qu'on rappelle que la production ne montre que quelques heures d'extraits d'une longue semaine. On ose donc croire, en se fiant aux propos de Jonathan, que tout ça était donc bien moins pire que ce que le montage laissait paraître. 

 

Partager sur Facebook