Tu te souviens de la première fois qu’on s’est rencontré, bé ? Oui, la fois que t’as renversé ton drink au complet sur mon plancher d’cuisine. J'suis venue te voir, en maudit, avec ma guenille : « Tiens, pour que tu t’ramasses ».

T’étais l’ami de Justin, le chum d'une amie. T’étais un inconnu qui, j’aurais pensé, aurait pris la guenille et ramassé le dégât qu’il avait fait dans la maison d’une fille qu’il ne connaissait même pas.

« Ouin, p’tite baveuse, toi » tu m’as répondu.

On s’est regardé, toi avec un p’tit sourire en coin, pis moi les yeux grands ouverts. (J’ai tu bien entendu ce qu'il vient d’me dire, lui là ?)

J’t’ai haïs dès l’début, mais j’t’ai aimé dès l’début aussi. Qui aurait cru que ce p’tit come-back impoli aurait été le début de nous deux.

Ça fait quoi… bientôt 3 ans ? J’me sens comme un parent qui va reconduire son kid à sa première journée de primaire quand j’dis ça, mais mon Dieu que le temps passe vite. Pis mon Dieu qu’on est passé à travers des choses ensemble. Pis mon Dieu qu’la plupart de ces choses-là ont été causées par les autres. Ceux qui n’ont jamais compris notre relation.

Mais t’sé bé, on peut pas leur en vouloir. On n’est pas reposants, toi pis moi. On s’chicane plus qu’on s’colle, on s’engueule plus qu’on s’dit des mots doux, mais on s’aime aussi, plus que bien du monde.

Tu m’comprends, j’te comprends, on s’comprend. Peut-être bien que personne NOUS comprend, mais on peut pas gagner sur toute la ligne.

Peu importe le nombre de fois qu’on se raccroche la ligne au nez, que mes amies me disent que j’mérite mieux, que tes boys t’amènent dans les bars pour te montrer la vie de célibataire, on sait très bien qu'à la fin d’la journée on finira ensemble, comme à chaque fois.



J'suis tannée de justifier notre amour, d’avoir à expliquer pourquoi ça fonctionne. Parce qu’au final, les gens comprennent pas que j’veux être avec celui qui m'a traité de baveuse la première fois que j’l’ai rencontré.

J’demande pas la lune, j’demande pas qu’on nous supporte dans notre relation avec plus de bas que de hauts, mais j’demande du respect. Qu’on respecte le challenge qu’on est l’un pour l’autre. C’est ce qui fait de moi la femme que j’suis, forte, motivée, et en amour. Et c'est ce qui fait de toi l'homme que tu es. Un homme que j'peux aimer malgré ton côté très baveux, tu sauras.

Alors, bé, pourvu qu'on continue de croire en notre amour, on va être bien corrects.


À lire aussi:


Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter