Avoir le kick sur un gars: des Québécoises révèlent la chose la plus folle qu’elles ont faite - Narcity

Avoir le kick sur un gars: des Québécoises révèlent la chose la plus folle qu’elles ont faite

Ça va loin...

On est toujours en train de promettre aux gars qu'on est totalement saines d'esprit. Mais prenons une seconde pour être honnête une seconde pour laisser de côté notre « j’pas comme ton ex folle » speech. Parce qu’on va se l’dire, on est f*cking dérangées!

En relation, célibataire, en fréquentation, en « t’es pas officiellement mon boy alors j’ai pas l’droit d’être possessive, mais je l’suis », ou peu importe dans quelle sorte de situation qu’on s’embarque, on ne peut pas s’en empêcher.

Si vous êtes le moindrement comme moi, avoir un kick vous rend un peu intense. Quand je dis « un peu », j’veux dire « beaucoup ». Cette personne occupe vos pensées 24h/7, et tout le reste semble prendre le bord. La mean girl en toi se rappelle la journée qu’il s’est fait couper les cheveux, mais pas où est fixée la limite. (La limite n’existe pas, by the way)

Pour se sentir un peu moins seules dans nos pétages de coche et nos obsessions pas trop saines, j’ai demandé à quelques Québécoises de nous raconter la chose la plus folle qu’elles ont faite quand elles avaient le kick sur un gars.

La sélection a été difficile, mais mon choix s’est arrêté sur ces 4 demoiselles. Alors, prépare-toi à passer de la réflexion « ok, ça c’est fou » à « FOU MALADE TOMBÉ SUR LA TÊTE », en lisant ce que ces Québécoises ont fait.

P.S. J’nous ai toujours trouvé un peu crackpot, nous autres les Québécoises, mais jamais à c’te point-là. Bravo les filles, au moins on s’assume ✌️.

Québécoise no.1

 « Je dépensais mon argent dans l'beurre à son dépanneur juste pour le voir »

« C’est vraiment gênant, mais bon, j’avais un kick sur le gars qui travaillait au dépanneur à côté de chez moi. Il devait avoir 5 ans de plus que moi, et j’avais aucune chance. J’allais m’acheter des bonbons et des bébelles inutiles juste pour le voir. Mes amies de quartier venaient avec moi parce que j’étais trop gênée pour y aller toute seule, et on allait dépenser au dépanneur presque tous les jours, question de ne pas manquer son shift. 

Via @_Emilyx20

Je ne pense même pas qu’il me disait un mot de plus que le montant total que j'avais à payer et qui dépassait jamais 5$... C’est certain qu’il devait savoir que je tripais dessus. Maintenant je suis à l’uni, et j’ai 8,50$ dans mon compte chèque. Alors oui, je regrette TOUT. »


Québécoise no. 2 : 

« Je me suis bleaché les cheveux parce que j’ai entendu dire qu’il aimait les blondes »

Au début du secondaire, j’avais le plus gros kick sur un gars dans ma classe. J’ai su à travers les branches que son style de filles c'était les blondes aux yeux bleus. J’ai compris que moi pis mes cheveux bruns et yeux bruns, on n’avait aucune chance. J’étais encore dans l’âge où il me fallait la permission de ma mère pour changer ma coupe de cheveux. Je voulais des mèches blondes, je savais qu’elle n’accepterait jamais que je me colore la tête au complet. Je l’ai suppliée et j’ai chialé puis elle a finalement accepté. 

Via @juliette_3102

Alors j’ai complètement détruit mes cheveux parfaitement en santé avec du bleach pour avoir des mèches blondes. Il ne m’a pas plus remarquée. Deux semaines après mon makeover, j’avais un kick sur un nouveau gars, et ça m’a pris 4 ans avant que les mèches poussent et disparaissent.


Québécoise no. 3 :

« J’ai commencé à fréquenter son cousin »

Mon kick en question était vraiment trop snob pour me remarquer et on n’était aucunement dans la même gang au CÉGEP. Je me suis ramassée à un party chez une amie, là où j’ai rencontré son cousin. Il était super gentil et cute, alors je lui ai donné mon numéro quand il me l’a demandé. On a commencé à se parler, et tranquillement pas vite, il est devenu ma fréquentation. 

Via @NotSoSober

Je lui ai initialement parlé parce qu’il était le cousin de mon kick et était peut-être ma porte d’entrée, mais je me suis vraiment attachée à lui! On est sorti ensemble un 2 ans, pendant lequel j’allais dans ses partys de famille, là où je voyais son cousin sur lequel j’avais un kick. Je me suis rendu compte que ce gars-là était vraiment weird.

Je n’ai jamais dit à mon ex que j’étais initialement seulement intéressée parce qu’il était le cousin de mon kick.


Québécoise no. 4 :

« J’ai catfish mon kick, et il est tombé en amour avec la catfish»

C’était dans le bon vieux temps de MSN où je passais mes soirées à parler et envoyer des wizz à mes amis. Sans trop savoir comment approcher mon kick, qui était dans une autre école, moi et ma gang de girls on a créé une adresse courriel et un compte MSN fake, et puis on l'a ajouté. On a créé un profil d'une fille bidon, et on prétendait être elle.

On avait toutes accès au compte, mais c’était en majorité moi qui lui parlais. On se parlait sans arrêt, et c’est devenu mon genre de « chum ». Ça veut pas dire grand-chose à cet âge-là, mais quand on considère que la fille à qui il pensait parler n’existait même pas, c’est assez fou. Je sais pas où je pensais que tout ça allait mener, puisque mon kick en question était affiché en couple avec cette fille imaginaire, alias le faux moi, et n’était donc plus célibataire pour la vraie «moi»...

Via @xmusic_lover

Moi et mes amies on s'est rendues compte qu’on s’était mises dans une situation assez compliquée et fragile, alors on a capoté et on a fermé le compte. Pour ce qui est de mon kick, il a perdu la fille à qui il parlait tous les jours, mais elle n'a jamais réellement existé. On a vraiment été chanceuses de ne pas se faire prendre! 

Partager sur Facebook

Poursuis ta lecture

Recommended for you

Sophie R. Meyer Mon p’tit chez moi c’est Québec et mon amour pour cette ville est inconditionnel, mais je vie maintenant sur la 40 à faire Montréal-Québec pour l'uni. Je suis fascinée par le pouvoir indescriptible qu’a l’amour sur les humains, et son habileté d’être à la fois incontrôlable alors qu’il contrôle tout. Les cafés et avoir le piton collé, c'est minimum 4 fois par jours. Je suis pas très artistic mais j'aime me faire accroire que j'le suis 👉 @sophierm2