Alexandre Bissonnette, le terroriste de Québec, a « faké » la maladie mentale et s'est fait pogner à mentir - Narcity

Alexandre Bissonnette, le terroriste de Québec, a « faké » la maladie mentale et s'est fait pogner à mentir

Quoi qu'il doit pas avoir toute sa tête...

Le 29 janvier 2017, Alexandre Bissonnette, âgé de 28 ans maintenant, est entré dans le Centre culturel islamique de Québec, situé au 2877 chemin Sainte-Foy. Il a par la suite ouvert le feu sur les gens qui y étaient pour prier. Il avait 108 balles en sa possession. 

Dès le lendemain, 11 chefs d'accusation ont été déposés contre lui, soient 6 pour meurtre au premier degrés et 5 pour tentative de meurtre en utilisant une arme à feu à autorisation restreinte. Plus tard, ce sera 12 chefs qui pèseront contre lui. 

@vincegiguereembedded via  

L'événement a bien évidemment marqué tout le monde, allant des citoyens au premier ministre qui a affirmé quelques heures après la tragédie : « Nous sommes avec vous. Trente-six millions de Canadiens ont aussi le coeur brisé ».

Un an plus tard, les parents d'Alexandre ont accepté de discuter publiquement de leur fils pour la première fois, le 31 janvier 2018. Ceux-ci ont affirmé dans une lettre : « Alexandre demeure notre fils que nous aimons et qui fera toujours partie de notre famille. Comme tous les parents, nous avions espoir de le voir réussir et être heureux dans la vie ». 

Deux mois plus tard, le meurtrier a plaidé non coupable à tous les chefs, avant de demander au juge de pouvoir changer son plaidoyer pour celui de culpabilité. Celui-ci a refusé et plutôt demandé un examen psychiatrique de l'accusé puisque ce dernier affirmait avoir « des hallucinations ». 

@sircupcake93embedded via  

En effet, quelques jours suivant son arrestation, le terroriste confiait avoir des hallucinations auditives aux intervenants de la prison, à son père et aux psychiatres. Ces voix l'auraient incité à poser certains gestes et à suivre une quelconque mission. 

Cependant, après quelques rencontres avec des experts, ceux-ci confirment qu'il n'en ait rien. Alexandre Bissonnette ne souffre d'aucune pathologie psychotique et est tout ou plus une personne anxieuse, avec une personnalité narcissique et des problèmes d'alcool. 

L'accusé aurait prétendu ne pas avoir toute sa tête pour ne pas se faire renier par son père. Le mois dernier, il a finalement lu la lettre suivante aux gens présents en Cour : 

« Monsieur le juge, en cet instant que je suis libre de vider mon cœur et mon esprit, 
J’aimerais vous dire à vous M. le juge et à tous : à chaque minute de mon existence je regrette amèrement ce que j’ai fait, les vies que j’ai détruites, la peine et la douleur immense que j’ai posées (sic) à tant de personnes, sans oublier les membres de ma propre famille. J’ai honte de ce que j’ai fait. 
 Je ne sais pas pourquoi j’ai posé un geste insensé comme ça. Encore aujourd’hui, j’ai de la misère à y croire.  
Malgré ce qui a été dit à mon sujet, je ne suis ni un terroriste ni un islamophobe. Plutôt je suis une personne qui a été emportée par la peur, par la pensée négative et par une sorte de forme horrible de désespoir. 
J’avais depuis longtemps des idées suicidaires et une obsession avec la mort. Comme si je me battais avec un démon qui a fini par m’avoir, qui a fini par gagner contre moi. J’aimerais tant pouvoir revenir dans le temps et changer les choses. 
 Parfois, j’ai l’impression que tout ça n’est qu’un affreux rêve, un long cauchemar. J’aimerais pouvoir vous demander pardon pour tout le mal que je vous ai fait, mais je sais que mon geste est impardonnable.  
Si au moins en plaidant coupable je peux faire un peu de bien dans tout ça, alors ça sera déjà ça de fait. C’est pour ça que j’ai plaidé coupable devant vous. » (source

Il passera au moins les 25 prochaines années de sa vie en prison.

Sources : Radio-Canada, Journal Métro, Le Soleil, Journal de Québec 

Partager sur Facebook