Après une journée à suivre les nouvelles sur la situation actuelle dans le monde, j'ai voulu me divertir avec un petit film d'horreur. J'ai choisi d'écouter le film The Platform qui est top 2 sur Netflix au moment d'écrire ces lignes et c'est absolument dérangeant, car ça ne s'éloigne pas tellement de la réalité.

C'est donc en soirée que j'ai rejoint mon amie dans Netflix Party afin que nous puissions écouter ce film ensemble, malgré le fait que nous soyons toutes deux confinées à nos appartements respectifs.

Avec cette extension, on peut clavarder à l'écran même, alors que le film joue en simultané sur les appareils, ce qui est très pratique et permet de laisser son cellulaire de côté durant le visionnement.

Ce que je peux dire à propos de notre réaction au film, c'est que 90 % de notre conversation se résumait à trois expressions : OMG, ouache et WTF.

Le film d'origine espagnole n'est certainement pas fait pour tout le monde et encore moins pour les âmes sensibles. 

Dans ce film, un genre de prison verticale accueille deux prisonniers par cellule. Pour les nourrir, une plateforme contenant des denrées pour tous les prisonniers descend à chaque niveau.

Cela dit, si les prisonniers des premiers étages peuvent se remplir la panse à loisir, ceux des étages inférieurs n'ont pas tous la chance d'avoir quelque chose à se mettre sous la dent le temps que la plateforme fasse son chemin jusqu'à eux. 

Ainsi, il est plutôt facile de faire un parallèle avec la société capitaliste dans laquelle nous vivons, alors qu'un infime pourcentage de la population se partage la majorité des richesses, laissant le reste du monde dans des situations précaires et même de pauvreté mortelle. 

Dans le film, ceux qui ont la chance d'être dans les étages supérieurs n'ont que faire des étages en dessous, ceux du milieu font du mieux avec ce qu'ils ont, et ceux des derniers étages se doivent de faire des actes extrêmes pour espérer survivre.

En plus de scènes très gores et dégoûtantes incluant des assassinats violents et du cannibalisme, ce film est aussi dérangeant parce qu'il peint un portrait plutôt pessimiste de notre société. 

En ce moment de crise, on peut voir une ressemblance effrayante avec la situation représentée dans cette prison fictive. 

Alors que les mieux nantis peuvent jouir de tout le luxe qui est à leur portée durant le confinement, les plus pauvres n'ont pas du tout la même réalité.

On peut simplement penser aux sans-abris ou aux familles en situation de violence domestique et/ou de pauvreté qui doivent maintenant ajouter l'isolement ainsi que la diminution des revenus à leurs quotidiens déjà précaires. 

Ainsi, si tu recherches un film très gore à la manière de Saw et qui fait réfléchir avec une fin ouverte qui prête à la discussion, celui-ci est pour toi. 

Cela dit, si tu veux simplement relaxer devant un récit d'horreur divertissant avec une fin conclusive, tu ferais peut-être mieux de réécouter les Resident Evil à la place.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement la position de Narcity Media sur le sujet.

NOW WATCH Les Montréalais risquent des amendes de 1 000 $ s'ils font des rassemblements

 
Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter