Cet article est publié en rappel.


Le mois passé, une nouvelle série coproduite par nul autre que le rappeur et acteur Drake débarquait aux États-Unis, et elle avait de quoi faire jaser. On considérait la nouvelle série d'ados plus trash que 13 Reasons Why sur les réseaux sociaux, et juste ça, c'était assez pour nous intriguer. Voici pourquoi on était assez excités quand la série Euphoria est débarquée au Québec en début de semaine.

La série avait la réputation d'être trash parce qu'elle est sans censure et traite particulièrement des expériences de l'adolescence les plus populaires et controversées: drogues, sexualité avec ou sans consentement, réseaux sociaux et sites de rencontres.

Depuis lundi, le 8 juillet, celle-ci est disponible en français sur Super Écran pour les Québécois, et voici donc ce que j'en pense.

D'abord, je ne vous mentirai pas: j'ai écouté pas mal plus que le premier épisode, en anglais, parce que je ne voulais pas attendre après les épisodes au Québec, et surtout parce que je n'ai pas Super Écran moi-même. Je compte donc dresser un portrait général en fonction des trois ou quatre premiers épisodes que j'ai visionnés, ce qui est d'ailleurs pas mal plus fidèle qu'un simple épisode.

Le début de la série nous donne rapidement un portrait du personnage principal, une adolescente de 17 ans nommée Rue Bennett, interprétée par Zendaya du Disney Channel. La jeune femme est une accro aux drogues qui souffre d’un trouble obsessionnel compulsif. Dès le premier épisode, Rue sort d'un centre de désintoxication, après avoir été admise suite à une overdose presque fatale, et se dirige directement...Chez son dealer. Après quelques minutes, on ne comprend que rien n'est assez fort pour dissuader Rue de quelque chose, ni la mort ni la pression des pairs.

Parallèlement, on découvre un autre personnage aussi important: Jules Vaughn, une adolescente trans qui vient de débarquer en ville, avec un bagage émotionnel assez intéressant. Dès le premier épisode, on comprend son désir d'affection et d'acceptation, mais on découvre aussi ses démons à travers une scène troublante. Surtout, on assiste à sa rencontre avec Rue. 

Les deux premières heures d'Euphoria rendent justice à la réputation: en seulement deux heures, on assiste à des scènes de consommation de toutes sortes de drogue, plusieurs scènes intimes dont une jeune femme qui perd sa virginité en groupe et un viol, une personne filmée pendant un acte sexuel sans son consentement et un peu de violence. Mais encore, c'est très graphique: on voit énormément de corps dénudés et d'organes masculins, ce qui fait particulièrement jaser sur les réseaux sociaux.

 

 

 

Une scène de nudité sème plusieurs débats. Dans les premiers épisodes, alors qu'on voit les hommes nus dans les vestiaires. L'acteur Nate Jacobs (que tu connais de Kissing Booth) a d'ailleurs répondu aux critiques en disant qu'il trouve la scène amusante et surtout très réaliste. 

Si tu veux mon avis, oui, on voit beaucoup trop d'organes masculins quand ce n'est pas nécessaire à l'histoire. Oui, c'est très trash, et pas mal plus intense que tout ce que j'avais vu à l'âge des acteurs, soit 17 ans. 

Est-ce que ça me dérange? Pas du tout. 

En fait, ce qui rend la série aussi intense, c'est qu'on voit plusieurs situations qu'on a vu arriver dans notre entourage, et ce, tout en même temps. On est loin des séries de types Degrassi où il y a un seul incident par épisode. Je crois toutefois que la série n'est pas too much pour une personne de 18 ans, ou à la  limite 16 ans comme on le recommande. Pour un ado de 14 ans, je ne suis pas convaincue.  

D'ailleurs, la première impression laisse voir que c'est assez graphique et trash, mais plus les épisodes s'enchainent, plus on tombe en amour avec les personnages et l'histoire qui est, au final, plus que de la drogue et de la sexualité. Il y a une certaine sensilibilité et même une certaine sensibilisation qui se fait doucement alors que les scènes, bien que troublantes, représentent trop souvent la réalité. 

Le premier épisode d'Euphoria est déjà sur Super Écran, et les autres sortiront à raison d'un par semaine pendant 8 épisodes. 

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement la position de Narcity Media sur le sujet.

 

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications