Le 22 avril 2020, le géant du streaming annonçait l’arrivée de White Lines, qui vient du même esprit ayant produit l’une des séries les plus populaires de la plateforme. Or, j’ai regardé la nouvelle série du créateur de La casa de Papel qui est Top 2 sur Netflix pour voir si elle est aussi bonne qu’on peut s’y attendre.

Disponible depuis le 15 mai, l’émission britannique et espagnole écrite par Álex Pina se penche sur l’histoire de Zoe Walker, une habitante de Manchester en Angleterre. 

Après avoir identifié le corps son frère Axel, un DJ légendaire ayant disparu une vingtaine d’années auparavant, elle se rend à Ibiza pour découvrir ce qui lui est arrivé.

Cela dit, les mondes de la musique, de l’argent et de la drogue sont intimement liés sur l’île espagnole paradisiaque et Zoe s’embarque dans une recherche extrêmement dangereuse. 

Évidemment, la série n’est pas exactement comme La casa de papel, mais on y retrouve le même type de chronologie éclatée qui soutient l’intrigue pour une expérience poignante. 

À travers les bonds temporels entre les semaines qui ont précédé la mort d’Axel et l’enquête actuelle de Zoe, on nous brosse tranquillement le tableau d’une vie de débauche, mais aussi d’un rêve de succès qui s’est terminé de façon tragique.

On nous monte également l’attachement fort qui existait entre le frère et la sœur, et comment cette perte a mené Zoe à être la personne qu’elle est devenue au moment des évènements.

Dans une ambiance pleine de secrets, de passion et de sensualité, la protagoniste fait face à ses propres démons, tout en rencontrant ceux de son défunt frère. 

La tension se construit tranquillement, à un rythme qui diffère beaucoup de celui de l’autre œuvre de Pina, mais qui a tout autant d’impact.

Avec une finale qui s’insère parfaitement dans le récit, le téléspectateur est satisfait, mais il reste tout de même quelques questions sans réponses, qui pourraient éventuellement mener à une deuxième saison. 

Après tout ce qu’elle a vécu à Ibiza afin de découvrir la vérité, il serait intéressant de voir comment et si, Zoe pourra réintégrer sa famille en Angleterre.

Pour ma part, j’ai trouvé que cette série est excellente dans son genre. Je la recommande fortement à tous les amateurs des émissions du genre d’Animal Kingdom, d’Ozark ou bien sûr, de La casa de papel.

On y retrouve le même type d’antihéros attachants malgré leurs défauts et une intrigue qui pousse à regarder la totalité des épisodes en une journée afin d’aller au bout de l’histoire. 

Pour le moment, la série est disponible en anglais et espagnole avec sous-titres français, mais la version française est à venir.


Les opinions exprimées dans cet article sont celles de la collaboratrice et ne reflètent pas nécessairement la position de Narcity Media sur le sujet.

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter