Le nouveau documentaire de Chris Brown sur Netflix n'est pas facile à regarder

Déprimant.

Chris Brown, qui a fait les manchettes pour les mauvaises raisons plusieurs fois dans sa carrière, en avait gros sur le coeur.

Le documentaire du chanteur de 28 ans Welcome to my life est sorti sur Netflix Canada ce weekend. Le synopsis annonçait qu'on allait avoir accès à des entrevues exclusives, des coulisses de ses shows et des moments inédits de sa carrière: un accès VIP pour ses fans. Finalement, il s'agit pas mal plus d'une grande conversation de Chris Brown au confessionnal. 


À lire aussi: Le documentaire de Lady Gaga est pénible à regarder


Chris Brown a définitivement du talent. Il n'a pas été comparé à Michael Jackson à plusieurs reprises pour rien. Le documentaire, plutôt bien accueilli par ses fans aux États-Unis, commence de façon un peu étrange - en noir et blanc - comme si c'était un recap de sa vie style «Un tueur si proche». Après quelques citations inspirantes, plusieurs gros noms de l'industrie de la musique le louangent pendant 22 minutes. Jamie Foxx, Usher, J.Lo, Rita Ora, Mary J. Blige, DJ Khaled, Tyga, etc., tous s'enchaînent pour parler de lui comme s'il avait révolutionné le monde de la musique pendant son adolescence. 

Après avoir entendu une marée de compliments et compris ses débuts dans l'industrie alors qu'il n'avait que 15 ans, Chris aborde «l'éléphant dans la pièce» en racontant comment il est devenu l'ennemi public numéro un en 2009. 

via @chrisbrownioficial

Celui qui parlait avec une grande confiance durant les premières minutes du film devient très vulnérable lorsqu'il est temps de parler de la bagarre qui a éclaté entre Rihanna et lui après le gala des Grammys. C'est la première fois qu'il aborde réellement le sujet depuis tous ses démêlés avec la justice. 

Chris raconte qu'il a rencontré Riri à l'âge de 15 ans. Ils ont été amis pendant un moment, avant de devenir chum/blonde. Il dit qu'ils vivaient un conte de fées, naïfs et heureux. Malheureusement, ils n'ont pas pu avoir une relation normale étant donné leur statut de superstars. Ils avaient 17 ou 18 ans lorsqu'il lui a dit qu'il voulait la marier, mais qu'il voulait être honnête avec elle. C'est alors qu'il lui a dit qu'il avait couché avec l'une de ses employés juste avant que les choses soient sérieuses avec elle (ou au début de leur relation, ce n'est pas trop clair). C'est là que le début de la fin  commencé. Rihanna a complètement perdu confiance en lui et ils ont commencé à se chicaner souvent, verbalement et physiquement. 

C'est alors qu'il est entré dans les détails (trop même) concernant la fameuse bataille qui l'a mené derrière les barreaux. Il dit qu'après les Grammys, Rihanna était fâchée parce que ladite fille était là, mais qu'il ne savait pas qu'elle allait y être. Il lui a tendu son téléphone pour prouver qu'il ne mentait pas, mais dans ses messages textes, il y avait un mot d'elle disant «on se voit au party». Ils se sont chicanés intensément dans la voiture pendant qu'il conduisait. Elle le frappait, lui criait après et lui donnait des coups de pieds. C'est là qui lui a donné un coup de poing au visage et qu'il a fendu sa lèvre. Elle lui a craché du sang au visage, pitché son cell par la fenêtre et continuer à se battre avec lui. Il a arrêté la voiture pour en finir avec la chicane assez explosive, mais Rihanna aurait saisi les clés et aurait égratigné ses CDs en criant «à l'aide, il veut me tuer». Il ne dit pas comment ça s'est terminé, mais explique que le bleu sur l'oeil de la chanteuse s'est formé quand il a poussé son visage contre la fenêtre. 

Ouf, des images difficiles... 

Le reste du documentaire est consacré à sa «descente aux enfers» et à ses justifications par rapport à tout ce qui lui est arrivé. Il revient sur ses pensées suicidaires, sa dépression, ses problèmes familiaux et antécédents de violence (son beau-père battait sa mère). Il parle ensuite de ses diverses altercations et épisodes «psycho» après coup, ses séjours en centre de désintox pour traiter ses pulsions violentes et sa rupture amoureuse avec Karrueche Tran, qui l'a quitté via Twitter quand elle a appris qu'il avait un enfant avec une autre fille (conçu pendant un mois de rupture). 

Après toute cette lourdeur, lui et tous les artistes interviewés racontent à nouveau à quel point il a un don musical et qu'il a tout fait pour vaincre ses démons. Chris Brown croit que c'est la prison qui l'a finalement sauvé, car le fait de côtoyer de réels criminels a changé sa perpective sur la vie. 

via @chrisbrownioficial

Le documentaire n'est pas mauvais en soi pour les gens qui désirent savoir ce qui s'est passé dans sa tête quand il a commis tous ces actes violents au début de la vingtaine. J'imagine que ça lui a fait un très grand bien de pouvoir enfin crier sous tous les toits qu'il n'est pas un monstre. Son point de vue est intéressant à entendre après n'avoir que lu l'opinion des journalistes à son sujet pendant plusieurs années. 

Toutefois, pour ceux qui s'intéressent à l'artiste et qui désirent avoir un accès illimité aux coulisses de la vie du «Chris Brown de la vraie vie», c'est vraiment raté. Le documentaire est également difficile à regarder, car il y un certain malaise qui vient avec le fait d'aimer Chris Brown. 

Chris Brown se décrit maintenant comme un papa repenti et se concentre sur sa créativité et sa musique. 

via @chrisbrownioficial

Poursuis ta lecture

Partager sur Facebook

On te recommande

Laurie Bergeron