Quand j’ai vu la bande-annonce de Flocons d’amour ou Let It Snow, j’ai tout de suite su que j’allais l’écouter. J’adore les films de Noël et encore plus ceux dans le genre de The Holiday et Love Actually. En voyant que ce film serait aussi le genre de film ou plusieurs histoires s’entrecroisent, j’étais instantanément vendue. Puis, quand j’ai appris que l’histoire était tirée d’un livre, je l’ai commandé immédiatement. Ainsi, j’ai écoutéFlocons d’amour sur Netflix après avoir lu le livre et voici ce que j’en pense.

Le livre Flocons d’Amour, parut en novembre 2010 est une collaboration entre trois auteurs, Lauren Myracle, Maureen Johnson et John Green qui ont chacun écrit un court roman dont l’histoire se tient en elle seule, mais qui rejoins les autres, car tout se passe dans la même ville, environ au même moment.

En effet, dans ces trois histoires, la ville de Gracetown est au cœur du récit alors qu’une tempête de neige effroyable s’abat sur la ville. Nous suivons donc Jubilee, Tobin, Addie ainsi que de leur entourage, qui vivront chacun de leur côté leur propre miracle de Noël.


Selon la bande-annonce, le film devait suivre environ les mêmes récits, mais on pouvait déjà constater qu’il ne suivrait pas à la lettre le déroulement du livre.

Maintenant que j’ai vu le film et lu le livre, je peux confirmer qu’il y a beaucoup de différences entre les deux et que si j’ai apprécié certains ajouts et changements, d’autres m’ont vraiment déçu.

En général, j’ai bien aimé les deux. Le livre est quétaine, facile à lire et exactement ce à quoi ce m’attendait et le film est divertissant.

Aucun des deux n’est extraordinairement bon et pour ma part, je sais qu’il y a peu de chance que je réécoute le film et il est certain que je ne relirai pas le livre.

Cela dit, ils ont rempli leur but, c’est-à-dire, me divertir le temps de quelques heures et emplir mon petit cœur d’une douce sensation de tendresse et d’amour absolument quétaine. Je dois spécifier que le livre m’a plus ému que le film en revanche.


Donc pour ce qui est des différences, commençons par le récit de Jubilee et Stuart. Dès le départ, il était évident que cette histoire serait bien différente puisque dans le roman, Jubilee est celle qui vient d’ailleurs et Stuart est un habitant de Gracetown alors que dans le film, Jubilee habite la petite ville et Stuart est un chanteur populaire.

Cependant, j’ai trouvé que les deux récits étaient intéressants et j’ai apprécié le fait de voir ce qui arrive quand les rôles sont inversés. Les deux histoires étaient complètes, mignonnes à souhait et gardaient en quelque sorte la même essence.


Ensuite, pour le récit concernant Tobin et Le Duc, c’est vraiment ce qui m’a le plus déçue. J’ai adoré cette partie du roman et le fait que ce qui m’a fait aimer cette histoire n’était pas représenté à l’écran m'a laissée insatisfaite.

Dans le livre, Tobin vit un véritable débat interne quand, dans une nuit pleine de rebondissements, il se rend compte qu’elle n’est pas vraiment « un des boys » et qu’il se rend compte de ses sentiments pour elle.

De plus, JP est leur meilleur ami alors que dans le film, c’est le rival de Tobin pendant un bon moment.

Dans le livre j’ai trouvé que Le Duc était un personnage beaucoup plus intéressant et complexe que dans le film.

Même leur baiser final à l’écran m’a paru décevant en comparaison à la résolution du livre. Alors si tu as lu le livre et que tu as beaucoup aimé cette histoire aussi, ne t’attends pas à la voir se dérouler à l’écran.


Finalement, le récit concernant Addie n’était pas mon préféré, mais j’ai aussi trouvé que le film avait enlevé beaucoup des détails qui donnaient une certaine profondeur à l’histoire, ce qui a fait un récit plutôt faible à mon goût.

Cela dit, l’ajout qu’ils ont fait en donnant un rôle plus important au personnage de sa meilleure amie, Dorrie, m’a beaucoup fait plaisir et a ajouté quelque chose de manquant : la diversité.

Dans le livre, les danseuses sont des cheerleaders absolument stéréotypées et il n’y a que des garçons qui travaillent au Waffle house.

En ajoutant Dorrie, une employée du restaurant qui est amoureuse de l’une des danseuses, alors que celle-ci l’ignore malgré une nuit d’amour, le film permet un peu diversité dans des romances sinon très hétéronormées et brise un peu le stéréotype de la danseuse/cheerleader surexcitée et superficielle dépeinte dans le livre.

On ne sait jamais à quoi s’attendre quand une adaptation d’un livre est faite et parfois, il est mieux de les consommer comme deux choses complètement différentes. Chacun, de leur côté ils sont très divertissants et ont chacun des plus et des moins.

Si je devais choisir, je dirais que j’ai préféré le livre, mais ça, c’est ce que tous les lecteurs disent !


Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement la position de Narcity Media sur le sujet.

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications