Le mot cancer fait peur. Mais pour ceux atteints de celui du poumon au Canada, il y a maintenant plus d'espoir. L'utilisation d'un nouveau médicament a été approuvée par Santé Canada, et ce traitement contre le cancer réduirait le risque de décès de 30 %.

Il représente le premier nouveau traitement de la maladie depuis plus de deux décennies. Les médecins pourront désormais utiliser le Tecentriq (atézolizumab) en association avec le carboplatine et l'étoposide pour le traitement des adultes atteints du cancer du poumon à petites cellules au stade avancé (CPPC), a annoncé Roche Canada, une entreprise de biotechnologie dans un communiqué.

En moyenne, 78 Canadiens sont diagnostiqués chaque jour pour cette maladie au pays. Ces cancers diagnostiqués à un stade avancé représentent 15% de tous les cas de cancer du poumon. Quelques 4300 personnes en sont atteintes chaque année au pays.

L'espérance de vie sur 5 ans pour les patients atteints était de 3%. Maintenant, ce chiffre pourrait être dix fois plus élevé grâce au nouveau traitement combiné qui a été développé.

« La découverte récente de l'utilité de Tecentriq pour ces patients est une étape déterminante et constitue un progrès important pour le traitement des patients souffrant de cette maladie. Tecentriq leur apporte un nouvel espoir de contrôle à long terme de la maladie et d'amélioration de la survie », a mentionné le Dr Normand Blais, médecin oncologue au Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM).

La majorité des patients seraient diagnostiqués à un stade avancé de la maladie. Ce traitement permettra aux malades de prendre en charge leur maladie et de passer plus de temps avec leur famille.

Toutefois, il y aurait des effets secondaires. Certaines personnes pourraient souffrir d'anémie, de nausées, de perte d'appétit, ou encore de fatigue, notamment. 

 

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications